UHDE Wilhelm (1874-1947) et Anne Marie (1889-1988)

Montparnasse - 1ère division
lundi 30 septembre 2013
par  Philippe Landru

Il arrive que certaines tombes, en raison de l’identité de leurs occupants, donnent le tournis : celui des écheveaux généalogiques, des liens d’amitiés, des liens amoureux...

Il en est ainsi de la tombe qui suit, qui crée un pont entre Stéphane Hessel, Séraphine de Senlis, Jeanne Moreau, Truffaut, Robert Delaunay ou encore Yolande Moreau... d’un film à l’autre !

D’origine allemande, fixé en France en 1903, Wilhelm UHDE (1874-1947) découvrit immédiatement le Douanier Rousseau, sur lequel il fut le premier à écrire un livre : Henri Rousseau, le Douanier (1911). Il s’intéressa en même temps à Braque et à Picasso, qu’il encouragea et dont il acheta les toiles dès 1905. Il organisa des expositions de peintres français modernes à Zurich, à Berlin et à New York. Son portrait par Picasso (1910) est un repère important de l’évolution de

JPEG - 25.7 ko
W. Uhde peint par Picasso

celui-ci vers le cubisme « hermétique ». Il se maria en 1908 avec Sarah Stern (Sonia Terk) qui le quitta quelques mois plus tard pour Robert Delaunay.

Son importante collection fut saisie comme « biens ennemis » pendant la Première Guerre mondiale. Bien qu’il ait en partie reconstitué sa collection, Uhde se tourna alors plutôt vers les « naïfs », héritiers du Douanier Rousseau. On lui dut notamment la mise en valeur de Louis Vivin, et surtout celle de Séraphine (de Senlis), sa propre femme de ménage, dont il découvrit la production quasi clandestine, de tendance mystique ; il favorisa, par tous les moyens, son travail et la secourut après son internement en 1930. Homosexuel discret, Wilhelm vécut une relation avec le peintre Helmut Kolle, mort très jeune : ce dernier repose au cimetière Bourillon de Chantilly (cette liaison est clairement évoquée dans le film Séraphine, dans lequel Yolande Moreau interprète le personnage central).

À cause de ses écrits pacifiques et de ses ouvrages consacrés à des peintres qualifiés « dégénérés » par le IIIe Reich, il se trouva déchu de sa nationalité allemande par les nazis peu avant la Seconde Guerre mondiale. Il fut poursuivi par la Gestapo durant la guerre mais parvint pourtant à leur échapper en se cachant en France. C’est là qu’il fut inhumé.

JPEG - 9.8 ko
Anne Marie peinte par H. Kolle

Avec lui repose sa soeur, Anne-Marie UHDE (1889-1988), qui peignit également, et qui contribua à faire connaitre l’œuvre de Séraphine Louis après la mort de son frère. Wilhelm et sa soeur jouent des rôles centraux dans le film Séraphine.

JPEG - 57.5 ko
Séraphine, film franco-belge de Martin Provost sorti en 2008
Ulrich Tukur et Anne Benent y interprètent Wilhelm et Anne Marie Uhde

C’est chez Anne-Marie que, ruinée après la guerre, se réfugia - pendant 30 ans ! - Hélène HESSEL (1886-1982).

Débarquant dans le Paris cosmopolite des années 1920, cette journaliste (elle était correspondante à Paris de la Frankfurter Zeitung pour la rubrique mode.) fréquenta la vie artistique de son époque, en particulier Marcel Duchamp, Walter Benjamin, Man Ray et Marie Laurencin. Elle y vécut une vie « scandaleuse », d’une très grande modernité. Pendant l’invasion de la France par l’Allemagne, elle vécut dans la clandestinité. Après la guerre, vécut aux États-Unis. Au début des années 1960, elle traduisit en allemand la Lolita de Vladimir Nabokov. Elle fut également l’auteur d’un Journal.

Si Helen Hessel n’est pas oubliée, c’est qu’elle fut immortalisée par François Truffaut dans Jules et Jim (1962) où son personnage était joué par Jeanne Moreau. Le film raconte l’amour passionné et la relation triangulaire entre Helen, son mari Franz Hessel (qui repose au cimetière de Sanary-sur-Mer) et leur ami Henri-Pierre Roché (qui repose au cimetière de Saint-Martin-de-Castillon, dans le Vaucluse). Truffaut s’est inspiré pour son scénario du roman autobiographique du même titre d’Henri-Pierre Roché.

JPEG - 26.2 ko
Jules et Jim
Helen Hessel sous les traits de Jeanne Moreau

Helen Hessel était la mère de Stéphane Hessel, qui repose dans ce même cimetière mais dans un tombeau distinct.


Retour vers le cimetière Montparnasse


Commentaires

Logo de Mireille P.
UHDE Wilhelm (1874-1947) et Anne Marie (1889-1988)
mercredi 2 octobre 2013 à 12h05 - par  Mireille P.

Cher Philippe,

Merci mille fois pour cet article qui, pour moi, tombe à pic. En effet, j’avais appris en regardant la série « Les heures chaude de Montparnasse » que W. Uhde (dont j’avais découvert l’existence grâce au film « Séraphine ») avait été pendant quelques mois le mari de Sonia, future Delaunay. Puis j’ai lu sur Internet qu’il avait été inhumé à Montparnasse.
Je m’y suis évidemment rendue illico et nantie de sa date de décès, j’ai interrogé la Conservation sur l’emplacement de sa sépulture. Il m’a été répondu qu’il n’y avait personne de ce nom et quand j’ai demandé si la tombe avait été reprise on m’a fait savoir que si tel avait été le cas la mention de reprise figurerait sur les registres....!!!
Je reviens du cimetière Montparnasse où grâce à votre photo, j’ai retrouvé la tombe très rapidement sur l’allée Raffet.

Bien amicalement (mais en attendant avec impatience le calendrier des prochaines visites)

Mireille P.

Logo de Mireille P.
mercredi 2 octobre 2013 à 16h01 - par  Philippe Landru

Voilà Mireille : le taphophile qui devance la demande :-)

Navigation

Articles de la rubrique