Les Lepic : une famille de militaires

vendredi 9 décembre 2011
par  Philippe Landru

C’est au cimetière d’Andrésy qu’il faudra chercher la tombe du plus illustre de la famille : le général Louis LEPIC (1765-1827).

JPEG - 18.7 ko Après avoir combattu dans les armées révolutionnaires (en particulier en Vendée), il se distingua en Italie. Ce furent par la suite toutes les campagnes et batailles de l’Empire : Austerlitz, les campagnes de Prusse et de Pologne, Eylau (où il fut blessé), Wagram, l’Espagne... Il fut fait baron de l’Empire en 1809 puis accompagna la Garde impériale pendant la campagne de Russie. Louis XVIII le fit comte en 1815. Installé dans les Yvelines, il fut d’abord maire de Maurecourt puis se retira dans sa propriété d’Andrésy où il mourut. Si son nom est inscrit sur l’Arc de Triomphe à Paris, il doit surtout sa notoriété à avoir baptisé l’une des plus fameuses rues de Montmartre, cette rue Lepic devenue la carte postale de la butte.

Il repose dans un imposant mausolée de famille (emplacement 4) dans lequel reposent également 9 de ses proches, à savoir :

Son épouse  :
- Joséphine Félicité Geoffroy (1790-1863) (emplacement 7)

Ses beaux-parents  :
- Pierre Joseph Geoffroy (1760-1824), qui fut maire de Maurecourt puis d’Andrésy (emplacement 1)
- Catherine Madeleine Antoinette Damesme (1760-1825), épouse du précédent (emplacement 3).

Ses cinq fils, tous dans ce caveau  :
- Louis Joseph Napoléon LEPIC (1810-1875) : député conservateur de Seine et Oise à partir de 1849, général de brigade, il fut aide de camp de Napoléon III. Il l’accompagna en Italie et fut proche de la famille impériale (emplacement 9). JPEG - 10.5 ko
- Antoine Joachim Hippolyte LEPIC (1811-1840), capitaine de spahis mort en Algérie. (emplacement 6)
- Jacques Félix Auguste LEPIC (1812-1868), également général, qui participa à la campagne d’Algérie de 1837 à 1840 au corps des Spahis réguliers. A partir de 1859, il participa également à la campagne d’Italie (emplacement 8). JPEG - 7.3 ko
- Claude Edouard LEPIC (1814-1833) (emplacement 5)
- Louis Alexandre LEPIC (1817-1824) (emplacement 2)

Son petit-fils unique, fils de Louis-Joseph  :
- Ludovic, comte Lepic (1839-1889), qui se fit un nom en tant que peintre. JPEG - 5.3 ko Ancien élève de Gustave de Wappers, peintre du roi de Belgique, il se lança avec succès dans la gravure et les eaux-fortes. Il découvrit en 1863 les Impressionnistes et devint leur ami, mais ne quitta pas pour autant la voie « académique » : il entra ainsi l’année suivante dans l’atelier Cabanel. Il fut également apprécié pour ses talents de graveur animalier. Il voua enfin une passion à la préhistoire et à l’archéologie, créant un musée qu’il dirigea et enrichit jusqu’à sa mort à Aix-les-Bains. Il fut en 1889 le dernier de la famille a occupé le caveau. JPEG - 10.5 ko

JPEG - 19.7 ko
Ludovic Lepic représenté avec ses filles par Degas

JPEG - 59 ko


Louis Lepic avait un frère qu’il convient de présenter, car ils sont souvent confondus, et à l’origine de l’erreur qui place le général Lepic au cimetière Montparnasse.

Joachim Hippolyte LEPIC (1768-1835) était donc le frère cadet du général. Général, baron d’Empire en 1814, il fut maire d’Andrésy de 1830 à 1831, mais n’y repose pas puisque sa stèle est encore visible dans la dixième division du cimetière parisien de Montparnasse. Avec lui reposent :

son épouse  :
- Anne Marguerite Caroline Eustasie Pasquier (1796-1868)

ses filles  :
- Mary Céline Elisa Lepic (1824-1847), première épouse d’Andoche Junot qui suit ;
- Marie-Louise Léonie Lepic (1829-1868), seconde épouse de :
- Andoche Alfred Michel JUNOT D’ABRANTÈS (1810-1859), fils du célèbre maréchal Junot (qui repose à Montbard) et de la non moins célèbre duchesse d’Abrantès (qui repose à Montmartre). Il suivit la voie militaire, fut aide de camp de Mac Mahon puis du prince Jérôme avant d’être blessé à Solférino. Il épousa donc tour à tour deux soeurs Lepic.

son petit-fils  :
- Jérôme Napoléon Junot d’Abrantès (1854-1857)

Tous reposent donc à Montparnasse (10ème division). JPEG - 24.8 ko


Ce panorama ne serait pas complet si on y ajoutait pas le fils du précédent, Charles Philippe Adolphe LEPIC (1822-1890), qui récupéra en 1863 le titre de baron de son père. Il fut préfet de l’Aude en 1860.
Il repose également au cimetière Montparnasse, dans la huitième division. A noter pour finaliser l’arbre généalogique que se trouve dans son caveau sa soeur aînée, Félicie Lepic (1820-1877). Une partie de sa descendance repose dans ce caveau, l’autre dans un tombeau de la 89ème division du Père Lachaise. JPEG - 45.4 ko


Commentaires

Logo de slepic
Joachim Hippolyte Lepic est bien général...
vendredi 19 octobre 2012 à 19h28 - par  slepic

Je persiste ; en tant que Maréchal de Camp (équivalent de Général de Brigade sous la Restauration), il est officier général. C’est attesté par la liste officielle des officiers généraux de l’Armée de Terre et des Services (Ancien Régime-2010) établie par le Service Historique de la Défense à Vincennes (cf lien ci-dessous). Son dossier est consultable dans le fonds des généraux à Vincennes sous la cote (8 YD 2671)

Logo de Evelyne HERVE
Les Lepic : une famille de militaires
dimanche 11 mars 2012 à 07h54 - par  Evelyne HERVE

Joachim Hypolite LEPIC 1768-1835 frere du Général Comte Louis LEPIC
n’était pas général mais colonel
il serait donc plus juste de dire : son frère le Colonel Lepic
source SHAT et le QUINTIN ouvrage de référence sur les colonels de l’Empire.

souvent nommé à tort : Général dans tous les documents civils
il est temps de rectifier cette erreur
merci beaucoup
Evelyne

Logo de JL Sabatier
samedi 2 juin 2012 à 14h58 - par  JL Sabatier

Alors comment se fait il que bien que recensé à Andrésy comme général ? en 1831, sa veuve touchera une pension de colonel : documents à l’appui

Logo de lepic
samedi 2 juin 2012 à 13h27 - par  lepic

Une précision : La mention de Général n’est pas une erreur

le Colonel Baron Joachim Hippolyte Lepic a été nommé Maréchal de Camp en 1827. Ce grade d’Ancien Régime, rétabli sous la Restauration, avait rang de Général de Brigade. Officier Général, il était chargé de répartir les logements des troupes et de les placer sur le champ de bataille.

Cela explique la mention de « Général » pour qualifier le Baron Joachim Hippolyte Lepic.

amitiés,
SLepic

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les Lepic : une famille de militaires