AUTHON (41) : cimetière

jeudi 3 décembre 2020
par  Philippe Landru

Depuis 2012, le petit cimetière d’Authon revenait régulièrement dans les médias en raison de l’obstination de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing à contourner les lois pour se faire bâtir une chapelle de famille dans un terrain acquis et clôturé, mais non constructible, jouxtant le dit cimetière. Voir : A Authon, on ne veut pas du tombeau de Giscard

Pas de chapelle familiale bâtie, mais il repose effectivement sur ce terrain aux cotés de membres de sa famille, dont sa fille Jacinte, enterrée en 2018.

Giscard n’a aucun lien avec la commune [1], mais son épouse est en revanche « dans ses terres » à Authon.

Le cimetière des ancêtres d’Anne-Aymone Sauvage de Brantes constitue une enclave au fond du cimetière d’Authon délimitée par une grille.

Anne-Aymone Sauvage de Brantes (née en 1933) [2], l’épouse de l’ancien président de la République, possède un passionnant arbre généalogique : son père, François de Brantes, qui mourut en déportation à Mauthausen, était le fils de Marguerite Schneider, elle-même fille de l’homme politique et industriel Henri Schneider. Elle descend par ailleurs de l’académicien et ministre de la Guerre de Napoléon Jean-Girard Lacuée de Cessac, ainsi que de la famille de Montesquiou-Fezensac. Par sa mère, Aymone de Faucigny-Lucinge, elle descend de Charlotte de Bourbon, fille naturalisée française et considérée comme légitime d’Amy Brown et du prince français Charles-Ferdinand d’Artois duc de Berry, second fils du roi Charles X. Elle est aussi la nièce du journaliste et écrivain Alfred Fabre-Luce (époux de Charlotte de Faucigny-Lucinge, tante et marraine d’Anne-Aymone), par l’intermédiaire duquel elle rencontra Valéry Giscard d’Estaing.

Cette armada généalogique se retrouve en partie dans le cimetière d’Authon.

JPEG - 40 ko
Difficile de dire avec précision qui repose dans la chapelle principale de l’enclos familial.

JPEG - 49 ko
La mère d’Anne Aymone de Brantes (et le cénotaphe de son père mort en déportation).
JPEG - 14.8 ko
Nawal Alexandra Ebeid (+2011), première épouse de Louis Giscard-d’Estaing, fils du président.
JPEG - 53.1 ko
Natividad Terry y Dorticos (1882-1960), issue d’une famille d’origine hispano-irlandaise, qui fit fortune dans les plantations de canne à sucre de Cuba, devenue par son mariage princesse de Faucigny-Lucinge. Elle était la grand-mère d’Anne-Aymone.

On y trouve en particulier les tombes de :

- Pierre CUILLER-PERRON (1753-1834), militaire et un aventurier, il passa plus de trente ans en Inde à servir les forces locales contre l’occupant britannique. Son épitaphe le décrit comme « ancien généralissime des armées du grand Mogol ». Sa fille épousa Alfred de Montesquiou-Fezensac (qui suit) : ils étaient les quadrisaïeux de Anne-Aymone de Brantes.

- Alfred de MONTESQUIOU-FEZENSAC (1794-1847) : officier des armées napoléoniennes, il fut l’aide-de-camp du maréchal Berthier lors de la campagne de France (1814),et fut chargé par Napoléon de transmettre la nouvelle de la victoire de Montmirail à l’impératrice Marie-Louise. Il fut retrouvé mort, le cœur percé par un coup de poignard dans sa chambre. Des lettres retrouvées sur les lieux prouvaient qu’il s’agissait d’un suicide.

JPEG - 49.4 ko
Charles Frédéric de la Rochefoucauld (1802-1895), son épouse Anne-Charlotte Cuillier-Perron (1810-189), autre fille de Pierre Cuillier-Perron, et leur fille Françoise de la Rochefoucauld (1844-1921), qui fut l’épouse d’un prince Borghèse.

Merci à Nicolas Badin pour les photos.


[1Le tombeau de famille des Giscard-d’Estaing se trouve au cimetière de Saint-Amant-Tallende (63).

[2Elle est la tante du chroniqueur de la jet set Emmanuel de Brantes.


Commentaires

Logo de cp
AUTHON (41) : cimetière
vendredi 4 décembre 2020 à 22h56 - par  cp

Intimité familiale, dit-on, pour les obsèques... En 2003 le journaliste Daniel Carton, ex du Monde, publie un livre où il révèle l’existence d’un « Mazarin » dans la filiation de l’ex. Un livre intitulé « Bien Entendu... C’est off ! ».Sera-t-il présent, avec sa mère, ex députée européenne, comme Mazarine P. à l’enterrement de son père ? On verrait alors à l’instar de Mazarine l’air de famille, l’enfant est devenu un homme, et il ressemble à son père, si l’on en juge par les photos disponibles sur internet. Mitterrand avait confidentiellement reconnu sa fille, puis l’avait « outée » (Papa Papa où t’es ? Papa où t’es !...)" ; peut-être que là, la modernité dont Giscard se targuait était plus du côté du vieux charentais !

Logo de Helene
AUTHON (41) : cimetière
vendredi 4 décembre 2020 à 21h25 - par  Helene

Un grand bravo pour votre cite ! J’aime moi aussi visiter les cimetieres, notamment les cimetieres arbores (en Grande Bretagne, en Roumanie) avec de vieilles pierres tombales illisibles ! J’aime aussi le projet ’cimetieres’ de Geneanet : bien utilie pour les gens qui n’habitent pas en France et ne peuvent pas prendre x semaines de vacances pour aller arpenter les cimetieres ! Surtout maintenant ou apparemment il faut une attestation !

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?