VENISE : cimetière San Michele

Visité en avril 2006
jeudi 19 juin 2008
par  Philippe Landru

JPEG - 17.7 ko JPEG - 102.3 ko

JPEG - 24.2 ko Les touristes qui se rendent par tombereaux sur l’île Murano dont la réputation est très galvaudée font tous une halte au cimetière San Michele. Cernée de hauts murs en terre brune d’où dépassent des cyprès vert sombre, San Michele est située au large des Fondamente Nuove, qui longent la lagune. Site unique au monde, défi technique à l’époque de sa fondation, le cimetière de Venise occupe l’intégralité de ce qui furent deux îles à l’origine : San Michele et San Cristoforo della pace. C’est par l’édit de Saint-Cloud de 1804 que Napoléon, alors maître de la ville, décide pour des raisons d’hygiène (particulièrement problématique dans une lagune) de fermer les petits cimetières paroissiaux lesquels, comme partout en Europe, entouraient les églises. Il confie le projet d’un nouveau grand cimetière à l’architecte Gian Antonio Selva, auteur de la Fenice.

JPEG - 31.4 ko

Il fallut combler l’étroit canal séparant les deux îles : ce n’est qu’en 1836 que le projet fut terminé. Une partie de l’île servit un temps de prison autrichienne.

Le cimetière est divisé selon les différentes confessions : si la partie catholique est évidemment la plus grande, on trouve également un cimetière orthodoxe (où sont inhumés Stravinsky, Brodsky et Diaghilev), une section protestante (où est Ezra Pound) et une section juive.

La section orthodoxe est souvent décrite comme abandonnée et en mauvais état. A vrai dire, elle a plutôt un caractère champêtre. JPEG - 38.6 ko

Phénomène unique au monde, les corbillards transportent les cercueils jusqu’à San Michele en gondoles, quotidien finalement assez ordinaire pour les Vénitiens. JPEG - 14 ko

Le cimetière est toujours utilisé, mais le manque de place oblige la reprise constante des tombes : les ossements sont alors transférés dans des ossuaires, ici ou sur l’île Sant’Ariano, et de plus en plus sur le continent à Mestre.

JPEG - 30.2 ko L’ensemble architectural est élégant : dès l’entrée, des cloitres abritent les tombeaux les plus anciens. Chaque parcelle est entourée de murs sur lesquels s’adossent les monuments les plus ouvragés. Au centre, simples mais harmonieuses, les tombes modestes se dressent sur des pelouses verdoyantes. JPEG - 37 ko JPEG - 39.4 ko

Curiosités

— Le site tout d’abord, tout-à-fait étonnant, et la promenade en vaporetto pour s’y rendre.

— Dès l’entrée, les visiteurs ne font pas forcément attention à l’église JPEG - 18.8 ko San Michele in Isola, proche du débarcadère. Elle fut l’œuvre de Mauro Coducci, fut édifiée à partir de 1469, et rappelle qu’ici se tenait anciennement un monastère. Mine de rien, elle fut la première église de Venise à avoir une façade en pierre blanche d’Istrie et un portail renaissance, ce qui en fait donc l’une des plus vieilles églises du monde a adopté ce nouveau style. Elle est flanquée de la chapelle Emiliani, qui date de 1530. A l’intérieur de l’église se trouve la tombe de l’historien vénitien Paolo Sarpi (1552-1623)

— Ici, comme dans tous les cimetières de la péninsule, le meilleur cotoye le pire, selon que les Italiens se souviennent que leur pays est l’un des principaux épicentres de la culture mondiale ou bien qu’ils sont un peuple attaché à des bondieuseries sulpiciennes comme seul le catholicisme a pu en créér. A ce niveau, il est intéressant de noter le très grand nombre de petits bustes de Jean XXIII (ou de Pie XII, selon les obédiences) qui « ornent » les tombes. Padre Pio et François d’Assise ont bien la côte également ! JPEG - 45.1 ko JPEG - 38.6 ko

