GOTLIB (Marcel Gottlieb : 1934 - 2016)

Cimetière du Vésinet (78)
mercredi 21 décembre 2016
par  Philippe Landru

JPEG - 9.4 ko JPEG - 5.6 ko Il a travaillé avec Franquin, René Goscinny, Albert Uderzo et Mandryka. Avec ce dernier et Claire Bretécher, il a fondé le journal L’Écho des savanes en 1972. Puis il a également lancé sa propre revue en 1975, Fluide glacial. Voilà pour l’Etat-civil de la nécro de base.

Mais quiconque a connu les Rubrique-à-brac, les Dingodossiers, Cinémastock ou Rhââ Lovely, c’est-à-dire la totalité des francophones, si le Monde marchait correctement, a plutôt envie de raconter ses meilleurs souvenirs de Gotlib, jamais les mêmes...

Les plus anciens invoqueront Nanar et Jujube, les plus classiques Gay Luron, Hamster Jovial ou encore Superdupont... Il y a surtout l’infinie poésie de ses planches, qui décrivent JPEG - 9.3 ko une France qui n’existe plus : celle de l’élève Chaprot ; du boueux de notre enfance, des Halles quand elles étaient le paradis terrestre des rats avant le grand cataclysme du transfert à Rungis. Il y a ces hommes bedonnants et moustachus en imperméables qui prennent le bus 38 en lisant leur journal pour rejoindre leurs épouses, JPEG - 6.2 ko coiffées impeccablement qui leur prépare le dîner... Il y a surtout les délires surréalistes : les idées bien dans sa manière de Sophie qui laisse dévorer les enfants portugais aux vautours ; les pescadou pas fraichou, les habits qui se cousent et les blés qui se moulent, les sorcières qui passent leur diplôme, les patineurs d’argent qui pleurent Chabadabada...
GIF - 33 ko
A ce sujet, il me vient une anecdote qui, sans rien à voir avec le sujet, mérite néanmoins d’être narrée...
JPEG - 98.2 ko
JPEG - 15.1 ko Bon, si vous n’avez rien compris à cette nécro, si vous n’aimez ni les brocolis, ni les coccinelles, ni les fous qui repeignent leur plafond ; si vous n’en avez rien à foutre de savoir pourquoi les héros de BD ne font jamais caca, si Isaac Newton ne vous fait pas hurler de rire et si vous ne trouvez pas dégueulasse que l’inventeur du trombone soit totalement inconnu [1], il ne vous reste plus qu’à vous précipiter chez votre libraire. JPEG - 11.1 ko

Il repose auprès de sa mère (d’origine juive, son père fut déporté et exécuté dans un camp nazi) et de son fils mort jeune. JPEG - 52.5 ko JPEG - 20.7 ko JPEG - 22 ko


Merci à Nicolas Badin pour les photos.


[1En réalité, il l’est et je présenterai d’ailleurs bientôt sa tombe !


Commentaires