Quand la mort est impertinente !

lundi 15 octobre 2012
par  Philippe Landru

Etre nécrosophe, ce n’est pas seulement passer son temps à voir de magnifiques tombeaux et des sépultures de notoriétés, c’est avant tout arpenter, sur des kilomètres et des kilomètres, des mètres linéaires de dalles modernes sans aucun attrait, parfois difficilement lisibles, toutes plus ternes les unes que les autres. Dans ce royaume de la platitude, les plaques « post mortem » ont une place de choix : à l’image de ce que dénonçait avec humour Marie-Paule Belle, où est ce qu’on les enterre tous ceux qui sont méchants ? Ce ne sont que veuves éplorées, époux inconsolables, enfants désolés... Seuls échappent le plus souvent les tombes d’enfants, dont les témoignages, souvent naïfs, attestent d’une peine véritable capable d’émouvoir le plus endurci des taphophiles. Le phénomène n’est pas nouveau : les vieux ouvrages du début du XIXe siècle abondent d’épitaphes dont le lacrymal le dispute au mauvais goût. Les marbriers - et leurs clients - s’entêtent à nous faire croire que si le temps passe, le souvenir reste, alors que nous sommes bien placés pour savoir que ce n’est pas vrai. L’épitaphe, c’est comme les bouteilles de lait : on les achète à l’unité ou en packs de six ! On les choisit sur catalogues, on suit les modes... Au « A Lourdes, j’ai prié pour vous » des années 1910 a fait place l’inénarrable « Fauvette, si tu voles près de cette tombe, chante lui ta plus belle chanson » à partir des années 30, puis dans les années 90 des extraits plus ou moins malhabiles de chansons sans grâce.

Bref, au milieu de cet océan de bondieuseries et de platitudes que rien ne peut excuser, ni le manque de moyen financier, ni la gêne et la peine engendrées par le deuil (on a tous connu ça je pense), il arrive parfois qu’au détour d’une allée, entre deux chapelles, on soit frappé au cœur par une tombe, le plus souvent humble, qui détonne de la logorrhée funéraire habituelle : quelques photos ou dessins, une phrase gravée (ou même écrite au stylo parfois), un message simple…, un petit quelque chose qui fait que cette tombe devient unique, qu’elle prend sa véritable dimension mémorielle. Cet article à pour but de vous présenter quelques-unes d’entre-elles, véritable nectar pour le promeneur de cimetières. Certaines suscitent l’émotion, d’autres plongent le lecteur dans la rêverie. Toutes ont un point commun, chacune à leur manière : elles nous parlent vraiment de celui, celle, ou ceux qui reposent sous la dalle. Pendant un infime instant, elle ressuscite un défunt que nous ne connaissons pourtant pas. Elles offrent une très brève mais très intense intrusion dans un quotidien que l’on a pas connu, que l’on ne connaîtra jamais, mais que l’on se plait à imaginer, par transfert, par empathie parfois… C’est aussi à cela que servent les cimetières, faut-il le rappeler ?

Et puis il y a le rire, car on rit régulièrement au cimetière : comme vous le découvrirez plus loin, certains à leur insu, mais d’autres par un dernier pied de nez humoristique, ont souhaité faire sourire quiconque serait en vue de leur dernière demeure… Là encore, c’est une manière de retenir le temps.


La mort est un manque de savoir-vivre à traiter avec impertinence


JPEG - 61.4 ko
(Cimetière Montmartre)
Tombe de Siné. L’épitaphe proclame : Mourir ? plutôt crever !
JPEG - 121.5 ko
(Cimetière de Beuvron-en-Auge)
JPEG - 97.5 ko
(Nouveau cimetière de Saint-Ouen)
JPEG - 26.9 ko
(Père-Lachaise, Paris)
JPEG - 42.4 ko
(Père-Lachaise, Paris)
JPEG - 54 ko
(Père Lachaise, Paris)
JPEG - 34.2 ko
(cimetière Montparnasse, future tombe de Christophe Girard)
JPEG - 45.8 ko
(cimetière parisien, Saint-Ouen)
JPEG - 32.1 ko
(Père Lachaise, Paris)
JPEG - 55.7 ko
(Cimetière de Joinville-le-Pont)
JPEG - 92.2 ko
(Père-Lachaise, Paris)
JPEG - 33.4 ko
(Cimetière Montmartre, tombe de Pierre-Jean Vaillard)

Ci-gît Pierre-Jean Vaillard/il fut grivois, il fut paillard/Il savait voir la vie en rose/Ce fut un joyeux boute-en-train/Il composait des vers, les vers le décomposent/Gloire à son dernier quatrain

JPEG - 60.3 ko
(Cimetière d’Issy-les-Moulineaux)

Toi qui t’arrêtes ici, ci-gît Duchenne Henri / Il mania tour à tour l’humour et l’ironie / Mais pour la mise en boîte la meilleure de sa vie /Ce fut, quand dans du chêne, on mit Duchenne Henri