A coté des chapelles et des monuments ciselés coexistent les « chapelles blockhaus », toujours très imposantes. JPEG - 24.7 ko

Et bien sur, inévitables, les barres HLM des cases de columbarium. JPEG - 35.5 ko

Encore que dans ce domaine, des columbariums plus anciens s’apparentent à des « magasins de la diveristé funéraire », où tous les styles d’urnes se cotoient. JPEG - 39.1 ko JPEG - 37.5 ko

Les monuments

Comme dans tous les cimetières italiens, les grandes familles de la bourgeoisie et de l’aristocratie se sont fait construire des monuments souvent imposants, réalisés par les artistes les plus en vue de l’époque. Parmi ces derniers, les plus constants furent Annibale De Lotto, Urbano Botasso, Luigi Gaggio ou encore Francesco Scarpabolla.

Voici quelques unes de leurs réalisations :

JPEG - 32 ko
Monument Saccomani, par Giovani De Carli
JPEG - 36.6 ko
Monument Massaroli, par Fabio Cadorin
JPEG - 34.9 ko
Monument de Manzoni
JPEG - 31.6 ko
Monument Conte, par Carlo Lorenzetti
JPEG - 35.8 ko
Monument Conagini, par Urbano Bottaso
JPEG - 27.1 ko
Monument Mariacher
JPEG - 26.9 ko
Monument Ceresa, par Emilio Marsili
JPEG - 29.4 ko
Monument Pasqualin, par Annibale de Lotto
JPEG - 27.7 ko
Monument Acerbi, par Girolamo Bortotti
JPEG - 37.4 ko
Monument Penzo, par Francesco Scarpabolla
JPEG - 41.3 ko
Tombeau des aviateurs Bologna, Miraglia et Bresciani
JPEG - 27.3 ko
Monument Potenza, par Annibale De Lotto
JPEG - 33.3 ko
Monument Kaliensky, par Enrico Butti
JPEG - 33.9 ko
Monument Scarpa, par Francesco Scarpabolla
JPEG - 31.4 ko
Monument Suppanich, par Annibale De Lotto

D’autres tombeaux, parfois moins imposants, n’en demeurent pas moins dignes d’intérêt :

JPEG - 26 ko JPEG - 38.5 ko JPEG - 29.5 ko JPEG - 32.9 ko JPEG - 33.8 ko JPEG - 32.2 ko JPEG - 36.1 ko JPEG - 39.3 ko JPEG - 40.4 ko JPEG - 28.6 ko

Les célébrités : les incontournables...

— Joseph BRODSKY (1940-1996) : poète américain JPEG - 8.2 ko d’origine russe, il fut un autodidacte. Après la publication de ses poèmes dans les années 1960, il est arrêté pour « parasitisme » et condamné en 1964 à sept ans de travaux forcés. Libéré en 1966, il fut expulsé de son pays natal en 1972. Après Vienne, il s’installa et enseigna dans les universités prestigieuses des Etats-Unis. Il reçuit le Prix Nobel de littérature en 1987. Amoureux de l’Italie, et de Venise en particulier, il fut inhumé dans la partie protestante du cimetière. JPEG - 46 ko

— baron CORVO (Frederick William Rolfe : 1860-1913) : JPEG - 10.5 ko écrivain et aventurier britannique, il fut l’auteur d’une œuvre excentrique, précieuse et révoltée. D’origine protestante mais convertit au catholicisme, son indépendance d’esprit et son homosexualité affichée l’empêchèrent de devenir prêtre. Il erra à travers l’Europe pendant près d’une décennie, exerçant diverses professions, avant de décider, en 1898, de devenir écrivain et de signer ses écrits sous le pseudonyme italianisant de baron Corvo. Il s’installa à Venise en 1908. Son œuvre, largement et librement inspirée par l’Italie de la Renaissance, est le lieu idéalisé d’une rêverie aristocratique et raffinée. Rolfe s’illustra dans divers genres, puisqu’il écrivit une histoire des Borgia (1901), une série de vies des saints, mais aussi des nouvelles, (Stories Toto Told Me). Dans une autobiographie fantaisiste, Hadrien VII, il se transposa avec délectation dans la Rome du Quattrocento et sous les traits de son personnage principal, se fit accéder au rang de pape. Il consacra ses dernières années à l’écriture de son chef-d’œuvre, le Désir et la Poursuite du Tout, un récit de sa vie à Venise. Il fut également l’auteur d’un roman, Don Tarquinio et d’une Correspondance en dix volumes. JPEG - 29.7 ko

