GRAY (70) : cimetière

visité en août 2017
mercredi 30 août 2017
par  Philippe Landru

Inconnu des guides et des publications sur les cimetières, le cimetière de Gray, cinquième ville du département qui, il est vrai, n’est pas des plus peuplés, réserve de nombreuses bonnes surprises à l’amateur de patrimoine funéraire.

En premier lieu, saluons la conservation d’un grand nombre d’anciens tombeaux (la partie ancienne du cimetière est vers le milieu de la nécropole). Le cimetière actuel fut conçu pour remplacer celui situé route de Dole. Réalisé en 1837 par le géomètre Jean-Baptiste Bertrand ; sa construction fut dirigée par l’architecte Théodore Henriot de Gray. Ouvert en 1840, il fut agrandi en 1890 comme l’indique une inscription située sur un monument au centre du cimetière.

Pas de grande célébrité ici, mais toute une pléiade de personnalités secondaires qui marquèrent la région et la commune.


Curiosités


-  La partie ancienne est parfois très ruinée, mais on voit que des rénovations sont en cours et plusieurs tombes anciennes connaissent des jours meilleurs. Dans le fatras minéral se dessinent des obélisques, des mausolées et des chapelles bien abandonnés de nos jours. Quelques ouvrages d’art sont encore présents. Le métal n’est pas absent de ce cimetière où reposent plusieurs maîtres de forges.

JPEG - 40.2 ko
Le vinaigrier Michel Clementz (+1889)
Il repose sous un bas-relief du même artiste que celui du compositeur Hustache.
JPEG - 31.6 ko
Médaillon du docteur Merlin (+1882) par le sculpteur Gandy d’Arc-lès-Gray
JPEG - 39.7 ko
La tombe du colonel Mourget était ornée d’un buste en bronze signé Signard malheureusement disparu


Célébrités : les incontournables...


Aucune


... mais aussi


- Le peintre romantique Léon-Marie Joseph BILLARDET (1818-1862), ancien élève de Paul Delaroche et d’Ary Scheffer, qui s’illustra surtout dans des peintures d’Histoire évoquant un passé médiéval fantasmé. Son tombeau refait est surmonté d’un amas de palette, pinceau, boîte à couleurs et papier à dessin.

JPEG - 17.1 ko
Abélard enseignant à Héloïse

- Le mécanicien et mathématicien Edmond BOUR (1832-1866), qui fut professeur de mécanique à l’école polytechnique. En 1858 il obtient le grand prix de mathématiques de l’académie des sciences pour son mémoire sur « L’intégration des équations aux dérivées partielles des premier et deuxième degrés ». Il donna son nom à une formule. Il mourut à 34 ans des suites d’une maladie contractée durant ses voyages. Un petit médaillon abimé orne la grille de son tombeau.

- Le général Emile Richard BOUTAUD de LAVILLÉON (1893-1952), qui fut en particulier président de la Délégation Française pour la Commission de Délimitation de la Frontière Franco-Italienne.

- L’architecte Christophe COLARD (1805-1886), sous un obélisque rénové.

- L’avocat Maurice DROUOT (1876-1959), il fut député de 1928 à 1932 puis de 1936 à 1940. À la Chambre des députés, il se montra un parlementaire très actif ; il joua notamment un rôle important dans la déchéance des députés communistes survenue en 1940. La même année, il approuva le vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. En 1941, il accepta de siéger au Conseil national mis en place par les autorités de Vichy. Il perdit son fils en 1945 dans la campagne d’Allemagne (ce dernier repose dans la tombe contiguë à la sienne).

- Le sculpteur Constant GRANDGIRARD (1831-1912), à qui la ville de Gray doit de nombreuses productions, essentiellement religieuses. Sa tombe est richement ornée de figures bibliques.

- Le compositeur et professeur de musique Louis-Antoine HUSTACHE (1814-1888), sous un bas-relief.

- La peintre Hélène MANGIN (1924-2006), à l’œuvre mystique.

- L’ancien maire de Gray Alexandre MARTIN (1773-1864), qui fut député de la Haute-Saône de 1807 à 1821.

- La soprano Thérèse Félicité MORE (1798-1876), sociétaire de l’Opéra-comique et pensionnaire du conservatoire royal de musique. Tombe rénovée.

- Nicolas Frédéric SIGNARD (1803-1882), qui fut un opposant à la Monarchie de Juillet. Il fut commissaire du gouvernement provisoire à Vesoul en février 1848 et député de la Haute-Saône de 1848 à 1851, siégeant à gauche. Un buste réalisé par sa fille (C. Signard) a disparu.

- Maurice SIGNARD (1840-1903) : neveu du précédent, chirurgien, maire de Gray, il fut député puis sénateur du département de 1891 à sa mort.

- Pierre VITTER (1913-1995) : maire de Gray, il fut sénateur de 1948 à 1952, puis député de 1958 à 1978. Il fut membre du Conseil de l’Europe et de l’UEO. Il repose dans le caveau de son beau-père, le général d’armée du Tsar Nicolas II Nicolas HIMITCH (1881-1967).


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?