LILLE (59) : cimetière de l’Est

Visité en avril 2008
lundi 19 janvier 2009
par  Philippe Landru

Sur 22 hectares, le cimetière de l’Est fut créé en 1779 (ce qui en fait l’un des plus vieux cimetières de cette taille en France) sur un ancien parc, la famille propriétaire des lieux demandant, en cédant son terrain à la commune, qu’elle en conserve le caractère paysager. Ce qui fut fait : ce cimetière est admirable, sans aucun doute l’un des plus beaux de France et pourtant si méconnu, par les Lillois eux-mêmes ! Quasiment aucune rencontre lors de ma visite, mais il est vrai que le temps ne s’y prêtait pas particulièrement, comme en témoignent les photos ! Les esprits chagrins diront que c’est un temps lillois… au moins cette pluie donne-t-elle un beau vert aux plus de 520 espèces végétales qui trouvent refuge ici, en plein milieu du quartier hyper moderne d’Euralille (le cimetière n’est qu’à quelques encablures de la gare).

Autre ombre au tableau : aucun plan valable pour guider les rares visiteurs, aucune promotion du cimetière… Encore que l’actuelle et très cordiale conservatrice que nous avons rencontrée est passionnée par son cimetière et dresse progressivement la liste des monuments remarquables. Un guide devrait sortir prochainement…

Comme dans toutes les villes, le cimetière de l’est dresse un portrait fidèle des paradoxes de Lille, entre un ancrage ouvrier important (et une tradition ouvrière socialiste solide qui y est née) et une tradition bourgeoise et catholique, qui puisa sa force dans les industries, en particulier les filatures. Les sépultures modestes, à l’écriture le plus souvent irréprochable à la manière d’une calligraphie de cahier d’enfant sage (c’est là une des caractéristiques de ce cimetière), côtoient les monuments opulents de la notabilité lilloise. Globalement, beaucoup de tombeaux de ce cimetière sont ornés de bustes, de médaillons et de statues…plus que d’usage en tout cas. Nous ne les présenterons pas tous : nombre d’entre eux recouvrant des individus qui n’eurent rien à voir avec la sphère publique. Les « grandes pointures » ne sont pas si nombreuses, mais un très grand nombre de personnalités, connues par les Lillois, méritent d’être présentées dans la mesure où elles restituent l’histoire de la ville, et au-delà de l’agglomération.


Curiosités


-  Le caveau collectif du « Caveau lillois », une société patoisante créée en 1905, honorant la mémoire d’une quarantaine de chansonniers. A l’instar de Desrousseaux, il existe une très forte tradition de chansonniers à Lille. Beaucoup sont inhumés dans ce cimetière.

-  L’étonnant caveau familial des Coustenoble-Dujardin (deux familles alliées de notables locaux : notaires, médecins, imprimeurs…). Une cinquantaine de noms s’égrènent sur des plaques d’époques différentes. Cette famille est celle qui fit don du terrain qui devint le cimetière : la sépulture pourrait contenir jusqu’à 150 personnes !

-  La très belle tombe Decottignies représentant une mère âgée agenouillée devant la simple croix de bois, surmontée d’un casque de poilu, de son fils.

-  Le professeur de musique Edmond Deren, représenté sur sa tombe avec sa clarinette par Boutry.

-  L’étonnante tombe représentant une grande statue en bronze de la violoncelliste Eliza de Try (1846-1922) jouant de son instrument. Elle fut réalisée par Baert et Caby.

-  Une colombe en bronze signée Liping sur la tombe Bonduel.

-  Un beau buste de Gustave Crauk sur la tombe de l’édile Antoine Brasseur.

-  Les fusillés lillois : c’est le nom d’un monument de Félix Desruelles situé dans un square de Lille, commémorant l’exécution de cinq résistants lillois à l’occupation allemande en 1915, à savoir Jules Maertens, Eugène Deconynck, Sylvère Verhulst, et Eugène Jacquet, exécutés le 22 septembre 1915, et Léon Trullin, fusillé le 08 novembre de la même année à 18 ans. Ils donnèrent leur nom à l’allée du cimetière sur laquelle se trouvent la tombe de quatre d’entre eux.

—  Celle d’Eugène Jacquet, chef du comité de résistance, est ornée des attributs de la Franc Maçonnerie à laquelle il appartenait (maillets, poignée de mains, pyramides).

