Père Lachaise : tombeaux remarquables de la 81ème division

dimanche 25 avril 2021
par  Philippe Landru

A l’instar du foncier de la capitale, les places convoitées se trouvent au centre du cimetière. Les divisions périphériques sont reléguées et attirent moins. C’est le cas de la 81ème division, dont la forme est à-peu-près celle d’un carré en pente la menant vers l’avenue circulaire. Dans cette division, la dernière « tombe nouvelle » a trente ans : pour quelques temps encore, les défunts ici inhumés goûtent d’une tranquillité qui ne durera pas, et ici comme ailleurs les vieilles tombes illisibles recouvertes de mousse non renouvelées finiront par laisser place à d’autres...

Aucune vedette de premier plan ici.


LES PERSONNALITÉS


- RUEL Xavier


... mais aussi


- Le sculpteur Arthur Pierre ADMIRA (1839-1882) était autrefois orné d’un buste en pierre qui a disparu et a été remplacé par une croix en granit.

- Le sculpteur Lucien ALLIOT (1877-1967) qui suivit suit les cours de Louis-Ernest Barrias et de Jules Coutan avant d’exposer lui-même au Salon. Il repose avec sa fille, la peintre Violette ALLIOT (1908-2005).

- Paul BARBE

- Edouard BONNET-DUVERDIER (1822-1882), qui participa activement à la Révolution de 1848 et fut proscrit. Il ne rentra en France qu’après le 4 septembre 1870 et devint l’administrateur du journal Le Peuple souverain. Conseiller municipal de Paris en 1874, il fut est emprisonné en 1877 pour offense au président Mac Mahon. Alors qu’il était emprisonné, il fut élu député du Rhône (1877-1882). Il siégea à l’extrême gauche.

- Charles-Romain et Paul CAPELLARO

- Le médecin François Xavier CATTIAUX (1821-1898). Militant républicain démocrate-socialiste, il fut apprécié pour son dévouement et sa participation à des œuvres philanthropiques. Conseiller municipal de Paris, il brigua en vain à plusieurs reprises la députation. Je n’ai pas retrouvé son tombeau.

- Le physicien Achille CAZIN (1832-1877) repose avec l’homme de lettres Robert CAZIN (1831-1905) et Jeanne CAZIN (1839-1925), auteure de romans pour la jeunesse. Le médaillon d’Achille est signé Louis Edmond Cougny et les médaillons de Robert et Jeanne par Félix Benneteau.

JPEG - 22.4 ko
Achille
JPEG - 21 ko
Robert
JPEG - 22.7 ko
Jeanne

- Le peintre décorateur CHÉRET (Jean-Louis Lachaume de Gavaux : 1820-1882), qui réalisa des décors pour l’Opéra.

- Le peintre Léon-François COMERRE (1850-1916), élève d’Alexandre Cabanel dont il subit l’influence orientaliste, il reçut le prix de Rome en peinture d’Histoire de 1875. Il fut l’oncle d’Albert Gleizes, l’un des fondateurs du cubisme. Avec lui repose son épouse, Jacqueline COMERRE-PATON (1859-1955), également peintre et également élève de Cabanel. Elle était la fille de Emilie Paton, qui repose également dans la division mais dans une autre tombe, et dont elle réalisa le médaillon en bronze. Le buste en bronze qui orne la tombe est de Jean-Antoine Injalbert.

- Le vice-amiral Alfred CONRAD (1824-1891) qui servit à la fois dans les campagnes militaires du Second empire (Italie en 1859, Mexique) et dans les conquêtes coloniales. Il fut préfet maritime de Lorient. Il repose avec son épouse, qui était la nièce de l’amiral Bruat.

- L’actrice Virginie DÉJAZET (1797-1875) : issue d’un milieu modeste, elle s’initia à la danse et s’essaya à la comédie aux côtés de sa sœur Thérèse qui était figurante à l’Opéra de Paris. Elle joua dans plusieurs théâtres et on lui associa un jeune auteur dramatique, Victorien Sardou, pour qui elle avait une admiration sans bornes. Afin de pouvoir faire jouer les œuvres de son jeune protégé, Virginie Déjazet racheta le théâtre Folies Nouvelles auquel elle donna son nom en 1859. Durant soixante-dix ans de carrière, elle a tenu pas moins de deux-cents cinquante rôles et signé plus de deux-cents trente créations. Son fils, Eugène DÉJAZET (1819-1880) fut compositeur et musicien. Il composa une vingtaine d’opéras et d’opérettes, une grande partie de ses compositions étant interprétées par sa mère. Ils reposent tous les deux dans le même tombeau.

- Emile DUBOIS (1853-1904) : président du conseil général de la Seine de 1897 à 1898, il fut député de la Seine de 1898 à 1904, inscrit au groupe Républicain socialiste. On appréciera le fait qu’il repose dans la chapelle « Robin-Dubois » !

- Jean-Paul FARRÉ (né en 1948) : comédien de théâtre, de cinéma et pour la télévision, il est également pianiste depuis 1974, dans des one-man-shows originaux, ses propres créations artistiques à tendance burlesque musicale. Il remporta en 2010 le Molière du théâtre musical pour Les Douze Pianos d’Hercule. Il est toujours vivant mais son caveau est prêt ! Il reposera a priori avec sa compagne, la violoniste Muriel RAYNAUD (née en 1963).

- La jeune actrice russe Julie FEYGHINE (Julie Feigin : 1861-1882) qui fut la maîtresse du duc de Morny et qui se donna la mort.

- Les architectes Emile (1848-1911) et ses fils Marcel (1887-1949) et Robert HENNEQUET (1888-1943).

