CHAMBOURCY (78) : cimetière

Visité en juillet 2008
mardi 2 août 2011
par  Philippe Landru

Le petit cimetière de Chambourcy a su, malgré les reprises, conserver quelques ancienne pierres tombales lesquelles, dans un environnement arboré, confèrent un charme certain à l’endroit.

Dans un coin, la tombe de Christian Freitag, appartenant au « bataillon de Breslau » et tombé en 1870, rappelle une histoire désormais lointaine.

Le cimetière possède en réalité deux singularités :

- La première est la présence de la tombe du peintre André DERAIN (1880- 1954). Il peignit ses premiers tableaux à 15 ans, puis entra à l’académie Carrière et y rencontra Matisse et Vlaminck, avec lequel il partagea son atelier. Sous l’influence de Vlaminck, il se tourna progressivement vers le fauvisme. C’est à Collioure et à Londres qu’il peignit ses premiers tableaux aux joyeuses couleurs : Port de Collioure, London Bridge, tout deux en 1906.

Avec sa rencontre de Braque et Picasso et son étude de l’art nègre, il changea progressivement de style. Dans ses natures mortes et ses représentations de personnages entre 1914 et 1920, on perçoit une simplification des formes et un affaiblissement des couleurs. Il acquit une grande notoriété à travers des expositions à Munich et New York, et comme créateur de décors de ballet et d’opéra. Tout en poursuivant son activité artistique, il se retira progressivement dans sa demeure de Chambourcy. Il mourut des suites d’un accident de voiture.

- La seconde est la présence d’une intriguante pyramide : il s’agit de la tombe d’Alfred d’Orsay et de Marguerite de Blessington.
Alfred d’ORSAY (1801-1852) était dandy et mécène. il fit la connaissance à Londres, en 1822, de Charles John Gardiner, comte de Blessington, et de son épouse Margaret. Il accompagna les Blessington lors d’un voyage à Paris, en passant par la vallée du Rhône et en Italie, en août 1823, où ils rencontrèrent Lord Byron à Gênes. Afin de rester auprès du couple et surtout de Margaret, il épousa Harriet Gardiner, fille du comte de Blessington, issue d’un premier mariage et alors âgée d’à peine quinze ans. Ils se séparèrent très rapidement, et après le décès du comte de Blessington, en 1829, il vécut ouvertement avec sa maîtresse. Ils reçurent et fréquentèrent l’élite artistique et mondaine de l’époque. Il fut le créateur de nombreux parfums, tandis que Marguerite de BLESSINGTON (1789-1849) publia plusieurs ouvrages, en particulier les Conversations de Byron. Alfred d’Orsay s’adonna également à la peinture, et on lui doit le tombeau dans lequel il repose. Marguerite mourut à la fin de l’année 1849. Il lui survécut trois ans. Atteint d’un cancer de la colonne vertébrale, il fut accueilli chez sa sœur Ida à Chambourcy, où son époux avait acquis une propriété. Il y mourut peu après avoir été nommé directeur de l’École des beaux-arts par Napoléon III.

A l’intérieur de leur pyramide sépulcrale se trouvent leurs deux médaillons.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?