—  Celle de Jules Maertens est la plus saisissante : son corps gît à terre et une allégorie en bronze de la France lui jette la palme du martyr, le tout adossé à un morceau original de la citadelle contre lequel il a été fusillé.

—  Celle de Sylvère Verhulst est ornée d’un médaillon en bronze.

—  Celle de Léon Trullin est du même Félix Desruelles : la détermination du jeune homme est représentée par ces poings fermés et le regard sûr, ainsi que par l’épitaphe « Et je saurai mourir courageusement » issue de sa dernière lettre à sa mère.

-  Un thème de l’architecture funéraire très classique dans pas mal de cimetières, particulièrement présent ici.

-  Une manière originale (d’une efficacité contestable) de soutenir le patrimoine fatigué.

-  Le seul gisant du cimetière : celui du marbrier Henri Honoré (1854-1898) pour sa propre tombe. Le drapé du linceul est d’une très grande finesse. Est-ce son épouse qui est représentée ? En tout cas, elle lui survécut et ne mourut qu’en 1917.

- Des réalisations artistiques particulièrement nombreuses enfin.


Les célébrités : les incontournables…


-  Alexandre DESROUSSEAUX
-  Louis FAIDHERBE
- Pierre MAUROY
-  Roger SALENGRO
-  Le tombeau (orné d’un médaillon) de Charles Delestraint (1824-1891). Fondeur, puis chef de musique, qui dirigea les fanfares municipales de Loos et Wasquehal. Il repose avec son épouse, Rosine Six (1824-1914), qui fut professeur de piano, et leur fils Georges (1851-1947), comptable dans un fonderie de Biache St Vaast. Pas de grandes célébrités en somme, mais je les indique ici car ils furent les grands parents et le père du général Charles DELESTRAINT (1879-1945), à qui De Gaulle confia l’organisation de l’armée secrète dans le but de réunir les mouvances de la Résistance. Arrêté par la Gestapo, torturé puis déporté à Dachau, il fut abattu d’une balle dans la nuque puis crématisé. Il fut fait Compagnon de la Libération à titre posthume. Il ne possède évidemment pas de tombe : à défaut, cette sépulture du cimetière de Lille lui tient lieu de cénotaphe.


… mais aussi


-  Alfred AGACHE (1843-1915) : peintre académique, spécialisé dans les portraits et dans de vastes allégories, il exposa à de nombreuses reprises au Salon de Paris.

-  L’architecte Albert BAERT (1863-1951), il réalisa de très nombreux bâtiments dans le Nord-Pas de Calais, dont les bains municipaux de Lille, Dunkerque et Roubaix, ou encore le très photographié hôtel aux cariatides de Lille. Il fut aussi chargé de la reconstruction de la ville d’Houplines. Franc-maçon, il fut l’auteur de la loge maçonnique de la rue Thiers à Lille. Il réalisa aussi un certain nombre de monuments du cimetière également. Son tombeau est surmonté de son buste.

-  Charles BARROIS (1851-1939) : issu d’une famille de grands industriels lillois, il fut un géologue distingué en Grande-Bretagne et en France où il fut admis à l’Académie des Sciences.

-  Le chef d’orchestre Henri BENARD (1811-1879).

-  Le chanteur BERTAL (Albert Demeulemeester : 1897-1960).

-  Alphonse BIANCHI (1816-1871) : mouleur en plâtre et chansonnier, journaliste et polémiste franc-maçon, ce républicain convaincu fut l’un des principaux acteurs de la révolution de 1848 et de la Seconde République dans le Nord.

-  BRACKE-DESROUSSEAUX (Alexandre Desrousseaux : 1861-1955) : fils d’Alexandre Desrousseaux, le créateur du P’tit Quinquin, il fut une grande figure du Guesdisme. C’est lui qui fit adopter en 1905 le sigle SFIO aux socialistes français. Il fut maire de Lille, député de la Seine de 1912 à 1924, puis député du Nord de 1928 à 1936. Son influence fut grande auprès de Guy Mollet. Sur le flanc de sa tombe, une chouette indique que le défunt était un brillant helléniste.

-  Le sculpteur lillois Charles BUISINE-RIGOT (1820-1893).

