DINARD (35) : nouveau cimetière

Visité en décembre 2016
lundi 23 janvier 2017
par  Philippe Landru

Le cimetière de Dinard a été créé en 1878 et agrandit en 1927. Il est divisé en trois parties (dites vieux cimetière, nouveau 1 et nouveau 2). Son site est quelconque et il n’a pas le charme de l’ancien cimetière Saint-Enogat, dans le centre-ville. Il possède en revanche -et paradoxalement- un plus grand nombre de personnalités dont la renommée dépassa les frontières de la commune.


Curiosités


- L’un des victimes de la catastrophe du Liberté à Toulon le 25 septembre 1911, Henri Gehors. Le Liberté était un cuirassé de la marine française qui explosa accidentellement dans le port de Toulon, le 25 septembre 1911. Un feu localisé près des munitions se propagea rapidement : le navire explosa emportant 200 hommes d’équipage et une centaine de marins des navires les plus proches. J’ai déjà retrouvé plusieurs victimes de cette catastrophe dans des endroits variés (ici ou ).

- Au fond du cimetière, une partie est essentiellement constituée de sépultures anglo-saxonnes.

JPEG - 36.9 ko
Le caveau de la famille Aillerie est très original, en forme de Dolmen. Cet architecte est connu pour différentes réalisations au coeur de Dinard

Célébrités : les incontournables...


Aucune


... mais aussi


- L’ingénieur Albert CAQUOT (1881-1976), au génie mécanicien et visionnaire qui s’appliqua aussi bien à la construction aéronautique naissante qu’à la réalisation d’ouvrages en béton armé, avec plus de trois cents ponts et barrages de tous types dont plusieurs ont été des records du monde, et des œuvres de génie civil les plus variées. Il a été celui qui a inventé les « ballons saucisses », comme système de défense contre les avions ennemis. Il s’illustra aussi en construisant plusieurs ponts à haubans, plusieurs barrages en béton contraint. Ses oeuvres les plus symboliques restent celle de l’usine marémotrice de la Rance, et de la construction en béton armé du Christ Rédempteur, au mont Corcovado, dominant la célèbre baie de Rio de Janeiro. Il était membre de l’Académie des sciences qu’il présida. [1]

- Jean LE BOULCH (1924-2001) : professeur d’éducation physique, médecin, il fut le fondateur de la psychocinétique : en se situant dans une perspective transdisciplinaire, il s’employa à mettre en évidence les buts d’une éducation corporelle dont la finalité était le développement de la personne. La méthode psycho-cinétique est une méthode générale d’éducation qui utilise comme matériau pédagogique le mouvement sous toutes ses formes. [2]

- Camille LE MERCIER D’HERM (Camille Le Mercier : 1888-1978) : poète en langue française, éditeur, historien et nationaliste breton, il était l’arrière-petit-fils d’un officier chouan. Fondateur du Parti nationaliste breton en 1911, il joua un rôle prépondérant auprès des jeunes militants bretons de l’entre-deux guerres. Sa tombe-menhir est ornée d’un médaillon en bronze par CH. E. Poirier. [3]

- Georges MONTBARD (Charles Loye : 1841-1905), caricaturiste, dessinateur, artiste peintre et aquafortiste. Ami de Gill, républicain, il prit une part active à la Commune et dut de se fait se réfugier à Londres pour échapper à la répression versaillaise. Il collabora ainsi à de nombreux périodiques londoniens. Même après l’amnistie de 1880, Montbard resta à Londres où il se maria. Il voyagea aussi au Maroc dont il rapporta de nombreux croquis. Sa tombe est désormais dans un pauvre état. [4]

- Henri SERANDOUR (1937-2009), qui fut président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) durant 16 ans (1993-2009) et membre du Comité international olympique (CIO) de 2000 à 2007. Il fut condamné en 2006 par le tribunal correctionnel de Paris à trois mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende pour « prise illégale d’intérêt ». [5]

- La comédienne Clara TAMBOUR (Claire Germain : 1891-1982), que l’on vit essentiellement au théâtre mais également dans quelques films des années 30 aux années 50. [6]


[1Carré 14 Rang 6 Emplacement 10-11

[2Carré 27 Rang 1 Emplacement 6

[3Carré 2 Rang 1 Emplacement 1

[4Carré 20 Rang Emplacement 18

[5Carré 23 Rang 6 Emplacement 9

[6Carré 28 Rang 5 Emplacement 22


Commentaires

Logo de Pincettes
DINARD (35) : nouveau cimetière
lundi 23 janvier 2017 à 16h25 - par  Pincettes

Concernant le cuirassé Liberté : une grande majorité de marins bretons en composait l’équipage, on peut trouver des victimes dans plusieurs cimetières de la région.
Sur les 250 morts dans cette catastrophe, 74 non identifiés ont été inhumés collectivement au cimetière de Lagoubran à Toulon (cimetière de l’Ouest)
Pour l’anecdote : le capitaine de vaisseau commandant le cuirassé était Louis Jaurès, frère cadet de Jean. Il n’était pas à bord mais en permission au moment de l’explosion.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?