LA CELLE SAINT-CLOUD (78) : cimetières

Visité en octobre 2009
jeudi 4 août 2011
par  Philippe Landru

Il existe à La Celle Saint-Cloud trois cimetières qui, bien que contigus, n’en sont pas moins clairement distincts : le cimetière ancien, le nouveau, et la partie la plus récente, paysagère (ou repose René Audran). Comme on le verra dans cette promenade, plusieurs personnalités y sont inhumées. La seule particularité de ce cimetière est le nombre élevé de ces enclos « privés », entourés d’arbustes ou carrément fermés d’une clé, que l’on ne trouvent pas dans les cimetières alentours.


Curiosités


- Les enclos privés sont véritablement une curiosité de ce lieu. Il semble que la pratique soit ancienne puisqu’elle date des débuts du cimetière (ainsi, la tombe des Morel de Vindé est à l’écart).
- Peu d’œuvres d’art dans ce cimetière, sinon quelques compositions contemporaines.
- Parmi elles, on notera la présence d’un bas-relief signé Paul Belmondo sur la tombe de l’ingénieur Robard.


Célébrités : les incontournables…


- Paul DÉROULÈDE


… mais aussi


- René AUDRAN (mort en 1985) : haut fonctionnaire du ministère de la Défense en France, responsable des ventes d’armes à l’Irak alors que ce pays était en guerre contre l’Iran depuis 1980, il fut assassiné le 25 janvier 1985 par le groupe armé Action directe, devant son domicile de La Celle-Saint-Cloud.

- L’académicien Emile AUGIER (1820-1889) (Voir Paul DÉROULÈDE)

- L’écrivaine Marie BELLOC-LOWNDES

- Le peintre et décorateur Jean BERQUE (1896-1954). Elève des Nabis, Félix Valloton, Maurice Denis et Paul Sérusier, il réalisa le chemin de croix de l’église Saint-Nicaise de Reims. Réputé pour ses nus, il exposa au Salon d’automne de 1924 à 1928 et au Salon des Tuileries entre 1927 et 1934. Il est surtout connu comme illustrateur de livres et illustra notamment des ouvrages d’André Gide, Pierre Louÿs, Colette, Montherlant, André Maurois, Paul Claudel, Anna de Noailles et Paul-Jean Toulet.

- Mohamed DIB (1920-2003) : écrivain algérien de langue française, auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de contes pour enfants, et de poésie. On lui doit en particulier la trilogie qui le rendit célèbre : La Grande Maison (1952), L’Incendie (1954) et Le Métier à tisser (1957), triptyque dédié à sa ville natale de Tlemcen. En 1959, il avait été expulsé d’Algérie par les autorités coloniales en raison de ses activités militantes. Il s’était alors installé définitivement en France. Il reçut le Grand Prix de la Francophonie en 1994, attribué pour la première fois à un écrivain maghrébin. Sa tombe a pour épitaphe le titre de l’une de ses œuvres, L’Arbre à dires.

- Charles DU BOS (1882-1939) : écrivain français, auteur d’un Journal et de textes critiques, il est considéré comme un critique littéraire au sens du XIXe siècle, c’est-à-dire non pas un spécialiste cherchant à mettre en évidence les points forts et les points faibles d’une œuvre, mais plutôt un sensuel désirant, par une plongée dans les profondeurs des sensations que lui procurent la lecture, trouver « l’âme » de l’œuvre, ce qui est invisible, sa spiritualité. Son activité dans le monde de l’édition des années 1920 et 1930 fut importante : traducteur, directeur de collections, préfacier, auteur de notes pour la NRF et plusieurs revues littéraires, conférencier, auteur de cours publics partiellement improvisés ... Chrétien travaillé par le doute, son sentiment religieux fut inséparable de son expérience esthétique et inversement. Dans le caveau de famille repose également son gendre, l’écrivain tchèque Jan ČEP (1902-1974) qui fut, dans l’exil, un des représentants les plus importants de la littérature spiritualiste tchèque d’inspiration catholique du xxe siècle.

