LE QUESNOY (59) : cimetière

Visité en octobre 2015
vendredi 4 décembre 2015
par  Philippe Landru


Curiosités


- Le petit obélisque du baron André-Joseph Locqueneux (+1851) semble être l’une des plus vieilles tombes du cimetière encore en place.

- L’obélisque du lieutenant Marchand, tué au Maroc en 1911 (médaillon).

- Au fond du cimetière se dresse Les deux Douleurs, sculpture de Théodore Rivière placée ici par la mairie du Quesnoy.

- Le cimetière communal du Quesnoy et son extension hébergent 189 tombes de guerre du Commonwealth War Graves Commission de soldat morts en novembre 1918, dont 49 Néo-Zélandais (la ville fut libérée le 4 novembre 1918 par une division néo-zélandaise).

JPEG - 32.5 ko
L’emplacement des tombes militaires dessine une étrange topographie : ici, un cimetière allemand (fermé de buis) est séparé d’une unique tombe russe !

- Je saluerai également la gentillesse et l’aide du conservateur du cimetière, un vrai ch’ti jusqu’au mégot, qui m’a parlé avec passion de son cimetière et m’a fait découvrir des tombes qui me seraient restées inconnues.


Célébrités : les incontournables...


Aucune.

On trouve dans ce cimetière plusieurs tombeaux de famille du peintre Bernard Buffet (dont ses parents). Ce dernier ne repose pas ici puisqu’après son suicide en 1999, on dispersa ses cendres dans le jardin de son musée japonais.


... mais aussi


- Bertrand Beyern indique la présence en ce lieu de l’historien Marius-Alphonse GOSSEZ (+1940), mais il n’apparaît pas dans les registres du cimetière.

- Le ministre Eugène THOMAS (1903-1969) : instituteur de formation, député SFIO à partir de 1936, il entra dans la Résistance en 1940 et fut déporté à Buchenwald. Après avoir retrouvé son siège en 1945, maire du Quesnoy de 1945 à 1947 et de 1953 à sa mort, il fut presque sans discontinuer ministre des PTT de 1945 à 1959 ! Sa longévité ministérielle lui a permis d’œuvrer à la construction du premier réseau téléphonique français. Sa tombe est recouverte de nombreuses plaques.

- Daniel VINCENT (1874-1946) : député radical du Nord de 1910 à 1927, sénateur du département de 1927 à 1940, il fut à plusieurs reprises ministre entre 1917 et 1926 (Travail, Instruction Publique, Travaux publics). Problèmes : certains semblent douter de sa présence dans le massif tombeau de famille (c’est le cas du conservateur du cimetière), où il est vrai son identité n’est pas formellement portée. En outre, certains sites Internet le font mourir en 1960 [1] , d’autres en 1946...

Dans le columbarium du Père Lachaise à Paris figure, à la case 4176, un Daniel Vincent né en 1874 est indiqué mort en 1946. Un lecteur du site confirme, en m’envoyant son acte de naissance avec mention marginale du décès, le décès de Daniel Vincent le 3 mai 1946 à Paris (7) : c’est donc bien au columbarium qu’il repose !

- Théodore WATTECAMPS (1832-1871), qui fonda l’hospice de Lima, au Pérou.


Merci à Michel Vie pour l’acte de naissance de Daniel Vincent.


[1L’erreur qui le fait mourir en 1960 à Dreux provient du Dictionnaire des Ministres de Benoit Yvert. C’est Maurice Violette qui meurt à Dreux le 9 septembre 1960, c’est-à-dire la notice suivante du dico. A partir d’une erreur typo ou de relecture, cette attribution a ensuite été recopiée dans de nombreux sites, lui donnant ainsi l’illusion du vraisemblable.


Commentaires

Logo de vandecasteele
LE QUESNOY (59) : cimetière
lundi 7 mars 2016 à 14h27 - par  vandecasteele

est ce qu’il existe un index du cimetiere de quesnoy ?
Une liste des gens enterrés ?
je peux voir cette liste sur l’ordinateur ?