-  L’architecte lillois Philippe CANNISSIÉ.

-  Le professeur de musique et de chant aux conservatoires de Lille, Roubaix et Genève Ferdinand CAPELLE (1883-1942).

-  Le poète Charles CASTIAUX (1881-1963).

-  Le chanteur Claude CETIN (Victor Cretin : 1907-1988).

-  Le peintre néoclassique Alphonse COLAS (1818-1887), auteur d’une œuvre essentiellement religieuse dont beaucoup d’exemples ornent les églises de la région. Il est représenté palette en main sur sa tombe. Avec lui repose sa fille Jeanne-Elodie COLAS (1858-1917), également peintre.

-  L’architecte Louis COLBRANT (1806-1857).

-  Le violoniste Emile COLIN (1836-1908).

-  Emile CUSSAC (1815-1898), peintre naturaliste sur faïence.

-  Le poète Fernand DANCHIN (1886-1911).

-  Le libraire imprimeur Louis DANEL (1789-1875).

-  Le statuaire Albert DARCQ (1848-1895), dont la tombe est ornée d’une pleureuse et d’un médaillon de Boutry.

-  Le collectionneur de livres et d’objets Jules DE VICQ (1808-1881), qui fit don d’une grande partie de ses collections aux musées lillois.

-  Charles DEBIERRE (1853-1932), professeur d’anatomie à la faculté de médecine de Lille, leader du parti radical-socialiste à Lille (il présida ce parti de 1917 à 1918), il fut sénateur du Nord de 1911 à 1932. Grande figure de la Franc Maçonnerie, sa tombe en possède tous les attributs.

-  L’architecte Georges DEHAUDT (1870-1947), sous un médaillon de Max Bourgeois.

-  Le chansonnier Charles DELACROIX (1877-1948).

-  La tombe de famille des filateurs Delebart-Mallet.

-  Le physicien Charles DELEZENNE (1785-1869), qui était membre de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille. Professeur dans l’école fondé par Mme Campan à Saint Germain-en-Laye, il enseigna notamment aux enfants des Beauharnais et des Bonaparte. Il introduisit ensuite l’enseignement de la physique à Lille. Il inventa divers instruments scientifiques simples, dont des piles sèches, un polariscope (nommé Analyseur-Delezenne dans certains traités de physique), et un stéphanoscope permettant d’observer les couronnes solaires quand le soleil est légèrement voilé...

-  Le violoncelliste Pierre DESTOMBES (1893-1941).

-  Le poète Pierre DHAINAULT (1899-1968).

-  Le peintre Georges DILLY (1898-1944).

-  L’architecte Emile DUBUISSON (1873-1947), qui fut l’auteur de l’hôtel de ville de Lille (1924-1932), qui comporte le plus haut beffroi d’Europe du Nord.

-  Jules DUTILLEUL (1837-1883) : ce brasseur, devenu maire de Lille de 1878 à 1881, fut sénateur du Nord de 1879 à sa mort.

-  Henri GHESQUIÈRE (1863-1918) : militant socialiste, il fut député du Nord de 1906 à sa mort. Il œuvra pour améliorer les conditions de vie et de travail du peuple, mais mourut emprisonné pour incitation à la grève des ouvrières travaillant pour l’ennemi pendant la guerre.

-  Le critique théâtral Jacques GIBOUT (1897-1925), sous un imposant médaillon en bronze de Soubricas.

-  Le chansonnier lillois Julien GRIMONPREZ (1843-1905), sous un buste de Géry Déchin.

-  Le luthier Joseph HEL (1884-1937).

-  Le peintre Auguste HERLIN (1815-1900).

-  Emile HORNEZ (1840-1909), chansonnier lillois passionné de régionalisme et de dessin.

-  Le poète Georges HOUBRON (1861-1923).

-  Le sculpteur César HUIDIEZ-TIERCE (1810-1892), qui travailla pour les églises de Lille.

-  Le sculpteur animalier Jean JOIRE (1862-1950).

-  Le médecin Oscar LAMBRET (1872-1943), qui fut le créateur et le directeur du Centre anti-cancéreux de la région du Nord en 1930, directeur de l’Institut de Recherches sur le Cancer et organisateur du Centre de Transfusion Sanguine de Lille. Il fut aussi le créateur de la Cité Hospitalière de Lille dont il lança le chantier avec l’érection des deux tours de l’Hôpital Huriez.