- Le médecin et professeur de pathologie interne, d’origine suisse et naturalisé français Sigismond JACCOUD (1850-1913). Il était membre de l’Académie de médecine qu’il présida.

- Le peintre Eugène Armand LA CHAISE (1857-1925), qui repose avec le peintre orientaliste étatsunien Charles James THERIAT (1860-1937).

JPEG - 12 ko
Lachaise
JPEG - 15.6 ko
Theriat

- Olympe MARTELLET (Adèle Colin : 1809-1902), gouvernante d’Alfred de Musset.

- Le général Louis Ernest de MAUD’HUY (1809-1883), qui commanda le camp Satory pendant la Commune de Paris. Il était l’oncle du général de Maud’huy (qui repose aux Invalides).

- Henri MOISSAN (1852-1907) : pharmacien-chimiste, spécialiste des corps à hautes températures, il est principalement connu pour avoir isolé le premier le fluor. Ses travaux eurent beaucoup d’applications dans l’industrie. Il reçut le prix Nobel de chimie de 1906.

- L’architecte Henri Anatole MONCEL (1853-1915).

- Ludwik Adolf NABIELAK (1804-1883) : poète et historien polonais, il prit part à l’Insurrection de novembre 1830. Avec un groupe clandestin de civils, il s’empara en novembre 1930 du palais du Belvédère, résidence du grand-duc Constantin, frère du tsar Nicolas 1er, avec l’intention d’assassiner celui-ci. Ce dernier échappa aux assaillants. A l’échec de l’insurrection, il est contraint à l’exil en France où il devint ingénieur de mines. Son souhait d’être enterré dans le cimetière Łyczakowski de Lviv (Pologne) n’a jamais été exaucé et il repose ici avec ses enfants. Dans le caveau repose son petit-fils, l’écrivain Paul VIALAR (1898-1996). Pionnier de la télévision, le 8 décembre 1935, il réalisa avec Wladimir Porché la première émission de variétés ; en l’occurrence la lecture du récit de la tournée en Italie de la comédienne Béatrice Bretty. Auteur de romans, de nouvelles et de pièces de théâtre, il reçut le Prix Femina 1939 pour son troisième roman, La Rose de la mer.

- Le chanteur d’Opéra Georges NOEL NANSEN (1878-1952).

Emilie PACINI-PATON « Jacques ROZIER » (1820-1887) : fille du compositeur italien Antonio Pacini (qui repose dans ce même cimetière, dans la division 48), elle se fit connaître en publiant des chroniques et articles sur les beaux-arts sous un le pseudonyme Jacques Rozier (du nom de sa mère). Elle publia ensuite plusieurs romans, dont Le Divorce de Sarah Moore qu’elle adapta pour le théâtre. Elle repose avec son époux, le chroniqueur financier français Jules PATON (Jules Fleurichamp : 1817-1890). Sa chapelle est ornée d’un médaillon en bronze par Jacqueline Comerre-Paton, sa fille, qui repose dans cette même division avec son époux.

- Le peintre Charles RIVIÈRE (1848-1920), auteur de scènes paysannes. Le musée du Faouët (56) où il séjourna possède plusieurs de ses œuvres.

- Le compositeur Victor ROBILLARD (1827-1893). Chef d’orchestre du Théâtre du Palais-Royal (1863-1869), on lui doit les musiques de plus de cinq cents chansons et chansonnettes populaires du XIXe.

- La pianiste Marie-Aimée ROGER-MICLOS (1860-1951), qui enseigna également le piano au Conservatoire de Paris. Camille Saint-Saëns lui dédia une pièce pour piano qu’elle créa en 1891. Elle se maria deux fois et repose avec ses deux époux. Le vitrail de sa chapelle ouvert à tous vents, qui représente une lyre, est dans un sale état. Chapelle Roger-Miclos

- La poétesse Nayer SAÏDI (1919-1991).

- Le général Louis René VIARD (1862-1952), qui servit sur tous les terrains de conquêtes coloniales de l’époque (Algérie, Tonkin, AEF) puis mena les campagnes polonaises « contre le bolchévisme » (1919-1920).

- VOLSY (Valentine Blondeau : 1853-18888) qui fut actrice au Théâtre de l’Odéon et au Théâtre du Gymnase. La tombe est encadrée par deux putti en bronze non signés.


Anecdotes et curiosités


- Dans cette division repose Julien Livi, le frère d’Yves Montand et le père du producteur de cinéma Jean-Louis Livi.


Réalisations artistiques


JPEG - 35.8 ko
Tombe Chappey
Par Eugène-Jean Boverie
JPEG - 26.9 ko
La belle tombe Verdier-Dufour-Cusenier
JPEG - 44.4 ko
Tombe Debrie

La tombe Gorecki était naguère ornée d’un médaillon en bronze par Hector Lemaire qui ne s’y trouve plus.
La tombe de Michel Vidal (+1885), qui possédait un bas-relief en bronze, a disparu.
La chapelle Vernaudon possède un buste et un vitrail, tous deux brisés ! Chapelle Vernaudon-Couder
- quelques vitraux, pas tous en très bon état (!).

JPEG - 41.6 ko
Chapelle Baude - Massenat-Deroche
Un Saint-Joseph par Mathieu
JPEG - 38.4 ko
Chapelle Dugendre
JPEG - 39.3 ko
Chapelle Delsal
JPEG - 32.9 ko
Chapelle Fournier-Compagnone
JPEG - 34 ko
Chapelle Lebrun
JPEG - 37.4 ko
Chapelle Wirth

Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?