Site web : liste
Logo de Jacques IBRY
LE QUESNOY (59) : cimetière
dimanche 6 décembre 2015 à 14h12 - par  Jacques IBRY

Le dictionnaire des Ministres de Benoit Yvert est bourré d’erreurs
Par exemple Pour le Ministre du 19e siècle Charras ou il donne la bio d’un deputé homonyme qui n’a jamais été Ministre
Jacques IBRY

Logo de Jacques IBRY
dimanche 6 décembre 2015 à 15h48 - par  Philippe Landru

L’erreur vient à coup sûr de là ! C’est toujours intéressant de remonter la généalogie d’une erreur pour voir sa source, et le nombre conséquent de sites qui l’ont recopiés.

Logo de Jacques IBRY
dimanche 6 décembre 2015 à 14h39 - par  Jacques IBRY

sur le dico des ministres la date du 9 septembre 1960 pour le deces Vincent est en fait la date du deces mu Ministre Violette mort a Dreux (probable problemes de relecture de deux articles se suivant) avant impression
Jacques IBRY

Logo de Jacques IBRY
LE QUESNOY (59) : cimetière
samedi 5 décembre 2015 à 19h21 - par  Jacques IBRY

Je me permet aussi de saluer le Baron LOCQUENEUX qui fut Maréchal de Camp (Général de Brigade) et heros de l’Empire
Jacques IBRY

Logo de Jacques IBRY
LE QUESNOY (59) : cimetière
samedi 5 décembre 2015 à 19h08 - par  Jacques IBRY

Dans google livres sur un article de la revue du Nord il est fait mention de son deces et de son incineration au Pere Lachaise

Logo de MV
samedi 5 décembre 2015 à 21h17 - par  MV

Je viens d’envoyer à Philippe la copie de son acte de naissance où figure la date de son décès :
3 mai 1946 à Paris

Logo de MV
samedi 5 décembre 2015 à 19h15 - par  Philippe Landru

J’avais vu la source, et ai ajouté la photo de la plaque, où au final il semble bien reposer. C’est intéressant pour deux raisons : la première est que les dates sont toujours fugaces et fragiles, même pour des personnalités de premier plan. La seconde est qu’à Le Quesnoy, outre le conservateur, j’ai rencontré un historien local qui ne pensait pas que Vincent reposât dans « son » tombeau de famille au cimetière, ce qui signifie que la mémoire résiduelle d’un événement daté de 1946, et qui n’intéresse plus grand monde, a pu se maintenir jusqu’à nos jours !

Logo de Jacques IBRY
LE QUESNOY (59) : cimetière
samedi 5 décembre 2015 à 19h00 - par  Jacques IBRY

Je connais ce probleme de date
Mais le site du Sénat et le dictionnaire des parlementaires du Nord et d’auktres sites indiquent 3 mai 1946
,, ??
Jacques IBRY

Logo de Jacques IBRY
samedi 5 décembre 2015 à 19h03 - par  Philippe Landru

Effectivement, c’est étrange...

Logo de Jacques IBRY
LE QUESNOY (59) : cimetière
samedi 5 décembre 2015 à 18h44 - par  Jacques IBRY

Bonjour
Le Ministre DANIEL VINCENT est au Colombarium du Père Lachaise (case 4176)
Jacques IBRY

Logo de cp
dimanche 6 décembre 2015 à 13h42 - par  cp

Il exerça sa carrière politique sous le nom de Charles Daniel-Vincent (Dit « Daniel-Vincent »), ce qui peut induire quelques confusions. Le « Dictionnaire des Ministres » de Benoît Yvert le fait décéder à Dreux le 9 septembre 1960.

Logo de cp
samedi 5 décembre 2015 à 18h50 - par  Philippe Landru

Non Jacques : le Daniel Vincent de la case 4176 naît bien en 1874, mais meurt en 1946.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?