-  Augustin LAURENT (1896-1990) : Ancien mineur de fond, il adhèra à la SFIO en 1912 puis devint une figure majeure de ce parti dans le Nord. Il fut élu député de département en 1936. Entré en Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, Il devint ministre des Postes et Télécommunication du gouvernement provisoire du général de Gaulle. Il fut député jusqu’en 1951. Dans le 3e gouvernement de Léon Blum, il fut successivement, de 1946 à 1947, ministre d’État puis ministre de la France d’outre. Maire de Lille de 1955 à 1973 (il fut remplacé par Pierre Mauroy), il fut le premier président de la communauté urbaine de Lille de 1969 à 1971.

-  Le photographe Alphonse LEBLONDEL (1812-1875), grâce auquel les Lillois possèdent tant de clichés de leur ville au XIXe siècle.

-  La comédienne Lilianne LEDUN (1932-2001).

- Le comédien et journaliste de radio et de télévision Robert LEFEBVRE (1921-2004).

-  Gery LEGRAND (1837-1902) : journaliste, maire de Lille de 1881 à 1896, il fut sénateur du Nord de 1888 à sa mort. il composa également des poèmes, des contes et des pièces de théâtre. Avec lui repose son père, l’avocat Pierre LEGRAND (1804-1859), député du Nord de 1852 à sa mort. Pierre Legrand (1834-1895), frère de Gery, qui fut également député du Nord et plusieurs fois ministre, repose quant à lui au Père-Lachaise.

-  Alexandre LELEUX (1812-1873) : fils du fondateur de l’Echo du Nord qu’il reprit à la mort de ce dernier, cet amateur d’art disposant de revenus importants voyagea beaucoup et acheta de nombreuses toiles de Maîtres. Il se constitua peu à peu une collection reconnue internationalement. A sa mort, en 1873, il légua au Musée de Lille les 200 oeuvres constituant sa collection composée de peintures hollandaises et flamandes de grand intérêt.

-  Benjamin LIPMAN (1819-1891), qui après avoir été le grand rabbin de Metz de 1863 à 1872 devint le premier grand rabbin de Lille de 1872 à 1886.

-  Alexandre Benoît LOISET (1797-1858) : vétérinaire, il fut élu député en 1848 où il siégea avec la gauche modérée jusqu’en 1851. Il laissa de nombreux mémoires et appartint à un grand nombre de sociétés savantes.

-  Le poète Charles MANSO (1835-1903).

-  Le journaliste Gustave MASURE (1836-1886), qui devint en 1863 rédacteur en chef de L’Echo du Nord, et qui fonda avec Géry-Legrand, en 1867, le Progrès du Nord. Il mena une opposition énergique à la politique de Napoléon III, ce qui lui valut des procès au cours desquels il fut défendu par Gambetta. Député de Lille de 1876 à 1885, il fut un des 363 signataires de la protestation contre la dissolution en mai 1877. Le buste qui ornait sa tombe a disparu.

-  L’architecte Charles Alexandre MARTEAU (1814- ?), auteur de la préfecture du Nord, sous un buste de Darcq.

-  Alfred MONGY (1840-1914) : tous les Lillois connaissent cet ingénieur qui oeuvra au développement de la métropole lilloise puisqu’il donna son nom aux lignes de tramway de la ville qu’il contribua à édifier. Il dirigea également la construction de nombreux bâtiments publics.

-  Le général François NÉGRIER (1788-1848), qui participa aux campagnes de l’Empire de 1806 à 1815, fut maintenu à la Restauration et exerça des hautes responsabilités en Algérie à partir de 1832. Elu député du Nord en 1848, placé à la tête d’un commandement lors de l’insurrection de juin 1848, il fut tué rue de Beautreillis. Si son cœur est contenu dans une urne au sein de l’une des alvéoles du caveau des gouverneurs aux Invalides de Paris, son corps est bien dans ce cimetière.

-  Le musicien Oscar PETIT (1846-1923), dont l’intérêt particulier pour le violon lui valut plusieurs distinctions de haut niveau, notamment à Paris où il fut nommé premier violon de l’orchestre de l’opéra comique en 1865. Il retourna à Lille après la guerre de 1870, lorsqu’on lui proposa un poste de second directeur du théâtre municipal. Sa carrière fut alors riche, en tant que compositeur, chef d’orchestre et enseignant.