— Serge de DIAGHILEV (1872-1929) : impressario JPEG - 9.5 ko russe d’origine aristocratique, il crée à St Petersbourg en 1907 ce qui restera sa grande oeuvre : les Ballets russes. Dès 1909, la compagnie entame une tournée internationale et, en 1911, Diaghilev coupe les ponts avec le Ballet Impérial. La compagnie devient une troupe privée, indépendante, qui se fixe à Monte-Carlo, Paris et Londres, sans s’attacher à aucun théâtre en particulier. Les commandes de ballets qu’il passe aux compositeurs de son temps (Debussy, Satie, Ravel, Poulenc, Prokofiev...), l’audace des décors (signés Léon Bakst, Picasso, Cocteau...) ou des costumes (Paul Poiret), la virtuosité des danseurs (Anna Pavlova, Nijinski, Lifar ou Balanchine), font de ses ballets la vitrine de la modernité des années 10 et 20. Sa collaboration la plus célèbre demeure celle qu’il eut avec Stravinsky. Il lui commanda ce qui allait devenir les oeuvres majeures du compositeur : L’Oiseau de feu, Petrouchka en 1911 et Le Sacre du printemps en 1913.
Tous les deux reposent désormais dans la partie orthodoxe du cimetière.

JPEG - 32.3 ko

La tradition voulant que les jeunes danseurs viennent déposer leurs chaussons sur la tombe du maître (phénomène analogue sur la prétendue tombe Taglioni au cimetière Montmartre) est ici également respectée. JPEG - 27.6 ko

— Christian DOPPLER (1803-1853) : peut-être vous est- JPEG - 5.5 ko il arrivé de prendre rendez-vous à l’hôpital pour « passer un doppler », sans savoir exactement de quoi il s’agissait ? Christian Doppler était un mathématicien et physicien autrichien dont le champs d’étude fut large : optique, astronomie, électricité… Il est resté célèbre pour avoir découvert « l’effet doppler », le décalage de fréquence d’une onde acoustique ou électromagnétique entre la mesure à l’émission et la mesure à la réception lorsque la distance entre l’émetteur et le récepteur varie au cours du temps. Cet effet est utilisé pour mesurer une vitesse, par exemple celle d’une voiture, ou bien celle du sang lorsqu’on réalise des examens médicaux (notamment les échographies en obstétrique ou en cardiologie). Il est d’une grande importance en astronomie car il permet de déterminer directement la vitesse d’approche ou d’éloignement des objets célestes. Aussi ne compte-t-on plus les domaines où sa découverte est utilisée : des radars au sonar, des examens médicaux au domaine de la navigation !! Atteint de la tuberculose, Doppler se rendit à Venise pour les bienfaits espérés du climat. Il y mourut et y fut donc inhumé. JPEG - 34 ko

— Helenio HERRERA (1916-1997) : joueur de football argentin JPEG - 11.5 ko naturalisé français, il devint un entraîneur mythique. Si sa carrière de joueur fut exclusivement française et assez modeste en terme de palmarès, sa carrière d’entraîneur l’appella dans quatre pays (Espagne, Portugal puis Italie) pour entamer une collection de trophées assez incroyable. Son séjour le plus marquant en tant qu’entraîneur d’une équipe restera celui qu’il effectua à l’Inter Milan de 1960 à 1968. Il y gagna de multiples coupes conférant à l’Inter la réputation de meilleure équipe de club au monde dans les années 60. JPEG - 36 ko

