Les rois de Bavière

jeudi 25 août 2016
par  Philippe Landru

Le Royaume de Bavière est un État allemand qui exista de 1805 à 1918. L’électeur Maximilien Ier Joseph, de la maison de Wittelsbach, devint le premier roi de Bavière en 1805 par le traité de Presbourg, et le titre resta dans sa maison jusqu’à la disparition du royaume, en 1918.

A l’origine, en 1805, le Saint-Empire romain germanique, sous la pression de Napoléon Ier, avait reconnu la revendication de l’électeur Maximilien : la transformation de l’électorat de Bavière en royaume. Ce nouveau royaume avait besoin du soutien de l’empire napoléonien et entra dans la Confédération du Rhin. En 1813, la Bavière changea de camp et lutta contre la France avant de rejoindre la Confédération germanique. Le royaume de Bavière survécut au congrès de Vienne de 1815.

Maximilien Ier (1756-1825)

Roi de 1805 à 1825

JPEG - 12.4 ko Électeur palatin et Électeur de Bavière (Maximilien IV), il devint le premier roi de Bavière en 1805. A cette occasion, il rompit les fiançailles de sa fille aînée Augusta avec le grand-duc héritier de Bade pour lui faire épouser Eugène de Beauharnais [1]. À la suite de la désastreuse Campagne de Russie et de l’impopularité croissante de l’occupation française, Maximilien, dès les premières défaites napoléoniennes, se rangea opportunément du côté de la coalition des Alliés. En échange, lors du Congrès de Vienne qui s’ouvrit à la chute de l’Empire français, il se vit reconnaître les son titre royal, et retrouva le Palatinat rhénan (amputé de la rive droite du Rhin devenue badoise sous Napoléon). Il y conclut aussi une alliance avec l’Empire d’Autriche. Il donna en 1818 une constitution libérale à la Bavière et devint très populaire auprès de son peuple.

Il fut inhumé dans la crypte de la Theatinerkirche de Munich qui constitue, à côté de l’église St-Michael de Munich, la principale nécropole de la dynastie des Wittelsbach. Son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière), ce qui fut également le cas du cœur de tous ses successeurs. JPEG - 27.3 ko


Louis Ier (1786-1868)

Roi de 1825 à 1848

JPEG - 8.8 ko Fils du précédent, artiste, collectionneur et mécène, romantique exalté, il fut le promoteur d’une politique qui devait faire de Munich le foyer spirituel de l’Allemagne et de la nouvelle Contre-Réforme. C’est lui qui transforma Munich en une ville néoclassique. Son philhellénisme le poussa à faire de son fils Otton le roi de Grèce, dont il avait défendu l’indépendance. À la suite de la Révolution de Juillet en France, il prit des mesures répressives. Roi impopulaire, on ne lui pardonna pas ses frasques avec ses maîtresses , en particulier la danseuse hispano-irlandaise Lola Montez qu’il anoblit en « comtesse de Landsfeld », provoquant un scandale retentissant. Il fut contraint à l’abdication en 1848 au profit de son fils aîné.

L’ex-roi Louis Ier mourut dans une villa de Nice sur la côte d’Azur : il avait survécu à son fils qui lui avait succédé ! Il fut inhumé auprès de son épouse dans l’abbaye Saint-Boniface à Munich, qu’il avait fondé.Son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière). JPEG - 33.9 ko


Maximilien II (1811-1864)

Roi de 1848 à 1864

JPEG - 5.6 ko Fils du précédent, il remplaça son père discrédité par les scandales. Homme austère et cultivé, il mena dans son royaume une politique libérale et chercha à unir autour de la Bavière les petits États allemands face à la Prusse et à l’Empire d’Autriche. Il mourut prématurément, avant son père.