-  Le lutteur Charles PACÔME (1903-1978), qui représenta la France aux jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928 où il remporta une médaille d’argent dans la discipline lutte libre, et également aux jeux Olympiques de Los Angeles en 1932 où il remporta dans la même discipline la médaille d’or. Il était également violoniste. Il donna son nom à une salle de sports de Lille.

-  Le chanteur Fernand QUERTANT (1903-1960).

-  Le musicien Alfred QUESNAY (1846-1910), sous un buste en bronze de Boutry et une muse en pleurs.

-  Le chanteur Edmond RIQUIER-DELAUNAY (1826-1899), de l’Opéra comique, dont la tombe est surmontée d’un buste expressif.

-  L’ouvrier confiseur Charles SAINT-VENANT (1868-1926), militant syndicaliste et socialiste, qui fut député du département de 1919 à 1926. Sa tombe, ornée d’un buste de Caby, affirme son attachement à la Libre pensée.

- Le poète symboliste Albert SAMAIN (1858-1900), qui fréquenta les cercles à la mode, tels que les Hirsutes et les Hydropathes, et commença à réciter ses poèmes aux soirées du Chat noir. Au début des années 1890, fortement influencé par Baudelaire, il évolua vers une poésie plus élégiaque. En 1893, la publication du recueil Au jardin de l’Infante lui valut un succès immédiat. Il collabora notamment au Mercure de France, à la fondation duquel il avait participé, et à La Revue des Deux Mondes. Du point de vue des formes poétiques, un de ses apports majeurs fut l’invention d’un genre de sonnet à quinze vers. Il mourut prématurément de la tuberculose à Magny-les-Hameaux (78) où une stèle du cimetière perpétue sa mémoire.

-  Le peintre Louis SCHOUTTETEN (1833-1907).

-  L’architecte Gaston SECQ (1879-1949).

-  Le peintre naïf Jean SMILOWSKI (1927-1989), qui avait décoré sa « cabine » dans les faubourgs de la ville. Détruite, ses fresques furent conservés et sont désormais exposées au Musée d’art de la ville.
-  Le statuaire Henri-Augustin SOUBRICAS (1886-1942).

-  Achille TESTELIN (1814-1891) : ophtalmologiste, il consacra une large partie de sa vie à l’action politique : nommé en 1848 « représentant du peuple » après s’être battu sur les barricades, exilé après le coup d’Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, il s’installa à Bruxelles. Amnistié en 1859, il revint à Lille et poursuit sa double activité de médecin et d’opposant à l’Empire. Dès la chute de l’Empire, il obtint la place de Préfet du Nord. Nommé commissaire général pour les 4 départements de la région nord, il fit de son mieux pour aider le général Faidherbe, en charge de la défense de la ville de Lille et de la région.
Elu député après l’armistice, il fut nommé sénateur inamovible en 1875.
Après son décès en 1891, un monument impressionnant lui fut consacré sur une des plus grandes places de Lille en 1894, en même temps que ses cendres étaient transférées dans le mausolée du général Faidherbe à Lille.

-  La pianiste Jeanne THIEFFRY (1805-1871).

-  Les peintre Charles (1836-1899) et Eugène (1866-1912) VAILLANT.

-  Le poète et romancier Pierre VALDELIEVRE (+1862).

-  L’architecte Emile VANDENBERGH (1827-1909) : élève d’Henri Labrouste, Emile Vandenbergh a beaucoup construit pour la bourgeoisie lilloise. Il proposa et réalisa également plusieurs cités ouvrières.

-  L’horticulteur Adolphe VAN DEN HEEDE (1842-1928), auteur de plusieurs ouvrages qui font référence.

-  L’architecte Paul VILAIN (1858-1925), auteur de nombreux édifices dans la région (dont la faculté catholique de Lille).