— Luigi NONO (1924-1990) : compositeur italien, élève de JPEG - 4.3 ko Malipiero, Maderna et Scherchen, il fut un adepte de la musique sérielle dont il devint, avec Luciano Berio, le plus éminent représentant en Italie. Sa musique d’avant-garde fut aussi l’expression d’une révolte contre la culture bourgeoise, concrétisée par son engagement communiste révolutionnaire. Il eut fréquemment recours aux textes politiques dans ses œuvres, qui sont souvent ouvertement politiques : ainsi mit il en musique des poèmes de Cesare Pavese, Federico García Lorca, Pablo Neruda ou Paul Éluard. JPEG - 42.6 ko JPEG - 22.2 ko

— Ezra POUND (1885-1972) : poète, musicien et critique JPEG - 7.1 ko américain, il fit partie du mouvement moderniste du début des années 1920 et fut le chef de file de plusieurs mouvements littéraires et artistiques comme l’imagisme et le vorticisme. Personnage polémique, son influence sur la modernité des lettres fut considérable, mais fervent supporter de Benito Mussolini, il fut critiqué pour ses prises de position antisémites. Son engagement lui valut d’être condamné en 1945. Reconnu malade, il fut interné jusqu’en 1958. Il passa le reste de sa vie dans le mutisme, ne prononçant plus un mot. Au gré de ses rencontres, il favorisa les carrières de nombreux écrivaines (William Butler Yeats, Eliot, Joyce, Robert Frost, Ernest Hemingway, D. H. Lawrence...). Il fut un des premiers à utiliser la versification libre. Son oeuvre majeure restera les Cantos, ensemble de poèmes mêlant les sujets, les langues et les styles, qu’il laissa inachevés. JPEG - 41.5 ko

— Igor STRAVINSKY (1882-1971) : Compositeur russe JPEG - 4.9 ko naturalisé français, puis américain, il fut emblématique du XXe siècle, naviguant entre l’écriture néoclassique, le jazz, la polytonalité ou la musique sérielle, avec une virtuosité et une capacité d’adaptation remarquables, tout en conservant une empreinte personnelle reconnaissable entre toutes. En 1913, son oeuvre phare et corrosive, le Sacre du Printemps, sous l’égide des Ballets russes, marqua un tournant dans la musique du XXe siècle et fit scandale, au moins autant par la chorégraphie de Nijinski que par l’originalité de sa musique... Stravinsky influença tout autant l’évolution de la musique classique que celle du jazz. Il partit pour les Etats-Unis où il explora de nouvelles formes musicales et collabora avec le chorégraphe Balanchine. A la fin de sa vie, il revint à une inspiration plus religieuse.

Il repose dans la partie orthodoxe du cimetière, à quelques mètres de Diaghilev qui contribua à son succès. JPEG - 39.1 ko

... mais aussi

C’est également dans ce cimetière que repose le français Léon GISCHIA(1903 -1991), peintre non figuratif de la Nouvelle École de Paris qui créa de nombreux décors et costumes pour le Théâtre national populaire de Jean Vilar.

Bien d’autres célébrités reposent au cimetière San Michele, mais leur renommée ne dépasse que rarement l’Italie, voire Venise elle-même. Sans être exhaustif, on pourra citer les peintres Natale Schiavoni (1777-1858), Louis Léopold Robert (1794-1835), Martin Rico y Ortega (1833-1908), Giacomo Favretto (1849-1887), Pietro Fragiacomo (1856-1922), Armando Pizzinato (1910-2004), Emilio Vedova (1919-2006), ainsi que le peintre slovène Zoran Mušič (1909-2005) ; l’architecte Lorenzo Santi Senese (+1839) ; l’ancien ministre Giovanni Ponti (1896-1961) ; l’historien et journaliste Pompeo Molmenti (1852-1928) ; le compositeur Ermanno Wolf-Ferrari (1876-1948) ; les dramaturges Giacinto Gallina (1852-1897) et Riccardo Selvatico (1849-1901), qui fut maire de Venise et qui fonda la Biennale en 1895 ; les acteurs Emilio Zago (1852-1929) et Cesco Baseggio (1897-1971), qui interprétèrent l’oeuvre de Goldoni ; les scénographes Giuseppe (1803-1873) et Pietro (1828-1911) Bertoja ; le médecin et sénateur Antonio Berti (1812-1879) ; le psychiatre Franco Basaglia (1924-1980), qui lutta contre la pratique de l’institution asilaire, le physicien danois Wilhelm Meyer (1824-1895) ; l’ambassadeur britannique en Italie Ashley Clarke (1903-1994), qui lutta toute sa carrière pour la préservation de Venise ; l’historien de l’art autrichien Franz Wickhoff (1853-1909).

