AUTHON (41) : cimetière

jeudi 3 décembre 2020
par  Philippe Landru

Depuis 2012, le petit cimetière d’Authon revient régulièrement dans les médias en raison de l’obstination de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing à contourner les lois pour se faire bâtir une chapelle de famille dans un terrain acquis et clôturé, mais non constructible, jouxtant le dit cimetière. Voir : A Authon, on ne veut pas du tombeau de Giscard

Nous saurons bientôt si l’ancien président de la République s’y fera finalement inhumer, ce qui semble probable ; sa fille Jacinte y ayant été enterrée en 2018.

Giscard n’a aucun lien avec la commune [1], mais son épouse est en revanche « dans ses terres » à Authon.

Le cimetière des ancêtres d’Anne-Aymone Sauvage de Brantes constitue une enclave au fond du cimetière d’Authon délimitée par une grille.

Anne-Aymone Sauvage de Brantes (née en 1933) [2], l’épouse de l’ancien président de la République, possède un passionnant arbre généalogique : son père, François de Brantes, qui mourut en déportation à Mauthausen, était le fils de Marguerite Schneider, elle-même fille de l’homme politique et industriel Henri Schneider. Elle descend par ailleurs de l’académicien et ministre de la Guerre de Napoléon Jean-Girard Lacuée de Cessac, ainsi que de la famille de Montesquiou-Fezensac. Par sa mère, Aymone de Faucigny-Lucinge, elle descend de Charlotte de Bourbon, fille naturalisée française et considérée comme légitime d’Amy Brown et du prince français Charles-Ferdinand d’Artois duc de Berry, second fils du roi Charles X. Elle est aussi la nièce du journaliste et écrivain Alfred Fabre-Luce (époux de Charlotte de Faucigny-Lucinge, tante et marraine d’Anne-Aymone), par l’intermédiaire duquel elle rencontra Valéry Giscard d’Estaing.

Cette armada généalogique se retrouve en partie dans le cimetière d’Authon.

JPEG - 40 ko
Difficile de dire avec précision qui repose dans la chapelle principale de l’enclos familial.

JPEG - 49 ko
La mère d’Anne Aymone de Brantes (et le cénotaphe de son père mort en déportation).
JPEG - 14.8 ko
Nawal Alexandra Ebeid (+2011), première épouse de Louis Giscard-d’Estaing, fils du président.
JPEG - 53.1 ko
Natividad Terry y Dorticos (1882-1960), issue d’une famille d’origine hispano-irlandaise, qui fit fortune dans les plantations de canne à sucre de Cuba, devenue par son mariage princesse de Faucigny-Lucinge. Elle était la grand-mère d’Anne-Aymone.

On y trouve en particulier les tombes de :

- Pierre CUILLER-PERRON (1753-1834), militaire et un aventurier, il passa plus de trente ans en Inde à servir les forces locales contre l’occupant britannique. Son épitaphe le décrit comme « ancien généralissime des armées du grand Mogol ». Sa fille épousa Alfred de Montesquiou-Fezensac (qui suit) : ils étaient les quadrisaïeux de Anne-Aymone de Brantes.

- Alfred de MONTESQUIOU-FEZENSAC (1794-1847) : officier des armées napoléoniennes, il fut l’aide-de-camp du maréchal Berthier lors de la campagne de France (1814),et fut chargé par Napoléon de transmettre la nouvelle de la victoire de Montmirail à l’impératrice Marie-Louise. Il fut retrouvé mort, le cœur percé par un coup de poignard dans sa chambre. Des lettres retrouvées sur les lieux prouvaient qu’il s’agissait d’un suicide.

JPEG - 49.4 ko
Charles Frédéric de la Rochefoucauld (1802-1895), son épouse Anne-Charlotte Cuillier-Perron (1810-189), autre fille de Pierre Cuillier-Perron, et leur fille Françoise de la Rochefoucauld (1844-1921), qui fut l’épouse d’un prince Borghèse.

Merci à Nicolas Badin pour les photos.


[1Le tombeau de famille des Giscard-d’Estaing se trouve au cimetière de Saint-Amant-Tallende (63).

[2Elle est la tante du chroniqueur de la jet set Emmanuel de Brantes.


Commentaires

Logo de cp
AUTHON (41) : cimetière
vendredi 4 décembre 2020 à 22h56 - par  cp

Intimité familiale, dit-on, pour les obsèques... En 2003 le journaliste Daniel Carton, ex du Monde, publie un livre où il révèle l’existence d’un « Mazarin » dans la filiation de l’ex. Un livre intitulé « Bien Entendu... C’est off ! ».Sera-t-il présent, avec sa mère, ex députée européenne, comme Mazarine P. à l’enterrement de son père ? On verrait alors à l’instar de Mazarine l’air de famille, l’enfant est devenu un homme, et il ressemble à son père, si l’on en juge par les photos disponibles sur internet. Mitterrand avait confidentiellement reconnu sa fille, puis l’avait « outée » (Papa Papa où t’es ? Papa où t’es !...)" ; peut-être que là, la modernité dont Giscard se targuait était plus du côté du vieux charentais !

Logo de Helene
AUTHON (41) : cimetière
vendredi 4 décembre 2020 à 21h25 - par  Helene

Un grand bravo pour votre cite ! J’aime moi aussi visiter les cimetieres, notamment les cimetieres arbores (en Grande Bretagne, en Roumanie) avec de vieilles pierres tombales illisibles ! J’aime aussi le projet ’cimetieres’ de Geneanet : bien utilie pour les gens qui n’habitent pas en France et ne peuvent pas prendre x semaines de vacances pour aller arpenter les cimetieres ! Surtout maintenant ou apparemment il faut une attestation !

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?