-  Joseph WILLOT (1876-1919) : pharmacien de Roubaix, il fonda durant la Première Guerre mondiale avec quelques comparses un petit comité de résistance qui captait les informations réelles venant du front. Ainsi, ce comité pouvait rédiger secrètement les informations reçues et les publier sous la forme d’un petit journal appelé « L’Oiseau de France ». Ce journal était distribué le soir, glissé sous les portes informant ainsi les Roubaisiens sur les événements du front, et infirmant les fausses nouvelles données par les Allemands qui cherchaient à démoraliser la population. Ces résistants finirent pas être arrêté et fait prisonniers en Allemagne.


Merci à Patrick de Graide pour la photo Lefebvre.


Commentaires

Logo de C. C.
LILLE (59) : cimetière de l’Est
vendredi 23 septembre 2016 à 13h51 - par  C. C.

La tombe d’Albert Samain est située O4/FO5-3. Samain a été inhumé avec sa mère. Sa soeur et son beau-frère reposent dans la tombe d’à côté.

Site web : Tombe de Samain
Logo de nicole
LILLE (59) : cimetière de l’Est
dimanche 2 novembre 2014 à 23h49 - par  nicole

Une vielle dame anglaise que je connais est a la recherche de son grand pere un camille joseph blezel mort sans doute apres la deuxieme guerre et pense qu il est enterre au cimetiere de lille
Est ce que le cimetiere de l est pourrait etre ce cimetiere ? si quelqun a des renseignements je pourrais rendre une vieille dame tres heureuse...

Merci !

Site web : blezel
Logo de Alain Blézel
jeudi 4 décembre 2014 à 12h00 - par  Alain Blézel

A NICOLE SUITE A VOTRE DEMANDE POUR ROSE BOND CONCERNANT CAMILLE BLEZEL
Suite à mon dernier message, j’avais besoin de vérifier pour ne pas faire d’erreur :.
Camille Joseph Blézel, notre grand père à tous deux, Instituteur, né 7 Février 1876, est décédé le 21 Décembre 1948 à Lille a tout d’abord été enterré dans le Cimetière Est. La concession n’étant pas perpétuelle et se terminant sous peu, mon Père Alfred, ton oncle, a fait ramener l’ensemble des corps de cette tombe dans la tombe familiale BLEZEL BERTIN à Lens, cimetière ouest, lors de l’enterrement de son épouse, ma mère, le 12 Mai 1988. Il y repose lui aussi depuis le 16 Juillet 1998. Cette tombe se trouve d’ailleurs à une vingtaine de mètres de celle de ta soeur Bernadette, son mari et ses enfantss handicapés décédés.
Voilà Rose, j’espère que j’aurai bientôt de tes nouvelles, tu peux me joindre par mail que tu pourras trouver en réponse de tes demandes sur GENEACHTI(MI). Cela devrait nous permettre de communiquer directement ;
Mes respect à Nicole qui semble t’aider dans tes recherches et à bientôt de te lire.
Alain Blézel

Logo de BLEZEL Alain
mardi 2 décembre 2014 à 22h18 - par  BLEZEL Alain

A NICOLE SUITE A VOTRE DEMANDE AU CIMETIERE DE LILLE-EST
Cela fait plusieurs semaines que j’essaie de vous contacter et par votre intermédiaire, Madame Rose Bond. J’ai d’ailleurs déposé un message sous le nom Sabouret Blézel, en réponse à ses différentes questionnements sur GENEACHTIMI. Je suis Alain Blézel le dernier fils d’Alfred Blézel, son oncle, Premier frère de sa maman. J’espère que vous pourrez lui communiquer ce message plus explicatif. Outre le plaisir de renouer le contact avec elle, je pourrai probablement l’aider à trouver certaines réponses en feuilletant les dossiers de mon père. Vous trouverez d’ailleurs mon email dans ce message précité
Vous remerciant d’avance, Cordialement. Alain Blézel

Logo de Mr Micottis Rino
LILLE (59) : cimetière de l’Est
lundi 28 juillet 2014 à 19h22 - par  Mr Micottis Rino

Bonjour à vous, fils de marbrier lillois et moi-même marbrier pendant 45 ans à Lille, (mon fils à repris depuis la suite), je peux dire qu’il n’est pas un recoin que je ne connaissais à cette époque (avant 1999), il est vrai que ce cimetière est, je dirais, méditatif, tant il est tout simplement beau ; avant d’être un cimetière il était le parc d’une grande famille de l’époque et c’est ainsi que vous ne trouvez que très peu d’allées droites, quant aux réalisations architecturales très nombreuses, le marbrier que je suis est à même de les apprécier, voici ce que je peux vous dire de « mon cimetière ». Sincèrement votre.