JPEG - 32.2 ko
Tombeau de Ermanno Wolf-Ferrari, par Otello Bertazzolo
JPEG - 33.7 ko
Tombeau de Riccardo Selvatico et de Cesco Baseggio
JPEG - 31.6 ko
Tombeau de Giacinto Gallina, par Urbano Nono
JPEG - 30.2 ko
Tombeau de Emilio Zago
JPEG - 36.7 ko
Tombeau de Giuseppe et Pietro Bertoja

Un ouvrage récent existe sur le cimetière (en italien) :
BELTRAMI Cristina, Un’isola di marmi - guida al Camposanto di Venezia, ed. Filippi, 2005


Commentaires

Logo de Adri08
VENISE : cimetière San Michele
mercredi 29 octobre 2014 à 22h21 - par  Adri08

Contrairement à ce qui est écrit, il n’y a pas de carré Juif à San Michele.

Le cimetière juif est situé sur l’île du Lido.

Logo de Raluca
VENISE : cimetière San Michele
samedi 29 juin 2013 à 03h52 - par  Raluca

Je signale dans la partie orthodoxe du cimetière la tombe d’un écrivain roumain Traian Filip. Il n’a pas fait une grande carrière, pourtant c’état un personnage d’un raffinement à part.

Logo de Marie Beleyme
VENISE : cimetière San Michele
mercredi 27 février 2013 à 16h07 - par  Marie Beleyme

Alors comme ça on ne se souvient plus des 3 amis très chers qui t’ont accompagné à San Michele ? Pas bravo ! :’-(

Logo de Marie Beleyme
mercredi 27 février 2013 à 16h58 - par  Philippe Landru

Je commence à te connaître : j’étais certain que tu allais écrire un truc dans ce genre :o)

Logo de Eurydice
VENISE : cimetière San Michele
mardi 26 février 2013 à 19h45 - par  Eurydice

Bonjour,
Je serai à Venise au printemps, et j’avais noté le cimetière de San Michele dans les visites à faire . J’ai lu néanmoins sur un guide que les photos étaient interdites . Est ce que vous pouvez le confirmer ? ( je précise que je ne photographie que les statues, avec du respect et une approche artistique, jamais les noms des personnes)
Merci !

Logo de Eurydice
mardi 26 février 2013 à 22h51 - par  Philippe Landru

Il y a bien longtemps que je ne prends plus en compte ces « interdictions » aussi liberticides que totalement stupides. Cela étant dit, soyez discrète quand vous arriverez. Dans mon souvenir, j’étais seul lors de ma visite à San Michele et n’ai pas rencontré âme qui vive. Bonne visite (le cimetière en vaut la peine).

Logo de birgitt
VENISE : cimetière San Michele
samedi 9 février 2013 à 19h27 - par  birgitt

bonjour a toutes et à tous je pianote souvent sur venise c’ est une ville que j’ adore et dans laquelle mon amour et moi avions décidés d’y passer notre retraite si nous l’avions pus car nous y allions tous les ans !
Malheureusement mon amour est parti dans une autre vie en 2011 et je m’attache encore plus a cette ville belle et mystérieuse à la fois ! de plus je suis moi aussi très interressé par les cimetières et de part mon métier aussi car dans ma ville de 48000 habitants je suis régisseur de nos deux magnifiques cimetières où nous avons aussi quelques personnages connus dont : GEORGES BRASSENS ET PAUL VALERY le cimetiére de SAN MICHELE EST A VOIR
je recherche une association franco italienne qui regroupe des personnes amoureuse de venise pour diverses activités. merci a tous et a bientôt !!!

