LE PLESSIS BELLEVILLE (60) : cimetière

visité en mars 2013
mercredi 25 mai 2022
par  Philippe Landru

Dans le cimetière de cette commune, situé Allée Thérèse Levasseur, se trouve, tombe ancienne anachronique au milieu de tombes contemporaines celle de ... Thérèse LEVASSEUR (1721-1801), qui fut la compagne, puis la femme du philosophe Jean-Jacques Rousseau. Le choix de Rousseau a beaucoup surpris, depuis ses contemporains jusqu’aux biographes les plus récents. En effet Thérèse Levasseur était presque illettrée et malgré les efforts de son compagnon qui ne parvint pas à lui apprendre à lire l’heure, elle est restée “ce que l’a fait la nature” (Les Confessions).

Ce n’est pas la passion qui lui a “tourné la tête”. Tout au contraire, Rousseau parle de ses sentiments comme d’un “attachement” dans lequel n’entrait pas “la moindre étincelle d’amour”. Il lui donne des surnoms familiers dès les premières années de leur liaison de “Gouverneuse” ou de “Tante”, puis le titre de “Gouvernante”, avec lequel Rousseau a pris l’habitude de la présenter, avant de la faire passer pour sa “Sœur” en 1767. C’est sans doute significatif de ce lien plus fraternel que proprement amoureux ou conjugal. L’attachement de Thérèse et son dévouement à Jean-Jacques furent à l’épreuve du temps et des malheurs. Elle partagea toutes les vicissitudes de l’existence de l’écrivain et le rejoignit d’exil en exil jusqu’à son décès.

A la mort de Rousseau en 1778, Thérèse Levasseur devint son héritière unique. Elle subsista grâce à la vente de quelques manuscrits de Rousseau ainsi qu’avec les rentes que lui envoyaient le marquis de Girardin et l’éditeur Marc-Michel Rey. Elle épousa en 1779 Jean-Henri Bally, le valet de chambre du marquis René-Louis de Girardin. En 1790, sur les instances de Mirabeau, l’Assemblée nationale décréta que sa veuve jouirait d’une pension de 1 200 francs, qui fut ensuite portée à 1 500 en raison de son âge et de ses infirmités. Cette pension ne fut pas toujours payée et Thérèse, retirée au Plessis-Belleville, tomba dans la misère.

Le fait est connu : entre la fin de 1746 (ou le début de 1747) et 1752, Thérèse Levasseur et Jean-Jacques Rousseau eurent cinq enfants, qui furent tous portés à l’Hospice des Enfants-Trouvés.


Commentaires

Brèves

Mise à jour et conseils aux contributeurs

samedi 29 octobre

Je suis en train de remettre à jour toutes les rubriques qui listent le plus exhaustivement possible le patrimoine funéraire de tous les départements. Tous les cimetières visités par moi (ou par mes contributeurs) y sont portés, mise-à-jour des couleurs qui n’étaient pas très claires dans les versions précédentes (le noir apparaissait vert), rajout de tombes depuis les visites, photos de tombes manquantes... N’hésitez pas à les consulter pour y trouver la version la plus globale du patrimoine. Ces rubriques représentent les listes les plus complètes que l’on puisse trouver sur le net du patrimoine funéraire français.

Contrairement aux articles, vous ne pouvez pas interagir sur les rubriques : aussi, si vous avez une information nouvelle à apporter sur un département, merci de laisser votre message en indiquant clairement le département et la commune concernée sur un article dédié uniquement à cela : Le patrimoine funéraire en France : classement par départements

Merci et bonne lecture.

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?