LILLE (59) : cimetière de l’Est
jeudi 20 mars 2014 à 11h29

Bonjour à vous,
Je viens d’y retrouver la tombe de Marcel ETIENNE (1896-1969) qui fut, entre autre ,directeur du port de Dunkerque de 1935-1940 et qui est intervenu dans l’histoire de ma famille

Merci à lui
G.Schepman

Logo de cp
LILLE (59) : cimetière de l’Est
lundi 10 juin 2013 à 15h11 - par  cp

Pierre Mauroy y est encore très contournable ! Inhumation prévue le 13 juin...

Logo de varin
LILLE (59) : cimetière de l’Est
mercredi 23 janvier 2013 à 15h05 - par  varin

Dommage que ce cimetière soit aussi mal entretenu, feuilles jonchant les allées et jamais nettoyées bien sûr pas aux abords des portes mais à 200 m de l’entrée rue du ballon allée c11 et d 11
le gardien interrogé dit que ce n’est pas de son ressort mais d’une entreprise privée
que pensez,.,

Logo de delfosse /callens
LILLE (59) : cimetière de l’Est
dimanche 30 décembre 2012 à 21h23 - par  delfosse /callens

la sépulture du dernier maire du quartier st sauveur jean callens son épouse suzanne et daniel leur jeune enfant
non cité dans cet article mais qui était trés connu puisqu’i était à l’époque directeur de la charbonnerie callens

Site web : jean callens
LILLE (59) : cimetière de l’Est
lundi 24 septembre 2012 à 14h18

Seule la tombe de Joseph HEL et de son épouse se trouve au cimetière de l’Est. Celle de son fils Pierre se trouve au cimetière du bourg à Lambersart.

Logo de Kennes-Van Asbroeck
LILLE (59) : cimetière de l’Est
vendredi 25 mai 2012 à 10h30 - par  Kennes-Van Asbroeck

Bonjour,
Venant de Belgique, nous étions tout à fait ravis de ce cimetière magnifique. Au point de vue histoire de la ville, tout comme au point de vue symboles ou végétation.( On voyait m^me des petits lapins...)Pourquoi pas de dépliant en couleurs comme on a fait pour de cimetière du Sud .
Félicitations pour l’article !
Kennes-Van Asbroeck, Blankenberge, Belgique.

Logo de A.D.
LILLE (59) : cimetière de l’Est
dimanche 30 janvier 2011 à 10h26 - par  A.D.

Petite, j’y venais pour visiter la famille. Plus grande, je le traversais pour aller au lycée. J’aimais me promener à travers les allées dans ce lieu calme ( malgré le périphérique ) pour faire le vide. Hier, nous y avons accompagné un membre de notre famille. Lieu toujours aussi calme mais malheureusement mal entretenu, sans bancs, à mon grand regret.

Merci pour ce bien bel article.

Logo de  Francine LILLE
LILLE (59) : cimetière de l’Est
dimanche 18 juillet 2010 à 17h19 - par   Francine LILLE

Je connais ce cimetière depuis ma plus tendre enfance ma famille y est enterrée et je l’appelais petite fille « le beau jardin »
Lilloise j’en connaissais l’histoire, félicitation pour nous le présenter aussi bien.
Mon grand regret est qu’il est aujourd’hui très mal entretenu et souvent vandalisé.
Francine de LILLE

Site web : LE BEAU JARDIN !
Logo de S ;Delannoy
LILLE (59) : cimetière de l’Est
samedi 26 septembre 2009 à 16h06 - par  S ;Delannoy

Dommage qu’il n’y ait pas le coin avec le banc sous les marroniers... Je vais écrire un roman où mon ’héros’ viendra par deux fois dans ce cimetière.

PS : je suis un jeune de 21 ans qui parcoure ces allées depuis 5 ans !

S.Delannoy

Logo de M.
mardi 4 juin 2013 à 21h14 - par  M.

