MEISTER Joseph (1876-1940)

Bagneux - 41ème division
samedi 3 mars 2012
par Philippe Landru

Pas vraiment un nouveau, puisque je l’ai indiqué depuis longtemps à Bagneux, mais j’ai décidé de lui faire sa propre fiche. Non seulement ses descendants m’ont envoyé des renseignements précieux sur lui, mais Jean-Yves, des Lilas, vient de m’envoyer de nouvelles photos attestant que sa tombe a été refaite. Toutes ces nouveautés pour un personnage plutôt attachant, cela valait bien une fiche pour lui tout seul !

Jeune alsacien devenu une des icônes du progrès médical dans le contexte de la révolution industrielle pour avoir été sauvé de la rage, alors qu’il avait neuf ans, par Pasteur. Il fut effectivement le premier être humain sur lequel fut tenté le vaccin inventé par Pasteur, qui n’avait jusqu’alors été expérimenté qu’en laboratoire. Il est à noter que si belle soit l’anecdote, certains scientifiques mettent en doute le fait que le chien ait eu la rage. Plus tard, Joseph Meister devint gardien de… l’Institut Pasteur. Il se donna la mort en 1940 en raison de l’entrée des Allemands dans Paris [1].  [2]

début 2012 : la tombe a été nettoyée, redressée, et une indication, bien utile pour sa future conservation par les autorités du cimetière, a été ajoutée.


[1] En novembre 2011, j’ai reçu le mail suivant : la tombe de Joseph Meister n’a pas disparu elle est toujours à l’emplacement 41..15 28. Nous ses 3 petits enfants, après bien des démarches administratives liées au changement de réglementation des cimetières parisiens et d’héritage du titre de concession, l’avons fait nettoyer et redressée cette année. Mon père son fils ainé y fut inhumé en 1953. La dernière inhumation dans ce caveau fut celle d’Albert Meister, médaille militaire, citation à l’ordre de l’armée d’un certain Charles de Gaulle et mitrailleur dans le groupe Alsace Lorraine. Sa plus jeune fille Madeleine épouse Mellin, elle aussi décorée pour son action dans la résistance, est inhumée avec son conjoint dans la même division, Sa fille ainée Maria, épouse Achille, est aussi inhumée à Bagneux dans une autre division. Ses deux filles Maria et Madeleine ont occupé des postes de secrétariat à l’Institut Pasteur. En 2014 nous devons renouveller la concession. Cependant, mes cousines comme moi-même sommes préoccupés du devenir de cette tombe familiale. Après notre disparition, nous ne pensons pas que l’entretien des tombes soit une priorité des arrières petits enfants de Joseph Meister et de leurs descendants. Qui se souviendra, à part les « Pastoriens », qu’il y a 126 ans le vaccin contre la rage était innoculé avec succès sur un premier humain J. Meister, suivit peu après sur J-B Jupille.

[2] Un autre mail intéressant des descendants de J. Meister : Pour faire plaisir à une de mes cousines Marie-José « héritière » de la concession je me dois de préciser que même si la « légende » née après guerre du suicide de mon grand père est grandiose, la réalité est vraisemblablement moins glorieuse. Ce serait plutôt, selon un courrier d’amis de l’Yonne, que de ne pas avoir eu de nouvelles de sa femme, sa fille Madeleine et sa petite fille Geneviève envoyés en exode vers la famille de son gendre Henri Mellin, ce courrier sans aucune nouvelle des exilés et les bombardements meurtriers de la gare d’Auxerre l’ont convaincu d’avoir perdu sa famille et alors sa seule petite fille (après la mort à 18 mois, en 1939 de mon frère ainé) ce qui a dû ajouter à son désespoir et participer à sa décision. Voilà pour l’anecdote la famille Meister est à jamais « marquée » par Pasteur : Mon oncle Albert qui était marin a servi sur le Pasteur transformé en transport de troupe pour l’Indochine, le beau-frère de ma cousine Geneviève a été Interne de Pfr. Pasteur Vallery-Radot, Ma promotion d’ école d’ingénieur HEI 1966 est la promotion Pasteur qui fut recteur de la fac de Lille !


Commentaires