RIS-ORANGIS (91) : cimetière

Visité en septembre 2008
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

A l’image des cimetières des villes voisines, le cimetière de Ris-Orangis a perdu une bonne partie de ses monuments anciens. Seuls subsistent quelques chapelles et, ça-et-là, quelques vestiges de son histoire.

Pour l’essentiel, il présente donc l’uniformité des nécropoles banlieusardes. Quelques sépultures valent néanmoins le coup d’oeil.

Curiosités

-  La fondation Dranem voisine possède dans le cimetière un caveau collectif dans lequel repose un certain nombre des pensionnaires.
-  Quelques oeuvres dans le cimetière :

    • le médaillon en bronze d’Edouard Rouzier,
    • celui de l’abbé Charpentier, réalisé par Garnier.

Les célébrités : les incontournables

-  Jacques DERRIDA

... mais aussi

-  Le champion cycliste Roger GODEAU (1920-2000).

-  Marcel HAEGELEN (1896-1950), qui fut l’un des As de l’aviation française durant la Première Guerre mondiale : à la fin de la guerre, il totalisait 22 victoires homologuées et 3 probables, se classant ainsi au onzième rang des as français. Reconverti dans l’aviation civile, il fonda en 1923 l’Aéroclub de la Côte d’Or. Il remporta la Coupe Michelin en 1931 et en 1932 aux commandes d’un monoplace Lorraine Hanriot LH-41/2. Il s’adjugea, la seconde fois, le record mondial de vitesse sur 2000 km sans charge. Entré dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, il fut arrêté en 1943 et incarcéré à Bourges, où sa captivité fut adoucie par le Franciscain de Bourges. Sa tombe, quasiment symétrique à celle de Robida, figure une aile en pierre irnée d’un médaillon en bronze.
-  Jules Albert Henri PERIN (1834-1900) : ancien avocat à la Cour d’Appel, archiviste et paléographe, il était l’un des membres fondateurs de la commission municipale du vieux Paris. Il est inhumé dans l’une des rares chapelles anciennes encore debout dans le cimetière. Un médaillon en bronze orne l’intérieur de la dite chapelle.
-  Henri ROBIDA (1902-1933) : ingénieur et pilote aviateur, il réalisa en janvier 1932 avec le pilote Pierre Codos, le raid Paris - Hanoï - Paris, à l’occasion duquel ils battirent de 31 heures le record détenu par Dieudonné Coste et Maurice Bellonte. Il mourut dans un accident de la circulation. Sa tombe représente deux ailes enchâssant un globe sur lequel est reproduit la traversée Paris-Hanoï.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?