Il est le seul souverain dont le tombeau ne se trouve pas dans la crypte, mais dans la nef de la Theatinenkirche de Munich, dans un imposant tombeau qui fait face à celui de son épouse. Son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière). JPEG - 51.5 ko JPEG - 44 ko


Louis II (1845-1886)

Roi de 1864 à 1886

JPEG - 19.5 ko Le plus fameux de la dynastie évidemment ! Fils de Maximilien II, c’est sous son règne, et à son grand désespoir, que le royaume de Bavière se vit progressivement intégré à l’Allemagne naissante. Son absence à Versailles lors de la proclamation du Reich de Guillaume Ier d’Allemagne en dit long sur sentiments. Grand amateur d’art, d’architecture, de musique, il devint le mécène du compositeur Richard Wagner pour qui il fit construire un opéra. On a beaucoup écrit sur lui : sa profonde amitié pour sa cousine Elisabeth (Sissi), son homosexualité, ses rêves grandioses et kitschs de châteaux qui ruinèrent les caisses de l’Etat, sa culture syncrétique, mélange de paganisme mystique, de francophilie et de fantasmes germaniques. Louis II de Bavière porta peu d’intérêt à la gestion des affaires d’Etat dont ses ministres prirent le contrôle. En 1866, la Bavière se rangea aux côtés de l’Autriche. Pendant la guerre de 1870 et malgré son amour pour la France, le royaume soutint la Prusse sous la pression de Bismarck. Bien que fiancé, il ne se maria finalement jamais. Sa santé mentale déclina, et il fut déclaré inapte à régner puis déposé par un coup JPEG - 38.5 ko d’Etat de son gouvernement en 1886. La régence fut donnée à son oncle, Luitpold. Interné au château de Berg, au sud de Munich, il disparut mystérieusement avec son psychiatre après un repas. On retrouva leurs corps près du rivage du lac de Starnberg, non loin du château.

Une chapelle votive a été bâtie en 1896 un peu en surplomb des bords du lac, dans le parc du château de Berg, sur la pente de la colline située au-dessus de l’endroit où les corps du Roi et de son médecin ont été retrouvés. En contrebas, c’est à l’endroit marqué par la croix en bois que le corps du roi ainsi que celui de son médecin ont été retrouvés. JPEG - 34.9 ko JPEG - 33.1 ko

Louis II fut inhumé dans la crypte de l’église St-Michäel de Munich. Son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière). JPEG - 35 ko


Othon Ier (1848-1916)

Roi de 1886 à 1913

JPEG - 7.4 ko Second fils du roi Maximilien II, frère cadet de Louis II, il fut le cinquième et avant-dernier roi de Bavière mais sous la régence de son oncle Luitpold, puis de son cousin germain, le futur Louis III de Bavière qui devint roi suite à l’abdication d’Othon Ier en 1913. Othon fut diagnostiqué fou en 1872 : il demeura interné le reste de ses jours !

Il fut inhumé dans la crypte de l’église St-Michäel de Munich. Son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière). JPEG - 21 ko


Louis III (1845-1921)

Roi de 1913 à 1918

JPEG - 8.2 ko Fils du régent Luitpold, il devint roi de Bavière après l’abdication d’Qthon Ier. Son règne fut court car la monarchie bavaroise fut engloutie dans la défaite de l’Empire allemand. La proclamation de la République des conseils de Bavière après une manifestation de masse organisée par le parti social-démocrate indépendant et le refus de l’armée de tirer sur les rebelles, obligea le vieux roi à quitter la Bavière pour l’Autriche. Il fut inhumé aux côtés de son épouse dans la crypte de la Frauenkirche de Munich : il ne possède ni cénotaphe dans la cathédrale, ni même de tombeau apparent dans la crypte. Sa présence n’est signalée que par une modeste plaque dans la crypte. Tout comme ses ancêtres en revanche, son cœur fut déposé dans la Gnadenkapelle (chapelle des Grâces) d’Altotting (Bavière). JPEG - 11.1 ko


[1Ce qui explique la présence du tombeau d’Eugène à Munich.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Les rois de Bavière