JPEG - 43.9 ko
(cimetière Montparnasse)
JPEG - 74.6 ko
(Cimetière ancien de Neuilly)
JPEG - 50.5 ko
(Père-Lachaise, Paris)
JPEG - 82 ko
(Père-Lachaise, Paris)
JPEG - 102.1 ko
(Cimetière ancien de Saint-Ouen)
JPEG - 45.8 ko
(Cimetière de Levallois-Perret, tombe d’André Aubert)
JPEG - 39.3 ko
(Père Lachaise, tombe d’Arman)
JPEG - 95 ko
(cimetière Montparnasse)
JPEG - 73.2 ko
(Cimetière de Chatillon-Coligny)
Source : Bertrand Beyern

Dans ce genre de cas, on hésite entre une boutade au énième degré et un aveu dissimulé sous l’humour d’une grande solitude

JPEG - 75.2 ko
(cimetière parisien de Bagneux)

Partie sans regret


Les tombes : la ronde poétique et comique des patronymes



Les homonymes célèbres sont des grands classiques des cimetières. Le but n’est pas de tous les placer, seulement quelques uns, pour l’étrange impression visuelle qu’ils provoquent.


JPEG - 12.1 ko
(cimetière Beauferrier, Bergerac)
JPEG - 47 ko
(Cimetière du Pont-Blanc, Aubervilliers)
JPEG - 54.3 ko
(Cimetière de Ploubazlanec)
JPEG - 56.7 ko
(cimetière d’Equemauville
JPEG - 38.2 ko
(Cimetière ancien de Neuilly)
JPEG - 23.6 ko
(cimetière de Glorieux)
JPEG - 65.9 ko
(cimetière du Val St Germain)
JPEG - 45.5 ko
(Cimetière Montparnasse)
JPEG - 39.2 ko
(Cimetière d’Highgate)
JPEG - 45.1 ko
(cimetière parisien de Bagneux)
JPEG - 76.3 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 112.2 ko
(cimetière ancien de Boulogne)
JPEG - 51 ko
(Cimetière de Cachan)
JPEG - 117.5 ko
(Nouveau cimetière de Boulogne)
JPEG - 79.9 ko
(cimetière de Viroflay)
JPEG - 64 ko
(Cimetière ancien de Neuilly)
JPEG - 73.4 ko
(cimetière Montmartre)
JPEG - 87.7 ko
(cimetière Montmartre)
JPEG - 34.7 ko
(Cimetière de Quincy-Voisins)
JPEG - 34.3 ko
(Cimetière de Chiswick)
JPEG - 97.2 ko
(Cimetière de Mison)

Chez certains, cela se joue à une lettre...

JPEG - 58.5 ko
(Cimetière du Pont-Blanc, Aubervilliers)
JPEG - 92.2 ko
(Cimetière Saint-Pierre, Marseille)

Autre catégorie que j’aime beaucoup : celle des « presque »...

JPEG - 49.3 ko
(cimetière d’Andrésy)
JPEG - 51.5 ko
(Cimetière de Barbizon)
JPEG - 56.1 ko
(Cimetière de Dourdan)
JPEG - 38.2 ko
(Cimetière musulman, Bobigny)

D’autres, anonymes, provoquent lors de nos périples des moments savoureux de franche hilarité. Dans certains cas, il faut le voir pour le croire...


JPEG - 69.4 ko
(cimetière d’Assistens de Copenhague, Danemark)
JPEG - 53.8 ko
(cimetière d’Avon)
JPEG - 82.7 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 46.3 ko
(cimetière Montmartre)
JPEG - 119 ko
(cimetière de Pantin)

Les deux suivantes sont dans le même cimetière : se connaissaient-ils ? L’une a-t-elle dévoré l’autre ?

JPEG - 65.9 ko
(cimetière de Fontenay-sous-Bois)
JPEG - 51.5 ko
(cimetière de Fontenay-sous-Bois)
JPEG - 42.7 ko
(Père Lachaise)

Dans peu de temps, celle-ci ne fera plus rire personne. Elle était pourtant l’une des grands classiques du Père Lachaise !...

JPEG - 71.6 ko
(cimetière des Gonnards de Versailles)
JPEG - 130.2 ko
(cimetière de Créteil)

Inutile de chercher le pin : il est entré dans la composition du cercueil

JPEG - 76.8 ko
(cimetière Montparnasse)
JPEG - 68.3 ko
(cimetière de Deauville)

Madame Saucisse, qui n’aimait peut-être pas son nom, avait peut-être mis beaucoup d’espoirs dans son nom d’épouse... Las...

JPEG - 59.3 ko
(cimetière Saint-Louis de Versailles)
JPEG - 39.2 ko
(Cimetière de Louveciennes)

Le genre de patronymes rares, qui sentent bon la France des terroirs, mais qui disparaît à vue d’oeil d’années en années.

JPEG - 43.8 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 42.5 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 28.9 ko
(Cimetière de Mison)
JPEG - 59.6 ko
(Cimetière de la Salle, Tours)
JPEG - 60.8 ko
(cimetière de Thionne)
JPEG - 59.8 ko
(Cimetière de Crosne)

A-t-il trouvé enfin son raccourci ? Spécial fan des Inconnus...


