Chapelle Expiatoire

Visité en mars 2006
dimanche 27 juillet 2008
par Philippe Landru

Au milieu d’un quartier très passant dans la semaine, à proximité de la gare Saint-Lazare et des grands noeuds de métro et de RER, c’est à peine si on la remarque, enclave néoclassique dans un environnement hausmannien : la Chapelle Expiatoire.

Elle se dresse à l’emplacement de l’ancien cimetière de la Madeleine (voir cet article).

Après sa fermeture en mars 1794, le cimetière de la Madeleine fut acheté par le magistrat royaliste Olivier Desclozeaux qui, habitant une maison voisine, avait pu noter l’endroit où Louis XVI et Marie-Antoinette avait été inhumés. Il clotura le terrain d’un mur élévé, y planta des cyprès et le tint fermé jusqu’à la Réstauration. Lorsque Louis XVIII Prescrivit des recherches pour retrouver les corps, il indiqua leur emplacement : le corps de Marie-Antoinette fut exhumé le 18 janvier 1815, celui de Louis XVI le lendemain. Ils furent mis en bière et transportés à Saint-Denis.

Louis XVIII fit élever par Le Bas et Fontaine de 1816 à 1826 une chapelle aux frais de la Nation, la Chapelle Expiatoire : elle fut placée à l’endroit où les corps avaient été découverts.

L’ensemble à l’aspect d’une nécropole gréco-romaine : il comporte un vestibule, deux portiques et une chapelle proprement dite. Le vestibule, élevé de sept degrés en forme de tombeau antique, communique avec les portiques composés chacun de neuf arcades voûtées : au fond de chacune d’elles s’élève un monument funèbre à la mémoire des Suisses tués lors de la prise des Tuileries le 10 août 1792.

L’entrée de la chapelle présente un porche orné de quatre colonnes doriques : son intérieur à la forme d’une croix grecque surmontée d’une coupole. Elle est ornée de deux groupes : Louis XVI montant au ciel, soutenu par un ange dont les traits seraient ceux de l’abbé Edgeworth (réalisé par Bosio) et Marie-Antoinette soutenue par la Religion figurée sous les traits de Madame Elisabeth (inhumée quant à elle au cimetière des Errancis) (réalisé par Jean-Pierre Cortot).

Deux escaliers conduisent à une crypte voutée où s’élève l’autel, en forme de tombeau, édifié au dessus de l’endroit-même où ont reposés les restes de Louis XVI durant 21 ans.

La Commune décréta en mai 1871 la démolition de la Chapelle Expiatoire, mais faute de temps, ce décret ne reçut qu’un commencement d’exécution.

Oeuvre caractéristique du néoclassique tardif, la Chapelle Expiatoire est le lieu, tous les 21 janviers, de messes de commémoration à la mort de Louis XVI.


Source : HILLAIRET Jacques, les 200 cimetières du vieux Paris.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?