Logo de Aredius
VENISE : cimetière San Michele
jeudi 17 janvier 2013 à 20h40 - par  Aredius

Bonjour,

Merci pour ces pages. J’ai une question : que représentent les deux statues sur leur radeau, dans la lagune, toutes proches de San Michele ? Ce radeau est amarré à des pieux.

Aredius
http://lefenetrou.blogspot.com

Logo de alain07
dimanche 15 décembre 2013 à 17h41 - par  alain07

Il s’agit de Hpmère et de Dante : la barque de Dante par Frangulyan.

samedi 9 février 2013 à 22h55

Bonjour,

Avez-vous trouvé des informations sur cette statue ? Je fais mon album photo sur mon dernier voyage à Venise et j’ai chercher l’info° sur le net, mais rien...

Si vous trouvez des info°, je prends ; ) Merci d’avance !

Mon mail : balluama@yahoo.fr

Mathilde

VENISE : cimetière San Michele
dimanche 18 novembre 2012 à 16h32

Bonjour,
Quelqu’un peut-il me dire où se trouve la tombe ou le monument ou la case de Franco Basaglia, le psychiatre qui a été à l’origine de la fermeture des hôpitaux psychiatriques en Italie, dans les années 1970 ? Une photo serait éventuellement bienvenue. Par avance, merci. Lydia Tabary

Logo de Aziz
VENISE : cimetière San Michele
mardi 13 novembre 2012 à 13h20 - par  Aziz

Bonjour,
Je viens de rentrer de Venise et, amoureux des cimetières, je tenais à visiter San Michele. Cela restera un souvenir indélébile. Ce cimetière est de toute beauté. Il rescelle une mélancolie particuliè, due certainement à cette situation insulaire et au temps très gris ce jour-là. Il peut être aussi très oppressant quand on se perd au lieu de ces murs de tombes, d’autant plus que je suis tombé sur un enterrement (le terme est sûrement impropre puisque le défunt était placé au dernier étage d’un de ces « murs »). Après 2h de visite, de déambulation san but, me laissant porter, guidé par toutes ces âmes, cherchant à bout de souffle la sortie, je me suis senti oppressé. Il n’y avait pas ou peu de touristes (un vrai plaisir !) et peu de monde. D’un seul coup plus personne ! Et puis ouf ! une grille !! Et bien non, elle donnait sur la lagune. 3/4 d’heure plus tard, j’ai trouvé la sortie. Ce cimetière est magique, une cité des morts, l’endroit où on aimerait reposer (pas dans ces « hlm » malgré tout !!, plutôt dans le carré orthodoxe, même si je suis catho.) Merci pour ce beau site. Je tiens à votre disposition des photos et des films si cela vous interesse, ainsi que d’autre sur le cimetière du Nord de Reims, le « Père-Lachaise » de chez nous. J’aimerais trouvé un livre, en français ou anlais sur cette île. a Venise je n’en ai trouvé qu’un en italien.

vendredi 18 avril 2014 à 07h53

bonjour à vous
Ma maman avait fait son voyage de noces en1936 à Venise,et m’avait parlé d’un « enterrement » somptueux en gondoles sur la lagune.Aussi lors d’une visite à venise il y a qqs années,j’ai voulu visiter san michele et je n’ai pas été déçue : une merveille. Les tombes des danseurs m’ont aussi émue.
Comme vous avez écrit sur le cimetière de Reims,que je suis ardennaise,et que ds ma famille,il y a
un ancien vicaire de st André,né à Pouru -st-rémy(08),auriez vous reconnu sa tombe par hasard ?
Il s’appelait : JACQUES EUGèNE WUILLèME, on le trouve ds les chroniques de Reims,milieu du 19ème siècle je crois,cela me ferait plaisir de le retrouver. A vous.