Landru, Le Pen, Petiot, ou encore Connard, Puceau... : on nous a donné le joli nom « d’handicapés patronymiques » ! A ce jeu là, d’autres sont plus mal tombés que moi. Dans tous les cas, rigolades potaches au bout du compte.


JPEG - 76.3 ko
(Père Lachaise)

A lire les guides, la case du columbarium la plus connue avec celle de la Callas !

JPEG - 82.7 ko
(Père-Lachaise, tombe de Jo Privat)
JPEG - 98 ko
(Nouveau cimetière de Boulogne-Billancourt)

Ca a le mérite d’être clair !

JPEG - 43.9 ko
(cimetière de Passy)
JPEG - 66.5 ko
(Cimetière de Tourtoirac)
JPEG - 65.7 ko
(cimetière de Passy)
JPEG - 43.1 ko
(cimetière de Passy)
JPEG - 79.1 ko
(Cimetière de Chatou)
JPEG - 57.7 ko
(Cimetière Montmarte)
JPEG - 34.7 ko
(Cimetière de Moret-sur-Loing)
JPEG - 76.3 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 37.8 ko
(Cimetière d’Ormesson)
JPEG - 93.3 ko
(Père Lachaise)

Et maintenant, quelques secondes de franche godriolle scatologique...

JPEG - 52.5 ko
(Cimetière de Saint-Cloud)
JPEG - 37 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 59.1 ko
(Cimetière Notre-Dame de Versailles)
JPEG - 71.1 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 67.6 ko
(cimetière de Saint-Acheul d’Amiens)
JPEG - 43.5 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 93.7 ko
(Père Lachaise)
JPEG - 71.1 ko
(cimetière de Cachan)
JPEG - 76.5 ko
(cimetière Montmartre)

Des petits plaisantins jouent au scrabble (promis, ce n’était pas moi)

JPEG - 51.8 ko
(cimetière parisien de Bagneux)
JPEG - 77.8 ko
(cimetière parisien de Bagneux)
JPEG - 36.2 ko
(Cimetière de Quincy-Voisins)
JPEG - 53.6 ko
(cimetière Saint-Gabriel de Caen)

Une épitaphe très publicitaire

JPEG - 48.8 ko
(cimetière de Thoissey)

Pour finir, si vous avez été étonné par certaines de ces tombes, et bien vous ne serez pas le (la) seul (e)

JPEG - 63.7 ko
(Cimetière Montparnasse)

Commentaires

Logo de Anne onyme
Quand la mort est impertinente !
jeudi 16 octobre 2014 à 23h24 - par  Anne onyme

Je tombe par hasard sur ce site...quî en fin de compte est tellement vivant !
il dit a ma mort qu ont l’emmerde et qu ont as bien rie...et que ceux qu ont laissé vivant continues a porter notre âme et notre humour.
ps : je suis à avon et j avais remarqué le jean bonno !!!!

Logo de cp
Quand la mort est impertinente !
lundi 15 octobre 2012 à 20h23 - par  cp

Auguste Pinochet repose dans le cimetière de Crozon (29), et près de l’entrée dans l’allée pricipale, depuis 1976...

Logo de cp
mardi 16 octobre 2012 à 12h04 - par  cp

A cinquante mètres de d’entrée principale, sur la gauche, une tombe bien entretenue qui borde l’allée centrale, Auguste P. est mort en 1976, ce qui lui aura permis de « profiter » à plein de la notoriété de son homonyme, aux lointaines origines bretonnes…

Logo de cp
mardi 16 octobre 2012 à 01h02 - par  Philippe Landru

Il faudra que je m’en souvienne quand je retournerai en Bretagne.

Logo de MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)
Quand la mort est impertinente !
lundi 15 octobre 2012 à 15h29 - par  MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)

« La Mort est un manque de Savoir-Vivre ! »

J’aimerais connaître le nom de l’humoriste à l’origine de cette phrase hilarante et un brin irrévérencieuse :
est-ce Marcel DUCHAMP, Pierre DAC ou Emile ALLAIS ?

Merci pour votre réponse ! Le NET n’est pas très clair à ce propos !

Logo de MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)
jeudi 18 décembre 2014 à 00h12 - par  MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)

J’ai retrouvé dans « Le grand livre des pensées les plus drôles » choisies par Philippe Héraclès et Jean Orizet (1994), la phrase exacte dont est tirée l’épitaphe tronquée « La mort est un manque de savoir-vivre » !

Il s’agit d’une réflexion du grand humoriste Pierre DAC, que je cite intégralement :
« La mort n’est, en définitive, que le résultat d’un défaut d’éducation, puisqu’elle est la conséquence d’un manque de savoir-vivre. »

Alphonse ALLAIS, quant à lui, disait de la mort : « Partir, c’est mourir un peu... Mais MOURIR, c’est partir BEAUCOUP ! »

mercredi 17 décembre 2014 à 18h59

ce n’est pas celle de marcel duchamp dont l’épitaphe est « D’ailleurs, c’est toujours les autres qui meurent. » (cimetière monumental de Rouen) JC J

Navigation

Articles de la rubrique

  • Quand la mort est impertinente !