- René MILLET (1910-1978) : officier de marine, il prit part aux campagnes de Tunisie et de Libye, puis d’Italie. Compagnon de la Libération, il mena après la guerre une carrière diplomatique (il fut en particulier ambassadeur de France au Tchad de 1962 à 1963, en Birmanie en 1965, au Kenya en 1969, puis consul général de France à Monaco de 1973 à 1975.

- Le vicomte Charles Gilbert MOREL de VINDÉ (1759-1842) : homme de loi, Pair de France, agronome et littérateur français. Se livrant à des observations et à des expériences agricoles, il publia sur la culture et sur les troupeaux de nombreux mémoires : ses publications sur le mérinos lui valurent d’être nommé en 1808 correspondant de l’Académie des sciences (il fut élu membre de cette même académie en 1824). Bien avant Pasteur, il semble avoir eu l’intuition de l’existence des microbes et de leur rôle dans la maladie du charbon.

- Jean-Pierre PESCATORE (1793-1855) : philanthrope et homme d’affaires d’origine luxembourgeoise, il fut le parfait représentant du bourgeois conquérant de la première moitié du XIXe siècle. En 1817 il réussit une belle affaire en obtenant de la Régie française des Tabacs, un contrat de longue durée pour la livraison de tabacs de la Havane. Ce contrat fut à l’origine de son importante fortune. À côté du tabac, il se mêla, avec succès, de finances et monta une banque privée (la J-P Pescatore et Cie) avec un autrichien, Frédéric Grieninger. Naturalisé Français en 1846, il devint maire de la Celle Saint-Cloud. Sa tombe, un sarcophage surélevé, est ornée d’un médaillon en marbre.

- Charles PIGAULT-LEBRUN (Charles Pigault de l’Epinoy : 1753-1835) (Voir Paul DÉROULÈDE)

- La princesse russe Marie TENICHEFF (1867-1928) qui fut peintre et décoratrice, mais également collectionneuse et mécène.


Commentaires

Logo de Renaud SIRY
LA CELLE SAINT-CLOUD (78) : cimetières
dimanche 29 octobre 2017 à 08h33 - par  Renaud SIRY

Concernant la présence du cercueil de Charles Du Bos, au cimetière de la Celle Saint Cloud, je tiens à préciser qu’il se trouve dans le Monument Funéraire de ma Famille SIRY, au sein duquel sont, bien sûr inhumés, les membres de ma famille, du côté paternel.
Ainsi, y reposent mon Père, Bertrand SIRY, ma grand-Mère Catherine SIRY, née Deshoulières, etc...
Ma Tante Yvonne GALLIMARD y repose aussi.
Ce grand monument horizontal est placé dans un enclos privé, auquel on accède par une grille en fer forgé noire. Deux bancs de pierre permettent de se recueillir et quelques arbustes décorent ce lieu assez privilégié. Renaud SIRY

Logo de Renaud SIRY
jeudi 22 février 2018 à 19h32 - par  Philippe Landru

@QUEYRAT Lisette : Juilette DUBOS née SIRY (+1970) et Primerose CEP née DUBOS (+1985) reposent bien dans ce caveau

Logo de QUEYRAT Lisette
jeudi 22 février 2018 à 19h10 - par  QUEYRAT Lisette

Monsieur Renaud Siry, Bonjour

Jan Cep, gendre de Charles Du Bos ayant été, en principe, enterré dans la tombe de ce dernier, pouvez-vous m’indiquer si l’ épouse de Charles Du Bos, Juliette Siry, est à ses côtés ou dans votre monument funéraire ainsi que leur fille Primerose ?
Nous recherchons les enfants de Jan et Primerose (Jean et Claire, jumeaux nés en 1955).

Merci.
Lisette Queyrat Chargée de Mission Le Souvenir Français
_

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?