VOUVRAY (37) : cimetière

visité en décembre 2010
mardi 11 janvier 2011
par  Philippe Landru

Le cimetière de Vouvray n’est pas en centre-ville, c’est le moins que l’on puisse dire ! Il faut grimper tout en haut du coteau. Après avoir franchi des parcelles viticoles parfois emmurées, on parvient au quadrilatère classique dans ce type de campagne où la vigne est reine. Le sol argileux, boueux en cas de pluie, sera le terrain de votre promenade.

Pour une commune de cette taille, le cimetière contient pas mal de célébrités. Sa visite est très agréable, le cimetière ayant conservé pas mal de ses monuments anciens. C’est essentiellement dans la partie centrale de la nécropole que se concentrent les tombeaux dignes d’intérêt.


Curiosités


-  Une des grandes spécialités funéraires de la région, en grand nombre à Vouvray : les tombeaux tabulaires.
-  Le monument aux morts ne manque pas de caractère.
-  Dans l’un des coins du cimetière, la tombe de « Robert Spies, soldat hanovrien mort à l’ambulance de Vouvray le 19 janvier 1871 » est toujours entourée de sa grille.
-  Celle du jeune Louis Boivinet, mort en 1895 à « vint quatre ans et trois mois », décédé à « l’expédition de Madagascar », témoignage dans les lointaines terres de Touraine de l’épopée coloniale française.


Célébrités : les incontournables…


- Denise GENCE


… mais aussi


-  Charles BORDES (1863-1909) : professeur et compositeur français, ancien élève de Marmontel pour le piano et de César Franck pour la composition, il fut organiste et maître de chapelle à Nogent-sur-Marne, puis à partir de 1890 en l’église Saint-Gervais à Paris. Il y créa la chorale des chanteurs de Saint-Gervais et organisa Les semaines saintes de Saint-Gervais (1892), pendant lesquelles la messe était accompagnée de musiques italiennes ou françaises de la Renaissance. En 1897 il publia Archives de la tradition basque, une collecte de chants populaires. Il fut l’un des cofondateurs en 1896 de la Schola Cantorum, une société de musique sacrée qu’il fonda avec Vincent d’Indy et Alexandre Guilmant. On y redécouvrit le plain-chant, Palestrina, Josquin des Prés, Victoria. Il fonda ensuite les Schola Cantorum d’Avignon (1899) et de Montpellier (1905). Il repose dans le tombeau familial auprès de son père, qui était maire de Vouvray sous le Second empire, et son grand-père, d’origine belge, qui s’était enrichit dans la draperie. Son identité est simplement signalée par une petite plaque quasiment illisible.

-  Un vaste enclos funéraire, à l’intérieur du cimetière, marque la présence de toute une famille (Bruley-Derouet). L’ensemble est composé d’une petite vingtaine de tombes, d’âges divers, certaines étant fort anciennes. Ici reposent en particulier Bernard Prudent BRULEY (1715-1787). Originaire d’une famille Lorraine, il s’établit à Tours en 1750 où il remplit d’abord les fonctions de secrétaire de l’Intendance puis celles de Conseiller du roi, président trésorier de France au bureau de la Généralité. Il fut en outre l’auteur des paroles d’un petit opéra dont la musique fut composée par J-B Dupré, organiste de la collégiale Saint-Martin de Tours. Avec lui repose son fils, Prudent Jean BRULEY (1759-1847), avocat du Roi au Parlement avant la révolution, qui fut nommé en 1790 colonel de la Milice Citoyenne, puis la même année Maire de Tours. Député à l’assemblée Législative de 1791, il se fit connaître pour ses idées libérales. Il fut emprisonné cinq mois sous la terreur, puis devint Président du premier Conseil Général d’Indre et Loire sous le Directoire et l’Empire, puis de nouveau en 1830. Dans une autre tombe de l’enclos repose le fils de ce dernier, Prudent BRULEY (1787-1849), qui fut nommé préfet du Tarn et Garonne en 1835, puis préfet de la Sarthe en 1839. Il semble que les restes des deux premiers aient été rapportés de Tours en 1889 dans ce cimetière. Il est possible que des éléments d’architecture issus des anciens tombeaux aient été rapportés également, comme le calvaire ancien qui se trouve à la tête de l’enclos funéraire et sur lequel on peut lire une inscription de 1808.

-  Alexandre Anatole BRÉNIER de la RENAUDIÈRE (1807-1885) : diplomate français, il fut entre janvier et avril 1851 un très éphémère ministre des Affaires étrangères. Il entra au Sénat en 1861.

