FEUILLÈRE Edwige (Edwige Cunati : 1907-1998)

Cimetière de Beaugency (45)
jeudi 28 juin 2012
par  Philippe Landru

Celle qui demeure la grande égérie du théâtre français pour ses multiples talents d’artiste et ses qualités humaines largement récompensées par plusieurs Molières, la Légion d’Honneur et l’insigne de Commandeur des Arts et Lettres fit un bref passage à la Comédie Française (1931-1933), institution qu’elle trouva trop académique. Elle débuta au cinéma en jouant son premier rôle en 1931.
Dirigée par les plus grands réalisateurs français de l’avant et l’après guerre, elle participa à plus d’une cinquantaine de films, ayant comme partenaires Jean Gabin, Pierre Brasseur, Jean Marais et Eric Von Stroheim : Lucrèce Borgia d’Abel Gance (1935), L’aigle à deux têtes de Jean Cocteau (1947), Le blé en herbe (1953) et En cas de malheur (1958) tous deux réalisés par Claude Autan-Lara.
En parallèle de ses nombreux succès au cinéma, elle continua à mener sa carrière de comédienne de théâtre, sa passion, en marquant ainsi de sa grandeur La Dame aux Camélias, Le Placard ou encore La Folle de Chaillot.


Merci à Nelly Damien pour la photo.


Commentaires

Logo de zehrfupa
FEUILLÈRE Edwige (Edwige Cunati : 1907-1998)
samedi 14 juillet 2012 à 16h42 - par  zehrfupa

J’ai eu la chance de voir Madame Edwige Feuillère au Théatre Montparnasse
à la fin des années 80.
C’est un très beau souvenir, que je n’oublierai jamais !

Logo de estabel
FEUILLÈRE Edwige (Edwige Cunati : 1907-1998)
lundi 2 juillet 2012 à 16h35 - par  estabel

Merci infiniment pour ce document en l ’honneur de cette grande dame du théâtre et du cinéma français qui reste à jamais gravé dans ma mémoire.

FEUILLÈRE Edwige (Edwige Cunati : 1907-1998)
lundi 2 juillet 2012 à 11h53

Oui c’était une très grande dame deu théâtre et du cinéma mais aussi de la télévision. Je me souviens avoir vu un téléfilm om elle jouait avec Alain Delon (qui a tourné un de ses premiers film « quand la femme s’en mèle » avec elle) qui lui a gardé affection et respect. Ce téléfim étaittrès bien. Dommage qu’on ne nous le repasse pas.