BERGERAC (24) : cimetière protestant (dit du Pont Saint-Jean)

Visité en août 2007
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

On ne le sait pas forcément, mais après la Saint-Barthélémy, Bergerac devint la capitale intellectuelle du monde protestant (Richelieu fit raser les remparts de la ville en 1629, à une époque où vivaient dans la cité 6000 protestants, dont de nombreux marchands et négociants).
Relativement central et de faible superficie, le cimetière protestant de Bergerac est fort agréable à visiter : beaucoup de vieilles pierres tombales, certaines dans un état délabré, confèrent à l’endroit un charme romantique. Les notabilités huguenotes du XIXe et du début du XXe siècles (pasteurs, enseignants, parlementaires...) s’y firent inhumer.


Curiosités


-  Un très beau bas-relief sur la tombe de deux instituteurs : François (1777-1830) et son fils Louis (1798-1875) Barraud. Venus de Suisse à la demande de Maine de Biran, ils avaient créé à Bergerac en 1808 une école destinée à appliquer les préceptes éducatifs de Pestalozzi. Le bas-relief représente un adulte sauvant un enfant en train de se noyer.
-  Sur une tombe, une plaque signale la mémoire de deux jeunes garçons morts brûlés à Oradour-sur-Glane le 10 juin 1944.

Le cimetière possède la tombe de famille du tragédien Mounet-Sully, natif de Bergerac, qui serait bien mieux ici que noyé parmi tant d’autres au cimetière Montparnasse.


Célébrités : les incontournables...


Aucune.


... mais aussi


-  L’administrateur François de COUTOULY (1882-1932), qui laissa plusieurs ouvrages sur le Niger.

-  Prosper FOURNIER (1816-1892), qui fut préfet de Dordogne de 1888 à sa mort.

-  Albert GARRIGAT (1839-1891) : médecin de formation, il fut l’un des premiers députés républicains dans le département de la Dordogne, mandat qu’il occupa au sein de la Gauche républicaine de 1876 à 1885. A partir de cette date, et jusqu’à la fin de sa vie, il fut sénateur de ce même département.

-  Ferdinand de LA BORIE, comte de LA BATUT (1854-1933) : juriste de formation, maire de Montbazillac, il fut député de Dordogne de 1885 à 1912, puis sénateur du département de 1912 à 1930. Siégeant à gauche, il soutint les politiques scolaires et coloniales de la jeune République.

-  Samuel POZZI (1846-1918) : né à Bergerac, ancien élève de Broca, il devint un excellent chirurgien qui contribua à introduire en France les principes d’asepsie mis en évidence par Pasteur et Lister. Au fil des années, il se consacra de plus en plus à la gynécologie dont il fut l’un des pionniers en France. Elu membre de l’Académie de médecine en 1896, il fonda l’année suivante la Revue de gynécologie et de chirurgie abdominale. Il fut également un personnage mondain : la haute aristocratie le consultait régulièrement. Il se fit connaître également par sa coquetterie sans borne et ses multiples conquêtes féminines (dont Sarah Bernhardt). Ecclectique, il fut également un grand collectionneur de tanagras. Il fut enfin sénateur de Dordogne de 1897 à 1902. Un tel esprit ne pouvait que séduire Marcel Proust (Pozzi était un familier de la famille Proust) qui s’en inspira sans-doute pour son personnage du docteur Cottard dans la Recherche. Il fut assassiné le 13 juin 1918, par un de ses patients frappé de démence, qui lui cribla l’abdomen de plusieurs balles de pistolet. Selon son souhait il fut inhumé dans son uniforme militaire dans sa ville natale. On donna son nom à l’Hôpital de la ville.

- Pierre ROCHE-BAYARD (1934-2017) : ancien directeur général et commercial du groupe Andros, il contribua, aux côté du fondateur Jean Gervozon, à la formidable ascension de la PME familiale de Biars-sur-Cère (46), en participant notamment au lancement de la marque de confitures Bonne Maman, en 1971. C’est lui qui en avait imaginé le fameux couvercle à carreaux, « comme les rideaux de la ferme familiale », et rédigé de sa plus belle plume « bonne maman » sur fond blanc. Un coup marketing hors-pair : la marque « Bonne Maman » est un leader incontesté du marché français des confitures, dont elle détient 35%.

-  La poétesse locale Eglantine de VALROSE (Louise Léa Dumas : 1869-1955).


Commentaires

BERGERAC (24) : cimetière protestant (dit du Pont Saint-Jean)
mardi 4 novembre 2014 à 16h48

Il vous manque la tombe du tragédien Mounet Sully.

mardi 4 novembre 2014 à 17h57 - par  Philippe Landru

Mounet-Sully ne repose pas à Bergerac, mais au cimetière Montparnasse à Paris.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?