Bonjour monsieur
Est ce qu’il y a la liste des personnes qui sont au cimetière..Je cherche la tombe MAUGENDRE VILLERS sculpteur
Bien cordialement
rouaultma@yahoo.fr

Logo de Martine Clevy-gabriel
lundi 12 décembre 2011 à 06h02 - par  Martine Clevy-gabriel

Bonjour,

Je ne sais si vous vous promenez encore dans ce cimetière, mais c’est celui de ma famille.
J’habite en Nouvelle calédonie, au bout du monde et je commence ma généalogie.
Ma mère n’arrive pas à me donner des dates pour la naissance et la mort de ses arrières grands
parents et ne peut plus se déplacer.

Si par hazard, vous trouvez une tombe ou plusieurs avec le nom des GABRIELS, mon arrière grand père, jospeh Gabriels, sa femme Maria Gabriels IMPENS, mort dans les années ou avant 1960.

Mon arrière grand père, était marchand de charbon à fives rue de rivoli, mais ce nom de GABRIELS je pense est belge, mais je ne trouve rien sur lui, pourtant il a eu avec sa femme 4 enfants dont mon grand père, raymond rémy gabriels qui a eu ma mère, clotilde gabriels.

Voilà, merci si jamais vous pouvez me renseignerrrrrrrrrrrrrrr.

Cordialement
Martine
tineblue@hotmail.fr

Logo de isabelle
LILLE (59) : cimetière de l’Est
samedi 29 août 2009 à 14h08 - par  isabelle

depuis mon appartement j’ai une vue magnifique sur ce beau parc-cimetière que je traverse souvent, votre article remarquable m’a fait découvrir l’histoire de ces stèles ! les allées viennent d’être bétonnées, et si c’est moins esthétique, je souhaite que ce soit un pas vers de futures visites (la richesse de votre article, combinée à un point sur les espèces végétales et animales abritées ici, ce serait une belle promenade !!). merci !

LILLE (59) : cimetière de l’Est
vendredi 12 juin 2009 à 08h08

Remarquable reportage sur ce cimetière que j’avais déjà visité tant bien que mal avec un document photocopié, de mauvaise qualité, aimablement fourni par un gardien.
L’entrée est actuellement en cours de rénovation et souhaitons qu’à cette occasion un guide de visite digne de ce nom soit édité.

Merci encore pour cette publication.

Joël Marquizeau.

Logo de Laurence Dusart
LILLE (59) : cimetière de l’Est
jeudi 23 avril 2009 à 13h10 - par  Laurence Dusart

Un superbe reportage, c’est vrai que les lillois ne le connaissent pas, je suis valenciennoise à la base, peut etre suis je pardonnable ?? De superbes photos qui donnent l’envie d’errer dans ces magnifiques allées. Merci

Logo de Bruno (de Nortkerque, 62370)
LILLE (59) : cimetière de l’Est
mercredi 4 mars 2009 à 14h04 - par  Bruno (de Nortkerque, 62370)

Superbe article sur un cimetière semble t’il fort agréable qu’il me tarde de découvrir !

Logo de PaulH
LILLE (59) : le cimetière de l’Est
jeudi 14 août 2008 à 16h12 - par  PaulH

Superbe article sur le cimetière de l’Est !

Je partage votre opinion selon laquelle il s’agit d’un des plus beaux cimetières français, trop méconnu.

Logo de FranckappaZ
jeudi 28 novembre 2013 à 16h22 - par  FranckappaZ

Un des commentaires employait l’ expression « le beau jardin ».
On ne saurait mieux dire. C’est ainsi que je m’y promenais pendant mes années lilloises.
Un lieu d’une grande beauté. J’y ai souvent oublié l’heure de ma montre bracelet.

Logo de viviane
lundi 27 avril 2009 à 19h38 - par  viviane

Merci pour ce remarquable reportage. Je me promenais parfois dans ce cimetière lorsque j’habitais Lille, de 1986 à 2000, et je m’en souviens encore comme un lieu apaisant. J’ai toujours la nostalgie de Lille, ville chaleureuse et dynamique.

J’ai apprécié de rencontrer dans les noms cités celui de Jean Smilowski, que peu connaissent. Je prépare précisément une conférence sur l’art brut et c’est en affinant ma recherche que j’ai découvert votre site.

Je suis également étonné d’y découvrir un Pierre Dhainault, poète, alors qu’un Pierre Dhainaut, poète existe toujours...

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?