BRÛLON (72) : cimetière

Visité en décembre 2012
jeudi 10 janvier 2013
par  Philippe Landru

La première chose qui caractérise le petit cimetière de Brûlon, et qui frappe dès l’entrée, et l’ocre du sable sur lequel il est installé. Plus insolite encore, au fond de la nécropole, la présence de nombreuses tombes anciennes constituées de simples tumulus de terre remarquablement entretenus.

C’est à Brûlon, son village natal, que Claude Chappe réalisa sa première expérience publique de communication à distance entre Brûlon et Parcé le 2 mars 1791. L’expérience consista à placer deux cadrans mobiles dotés d’aiguilles et de chiffres, appelés tachygraphe, installés respectivement dans son village natal de Brûlon et le village de Parcé-sur-Sarthe distant de 14 km. L’expérience, qui consistait à envoyer un message dans chaque sens, fut réussie et authentifiée par un compte-rendu officiel. Claude Chappe put, avec ces preuves de fonctionnement, se rendre à Paris pour promouvoir son invention.

Si la paternité du télégraphe optique est attribuée au seul Claude Chappe, c’est en réalité injuste, car il est essentiellement dû à la complémentarité de plusieurs membres de cette famille.

Dans le caveau de Brûlon reposent, avec sa mère et d’autres membres de la descendance Chappe, le frère de Claude, Abraham CHAPPE de Chaumont, baron d’Auteroche (1773-1850). Lorsqu’en 1805 Claude se suicida, ce furent ses frères qui poursuivirent son oeuvre. Abraham vint l’aider dès 1793. C’est lui qui supervisa tous les travaux de constructions des lignes télégraphiques entre 1791 et 1830. Dans l’enclos familial, sa tombe se caractérise par une stèle surmontée d’un modèle du sémaphore (similaire à celui du Père Lachaise sur la tombe de Claude). Son épitaphe proclame : « Signal d’arrêt / Télégraphe attristé qui garde cette tombe / Pleure, pleure avec nous celui qui l’éleva ! / Si Claude l’inventeur vint le donner au monde / Son frère Chaumont fut l’âme qui l’anima / Toi qui diras assez aux savants de la terre / Il avait du génie et sut l’utiliser / Les pauvres du village, à la foule étrangère, / Viendront dire à leur tour si son coeur sut aimer ».


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?