Logo de OKA
lundi 4 mars 2013 à 19h59 - par  OKA

Bonjour,
Avez-vous trouvé le livre en français ou en Anglais sur « l’Île aux cyprès » ?

Son histoire m’intéresse et je m’y perds un peu entre tous ses noms successifs : l’île de Saint-François du Désert, l’île des Morts de San Michèle, l’île de San Giorggio Maggiore ? S’agit-il bien de la même île sur la lagune de Venise, celle que l’on nomme l’ïle aux Cyprès ?

Merci.

Logo de kam
VENISE : cimetière San Michele
lundi 5 novembre 2012 à 00h26 - par  kam

Toute ma famille paternelle est entérrée dans ce cimetiere. Je trouve que c’est un tres beau cimetiere, dans un lieux unique !

Logo de Un professeur de culture générale
VENISE : cimetière San Michele
vendredi 19 octobre 2012 à 02h12 - par  Un professeur de culture générale

Quelqu’un peut-il me dire où a été enterré Casanova ?

Logo de Un professeur de culture générale
vendredi 19 octobre 2012 à 11h17 - par  Philippe Landru

Il repose dans l’église Santa-Barbara de l’église de Dux, en République Tchèque.

Logo de Jean-PIerre Poccioni
VENISE : cimetière San Michele
lundi 6 juin 2011 à 09h21 - par  Jean-PIerre Poccioni

J’ai observé, à côté de la tombe de Stravinsky, celle identique de Véra Stravinsky. Qui sait quand et pourquoi elle fut inhumée là ?

Et Stravinsky lui-même, mort à New-York ?

Site web : Les Stravinsky
mercredi 30 avril 2014 à 01h21

D’une part parce que c’étaient ses dernières volontés, Venise luia ayantréservé de grads succès sans qu’i y habite jamais. Ensuite, parce que l’URSS ayant demandé à recevoir son corps, Venise représentait une situation de compromis dans le contetxte de la guerre froide. Et il était naturel que Vera, qui avait tout fait pour rendre la chose possible, soit enterrée auprès de son époux.

Logo de Chantal
VENISE : cimetière San Michele
mardi 3 mai 2011 à 17h05 - par  Chantal

Ayant visité le cimetière San Michèle de Venise il y a quelques années , nous avons été surpris de trouver sur certaines tombes de toutes petites lumières ;
Savez-vous ce qu’elles représentent et si cette coutume existe dans toute l’Italie ?
Merci par avance pour votre réponse
Chantal

Logo de Nicole
VENISE : cimetière San Michele
samedi 26 juillet 2008 à 12h51 - par  Nicole

Bravo Philippe pour cet excellent reportage sur le cimetière de San Michele que je viens de lire avec attention.
Je croyais bien le connaître mais je m’aperçois qu’il y a encore pas mal de tombes de « célébrités » vénitiennes et autres que je n’ai pas encore vues. Merci pour cette découverte.

Dans les personnalités vénitiennes décédées tout recemment le dimanche 13 juillet à l’Ospedale di Santi Giovanni e Paolo, il y a le Comte Emile Targhetta d’Audiffret di Gréoux.
Forte personnalité dont on parlait beaucoup en période de Carnaval à Venise. Né à Nice dans une famille noble franco-italienne,(je suis d’ailleurs à la recherche de ses tombes familiales qui sont au Cimetière du Château ou celui de cimiez à Nice)
Il avait fait des études dans le domaine des arts.
Dans sa jeunesse, il avait participé aux tournages de plusieurs films historiques italiens et français.
Par contre j’ignore si il a été enterré à San Michele, peut-être pourrez-vous me renseigner ?
Merci par avance

Logo de Isabelle d’Audiffret
lundi 30 août 2010 à 21h16 - par  Isabelle d’Audiffret

Bonjour, apparemment, le comte serait enterré à Cimiez. Je joins le lien de l’information sur le site venise serenissime. Cordialement. I d’Audiffret

http://www.venise-serenissime.com/home/lieux_prestige/palais_prive/palais_prive9.htm

