FERRIÈRES-EN-BRAY (76) : cimetière

Visité en mars 2013
lundi 11 mars 2013
par  Philippe Landru

Le cimetière de Ferrières ne possède qu’une personnalité à priori, mais quelle star !

C’est dans le Pays de Bray, en Normandie, réputé pour son beurre et son lait crémeux, au beau milieu du XIX siècle, dans une petite ferme de Villers-sur-Auchy, près de Gournay-en-Bray, que madame Héroult, fermière de son état, fabriquait, comme toutes les autres femmes de la région, un fromage à pâte onctueuse qu’elle vendait sur les marchés alentours. L’histoire veut qu’elle avait à son service un vacher suisse, qui lui suggéra de faire comme dans son pays : ajouter de la crème à la pâte avant le malaxage du caillé. Et de ce fait, le fromage de la « mère Héroult » eut du succès : le suisse était né (il prit plus tard le nom de Petit Suisse).

Le succès du Petit-suisse fut encore bien plus grand quand il fut découvert par un mandataire des halles de Paris, Charles GERVAIS (1826-1893) qui flaira la bonne affaire. Comme la production artisanale ne suffisait pas à alimenter le marché de la capitale, Charles Gervais, associé à Mme Héroult, reprit une fromagerie à son nom, en 1852, à Ferrières-en-Bray. Les premiers employés de la fromagerie Gervais furent tout d’abord des suisses, qu’il fit venir spécialement.

Dès 1872 naquit un second produit Gervais, dont la popularité ne tarda pas à égaler celle des Petits-Suisses : le Carré frais.

Charles Gervais avait également compris l’intérêt qu’il avait à livrer des suisses dans un état de fraîcheur toujours plus parfait. Le chemin de fer Beauvais-Paris à peine inauguré, il mit en place un transport particulier entre Ferrières et Beauvais : les voitures rapides tirées par quatre chevaux, devinrent célèbres. Charles Gervais avait aussi compris l’importance des marques et de leur identification. Bientôt, l’étiquette Fromages à la crème Ch. Gervais dits Suisses fut imprimée sur les boîtes en bois, qui déjà contenaient ces petits fromages ronds. A la gare Saint-Lazare, à peine débarqués du train, les Petits Suisses étaient chargés à bord des voitures à cheval, avant d’être livrés dans tout Paris quelques heures après avoir quitté le Pays de Bray. À la fin du XIXme siècle, la fromagerie devient une véritable usine.

En 1900, Jules Charles GERVAIS (1851-1933), son fils, ouvrit un atelier à Clermont, où furent fabriquées les boîtes de peuplier. Il innova également en utilisant des emballages à usage unique : une révolution pour l’époque. Les Petits Suisses furent vendus dans une fine bande de papier et placés par six dans des petites caissettes de bois, chaque Petit Suisse pesant 60 grammes.

Maire d’Elbeuf-en-Bray, il fut en outre député (1889 à 1898) puis sénateur (1900 à 1909) de la Seine inférieure, mais son activité parlementaire ne laissa pas grands souvenirs.

Alors que l’entreprise était encore très artisanale, le petit-fils du fondateur, Charles GERVAIS (1882-1962), modernisa complètement l’usine et plaça donc la maison Gervais à l’avant-garde du progrès dans l’industrie laitière. Un progrès stoppé net par les bombes de la Seconde Guerre mondiale, qui eurent raison de l’usine Gervais en seulement 35 minutes. Charles Gervais fit appel à un architecte pour reconstruire une usine ultramoderne.

Les successeurs de Charles Gervais continuèrent le développement de la société, multipliant les rachats et les créations dans toute la Normandie. En 1967, Gervais fusionna avec Danone, fabricant de yaourt, et devint le groupe Gervais Danone.


Commentaires

Logo de Annie D.
FERRIÈRES-EN-BRAY (76) : cimetière
vendredi 11 août 2017 à 15h40 - par  Annie D.

J’ai connu au début des années 2000, un bel homme blond qui s’appelait Christian Gervais et qui était cadre dans une grosse multinationale à Limoges ( 87) ; il avait dans son bureau une affiche ancienne de la marque Gervais. Je n’avais jamais osé lui demander, mais je pense que c’était un descendant de la famille Gervais....

Logo de nanar
FERRIÈRES-EN-BRAY (76) : cimetière
lundi 12 octobre 2015 à 21h43 - par  nanar

erreur ! le sénateur Gervais a laissé un grand souvenir. fi août 1914, il expliquait les premières défaites par « le caractère léger » des troupes issues de la région de Marseille. Dans ce secteur (qui n’est pas le mien), l’accusation a toujours du mal à passer.

Site web : bernard
Logo de Annie GERVAIS
FERRIÈRES-EN-BRAY (76) : cimetière
vendredi 31 juillet 2015 à 19h25 - par  Annie GERVAIS

Bonjour, je suis tout à fait d’accord avec vous, les petits suisses GERVAIS sont les meilleurs !!! Je collectionne tout ce qui se rapporte à la marque GERVAIS. J’ai recherché si cette famille était dans ma généalogie, pour l’instant, j’ai rien trouvé.
Bonne soirée à vous.

Annie GERVAIS

Logo de Christine
mercredi 24 mai 2017 à 15h52 - par  Christine

Bonjour, Je viens de voir votre message te pour tout vous dire moi aussi je collectionne tous les objets de la marque Gervais et Danone, allant du petit porte clés, au pot de fleurs appartenant à la famille Gervais.

Logo de glouton
FERRIÈRES-EN-BRAY (76) : cimetière
vendredi 5 décembre 2014 à 11h51 - par  glouton

miam ! miam ! les petits Gervais !!!!

Logo de BRUNET
dimanche 12 juillet 2015 à 12h29 - par  BRUNET

Bonjour,
Le petit suisse Gervais est le meilleur de tous, l’avis de mes enfants le confirment. Dommage qu’il n’est plus emballé dans la petite boite de carton. Il est toujours aussi moelleux, onctueux, et n’ pas le gout acide des autres marques.Je regrette le manque de pub qui pourrait amener la population à apprécier ce dessert ou goûter additionné de confiture maison ou de sucre cristallisé qui craque sous la dent. Je suis né à Ferrières en Bray, j’ai été scolarisée à la primaire CHARLES GERVAIS, l’hiver un verre de lait chaud nous était servi, quel régal que Mme Merlin, employée à la cantine, nous préparait.
A la fin de l’année scolaire, CHARLES GERVAIS, faisait tondre un champ, ou nous pouvions nous ébattre. La remise des prix, que la société organisait avec la commune. Ma soeur travaillait à l’usine et j’avais le droit de participer aux spectacles. A j’oubliait que dés que je me rends à Ferrieres en bray je me visite la tombe de CHARLES GERVAIS que je trouve un peu abandonnée, pour moi ce monument est historique. CHARLES GERVAIS repose parmi ses employés dévoués, car les brocs à lait n’attendaient comme les tanks actuellement, conservateurs du lait. Un mot qui revenait souvent LA PAIE DE LAIT. Je vous salue CHARLES GERVAIS et que votre passage sur la terre soit éternel. J’ai 64 ans que de bons souvenirs.

Site web : francoise brunet

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?