BARRIAS Louis-Ernest (1841-1905) et Félix Joseph (1822-1907)

Passy - 8ème division
vendredi 6 mai 2011
par  Philippe Landru

Dans ce caveau reposent deux frères artistes inégalement connus :

- L’aîné : Félix Joseph BARRIAS (1822-1907). Formé en 1838 par Léon Cogniet à l’Ecole des Beaux-Arts, il présenta plusieurs portraits au Salon de 1840, jugés décevants par la critique. Cette sanction le conduisit vers la peinture historique et religieuse : il remporta le Grand Prix de Rome en 1844, avec son Cincinnatus recevant les ambassadeurs du sénat (Ecole des Beaux-Arts) exécuté dans la pure tradition néo classique. Toute son oeuvre s’inscrivit dans les canons de l’art académique officiel. On luit doit plusieurs plafonds peints de l’Opéra Garnier, et des peintures conservées dans les églises.

- Le cadet, de loin le plus connu : Louis-Ernest BARRIAS (1841-1905). Ayant suivi lui aussi une formation artistique, il délaissa la peinture pour s’orienter vers la sculpture sous la direction de François Jouffroy. À 23 ans, il obtint le Prix de Rome et fut engagé sur le chantier de l’Opéra de Paris. Il produisit par la suite de nombreuses œuvres sculptées, la plupart en marbre. Admis à l’Académie des Beaux-Arts en 1884, il devint professeur à l’École des Beaux-Arts, où il eu comme élève Victor Ségoffin. La majeure partie de son œuvre peut être vue à Paris, en statuaire publique, au Musée d’Orsay ou dans les cimetières. L’une de ses réalisations les plus emblématiques, bien que finalement peu connues des tombereaux de gens qui se rendent sur ces lieux quotidiennement, est La Défense de Paris, bronze érigé en 1883 au rond-point de Courbevoie. Cette statue, qui remplaça un Napoléon Ier déposée en 1848 par les révolutionnaires, fut à l’origine du nom du quartier de La Défense. Elle est toujours-là, anachronisme enclavé en plein milieu d’un quartier moderne, dont le public fait bien peu cas.

Concernant ses réalisations pour le funéraire, qui nous intéressent évidemment particulièrement, on citera :

  • au Père Lachaise
    - Le médaillon de la tombe Bigot (44)
    - Le tombeau de Thomas Couture (4e division)
    - Le tombeau d’Anatole de la Forge (66e)
    - La sépulture Guérinot (55e)
    - Le médaillon de la tombe Roslin (22e)
  • à Montmartre
    - Le médaillon du peintre Blanchard (2e : tombe disparue)
    - Le médaillon de la tombe Garnier (8e)
    - La statue (La jeune fille de Bou-Saada) et le médaillon de la tombe Guillaumet (21e)
  • à Montparnasse
    - Le médaillon de la tombe Mazerolle (7e)
    - La statue de la tombe Barboux (28e)

Paradoxalement, pas d’oeuvre Barrias à Passy, pas même celles qui ornent sa tombe et qui furent réalisées par André Allar.


Retour vers le cimetière de Passy


Commentaires