Logo de Isabelle d'Audiffret
dimanche 3 août 2008 à 13h00 - par  Philippe Landru

Un article complémentaire posté par Nicole :

A propos du cimetière de San Michele dans ma réponse à ce sujet, je vous avais signalé la disparition
le 13 juillet d’un vénitien célèbre « Le Comte Emile Targhetta d’Audifret di Gréoux » dont on parlait beaucoup dans le monde entier,
au moment du Carnaval de Venise.
Le comte dont la famille était originaire de Nice serait enterré à Nice, soit au cimetière du Château, soit dans celui de Cimiez,
mais je n’ai pas encore retrouvé sa trace.

Voici donc ci-dessous la traduction de l’article le concernant paru dans le « Gazzettino » (journal vénitien) du 15 juillet 2008
et je vous joins aussi une photo du comte que j’avais prise dans son Palazzo à Venise.
Vous pouvez si vous le désirez bien sur sans problème l’utiliser pour votre nécrologie.

Dimanche dernier s’est éteint à l’hôpital Santi Giovanni e Paolo, Emile Targhetta d’Audiffret, prieur honoraire de la Compagnie de Calza « I Antichi ». Le comte avait 94 ans. A ses côtés le fidèle Michele qui pendant tant d’années l’a entouré et accompagné. Son amie Sandra « Donna Lucrezia » qui représentait la Compagnie de Calza a écrit dans un communiqué sur la perte du plus brillant représentant de la Venise cosmopolite, et « serenessima » aristocratiquement exubérante qui n’a jamais cédé à la prédominance de la vulgarité d’aujourd’hui.

Né à Nice d’une noble famille italo-française, le comte Emile partageait son temps entre son palais des Fondamente Nuove, dans cette ville qu’il avait choisi comme son lieu d’élection et sa maison de San Remo, où, particulièrement durant les dernières années il se retirait pour échapper aux frimas de l’hiver. Esprit d’une grande amabilité, ironique et joyeux, s’était un artiste génial et de grand talent. Peintre « vedutista » à la manière des maîtres du XVIII ° siècle vénitien, décorateur raffiné des intérieurs des palais, il avait confectionné, entièrement à la main, une collection magnifique de costumes d’époques et de mirobolants manteaux inspirés des ambassadeurs, des empereurs ainsi que des grands personnages de l’histoire, du Roi Soleil à Napoléon Bonaparte. Il aimait les revêtir surtout à l’occasion des fêtes et spectacles du carnaval vénitien quand ses très originaux personnages peuplaient les ruelles et les places, envahissaient les loges du théâtre de La Fenice et les petits divans du Café Florian qu’il adorait. Son incomparable imagination avait inspiré quelques unes des inventions les plus réussies de la « Compagnie degli Antichi », comme celle des jumeaux de Casanova.

Dans sa jeunesse il fut également acteur et avait participé à de nombreux films en costume. Très renommé à Venise, il était vénéré à Paris comme une icône.

Récemment le Figaro Magazine avait consacré sa couverture et les pages centrales où sa vie était illustrée.

Il incarnait à la perfection cet esprit aristocratique de la Compagnie de Calza qui savait s’intégrer complètement avec l’âme populaire des « Antichi », où le noble regagnait la place St Marc à côté du gondolier, l’avocat avec le boucher. « C’est une perte grave et douloureuse » commentait le Grand Prieur Bob R White Bianchin, non seulement parce que le Comte Emile était un personnage unique et inimitable mais parce qu’il nous a aussi beaucoup apporté par la qualité de sa personne et de son sens artistique. Nous conserverons de lui, ses histoires, ses anecdotes, ses façons de les raconter et son immense leçon de civilité.

Les funérailles se dérouleront demain à 11 heures dans la basilique Santi Giovanni e Paolo et seront célébrées par le père Angelo.

Article paru dans le Gazzettino de Venise du 15 juillet 2008

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

JPEG - 62.4 ko

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?