-  Emile DELAHAYE (1843-1905) : ingénieur français, pionnier de l’automobile, il fonda en 1895 la marque mythique qui porta son nom. Il créa le Type 1, première automobile à recevoir l’allumage électrique. Pour fonder son usine parisienne, il s’associa en 1898 avec Léon Desmarais et Georges Morane. Delahaye disparut quand la marque fut absorbée par Hotchkiss en 1954. Il repose dans une belle chapelle en triste état (vitre cassée).

-  L’escrimeur Maurice HUET (1918-1991) qui, avec l’épée, fut sacré champion olympique d’escrime par équipes aux Jeux olympiques d’été de 1948 à Londres. Il fut ensuite vice-champion du monde d’escrime en épée par équipes en 1950 à Montecarlo, en 1953 à Bruxelles et en 1955 à Rome. Sa tombe se signale par les anneaux olympiques.

-  Le peintre Albert de MEDINE (1829-1899).

-  Charles Henri VAVASSEUR (1867-1950) : viticulteur, maire de Vouvray de 1908 à 1944, il fut député d’Indre-et-Loire de 1919 à 1924 et siégea avec la Gauche démocratique à l’Assemblée.


Commentaires

Logo de catherine Martin.
VOUVRAY (37) : cimetière
dimanche 9 novembre 2014 à 17h03 - par  catherine Martin.

La tombe de Denise Gence vient d’être totalement refaite mais je ne vois pas comment mettre une photo.

Logo de catherine Martin.
dimanche 9 novembre 2014 à 17h14 - par  Philippe Landru

@Catherine Martin : merci pour l’info. Vous pouvez me la poster sur mon mail philandru@aol.com

Logo de Roger Rousselet de Colombes
VOUVRAY (37) : cimetière
jeudi 5 juin 2014 à 15h27 - par  Roger Rousselet de Colombes

Charles Gir étant l’époux de Jeanne Fusier-Gir, D. Gence se trouve donc être sa nièce par alliance, et cousine de François Gir fils des deux premiers dont la triple tombe se trouve à Grisy les Platre (voir le présent site).

Logo de cp
jeudi 5 juin 2014 à 16h18 - par  cp

En ouverture d’un de ses films, « La Poison », je crois, Guitry introduit les gens de l’équipe du film. On voit un type casqué qui atterrit en autogire, une sorte de préfiguration de l’hélicoptère, et Guitry de commenter : « Et voilà enfin mon assistant, François Gir, qui arrive, et dont je ne voulais pas que l’on eût pu dire qu’il arrive en auto, Gir !... »

Logo de Catherine Martin
VOUVRAY (37) : cimetière
mercredi 4 juin 2014 à 19h34 - par  Catherine Martin

Le monument ax morts est l’oeuvre de Charles Girard dit Charles Gir, oncle de Denise Gence. Celle-ci s’appelait en réalité Martin, mais avait pris pour nom de scène le nom de son grand-père maternel.

Logo de Bernard Cassaigne
VOUVRAY (37) : cimetière
lundi 18 avril 2011 à 18h14 - par  Bernard Cassaigne

On pourrait croire, à vous lire, que Charles Vavasseur était de gauche. Désolé, c’est une erreur. Il était de droite. Sur ce sujet, on peut lire le mémoire de Maîtrise d’Alain Lecomte (Tours,1998) : « C.V., leader de la droite tourangelle... ». Vavasseur a encouragé les congrés Croix de Feu à Vouvray, et il était même à Vichy...
Pour le vin, c’est autre chose, et son rôle est tout à fait positif : lutte contre le phylloxéra, encouragement de la fabrication du Vouvray « champanisé » (c’est ce qu’on appelle aujourd’hui la méthode « traditionnelle »), Appelation Contrôlée Vouvray en 1936.
Pour revenir au cimetière de Vouvray, il ne faut pas oublier la tombe (chapelle) du sculpteur Aimé Octobre, sur lequel on peut lire la notice dans le Bénézit. C’était d’ailleurs un ami de Vavasseur, dont il a fait le buste, aujourd’hui sur la place... Vavasseur.

B.C.

Logo de Bernard Cassaigne
lundi 5 janvier 2015 à 13h55 - par  Philippe Landru

@Ariane : les autres noms sont :
- Marie Marceline Vavasseur née Chevrier : +1888
- Charles Louis Vavasseur : 1828-1893
- Alice Vavasseur, née Albin : 1879-1960

Logo de Ariane
dimanche 4 janvier 2015 à 20h05 - par  Ariane

Bonsoir,
Je continue mes recherches sur la famille Vavasseur. Pouvez vous me dire qui étaient les personnes dont les noms figurent sur la stèle ?
D’avance merci

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?