Descente dans la crypte funéraire de Talleyrand

La Nouvelle République - 8 décembre 2009
samedi 20 novembre 2010
par  Philippe Landru

Un article déjà ancien, mais sur un sujet très intéressant (et pour une fois illustré) : vous le trouverez tout en bas de cette fiche. Je l’ai introduit par des informations concernant le sujet issues d’un site dont c’est le propos.

Pour information :

Talleyrand fit construire une ravissante chapelle, commencée en 1818, bénie l’année suivante et achevée en 1820. La crypte, quant à elle, n’était pas achevée lorsque mourut en 1834, la comtesse Vincent Tyszkiewitz, née princesse Poniatowska, fidèle amie du Prince. La défunte fût enterrée à même le sol de la chapelle. Lorsque le 17 mai 1838, le Prince mourut à Paris, la crypte n’était pas davantage terminée : elle ne le fut qu’en septembre et c’est le 5 septembre 1838, que le corps de Talleyrand y fut déposé, en même temps que celui de son frère Archambaud et de la petite Yolande de Valençay, arrière-petite-nièce du Prince. La chapelle, sinistrée le 16 août 1944, a été reconstruite sur un plan moderne, de 1957 à 1958. C’est également en 1958 que les restes de la princesse Tyszkiewitz furent exhumés et réinstallés dans la crypte.
Les autres corps déposés dans la crypte sont ceux de la petite Charlotte-Dorothée, soeur de Yolande, morte en 1840, de la Princesse de Sagan, morte en 1905, de Boson, prince de Sagan, mort en 1910, époux de la précédente, et de Boson, duc de Talleyrand et de Valençay, second fils des précédents, mort en 1952.
La chapelle est propriété privée : son autel actuel, en bois peint et doré, provient de l’ancienne chapelle du château. Portatif, il pouvait servir pour des messes dites en plein air. Dans un avenir prochain, l’exhaussement du plafond devrait permettre d’apercevoir le tombeau du Prince.

Les obsèques de Talleyrand

Voici donc, tout simplement, le texte de la délibération spéciale du conseil municipal de l’époque, qui, unanime, consignait sur le registre officiel, au soir des obsèques du Prince.

L’an mil huit cent trente huit, le cinq septembre, la Commune de Valençay a payé le dernier tribut de ses respects et de ses hommages à son Bienfaiteur : mais sa reconnaissance envers lui sera éternelle et sans bornes.

- Monsieur Charles Maurice de Talleyrand-Périgord, prince Duc de Talleyrand, propriétaire du château et de la Terre de Valençay, a contribué ; autant qu’il était en son pouvoir, à la prospérité de ce pays, en lui donnant des débouchés, des routes, des chemins de grande communication.
- protecteur de la classe peu fortunée, en sa faveur il a créé et fondé, à perpétuité , une maison de charité et de bienfaisance, pour l’éducation religieuse et morale des enfants, établissement où les parents eux-mêmes, dans leurs maladies, trouvent des secours et des consolations.
- Père des pauvres, par son testament, il leur a légué une somme de mille francs ; et a fondé une rente perpétuelle de cinq cents francs, pour subvenir à leurs premiers besoins.
- tant de bienveillance pour cette commune ne suffisait point à son amour : il, lui a légué le don le plus précieux qu’il pouvait lui faire, en voulant qu’elle fût la dépositaire de ses dépouilles mortelles.
- En exécution de Ses Dernières Volontés, le Roi, par décision du quatre du mois de juin dernier, a autorisé l’inhumation dans la chapelle des Sœurs de la Charité à Valençay, du corps de feu Monsieur le prince de Talleyrand, décédé à Paris le dix-sept mai, présente année, à trois heures trois quart du soir ; âgé de quatre-vingt quatre ans, trois mois.

- Le corps arrivé à Valençay dans la nuit du trois au quatre, a été déposé à l’église, où Monsieur le curé de la paroisse accompagné de son clergé ,l’a reçu.

- Ce jourd’hui cinq septembre ont eu lieu les cérémonies des obsèques et de la sépulture ainsi qu’il suit.

- L’église paroissiale convertie en chapelle ardente, n’était éclairée que par la lueur des lampes, par un nombre infini de bougies allumées dans son enceinte ; et par la multitude de cierges brûlant sur l’autel et autour du corps, placé au milieu du chœur, sur un catafalque élevé, orné avec soin de tentures et de draperies, autant que le local avait pu le permettre. Toute l’église à l’intérieur était tendue de noir.

- l’affluence des étrangers, venus des villes circonvoisines à plusieurs lieues était telle, que , jointe à la population de Valençay, il y avait encombrement dans toutes les rues, surtout celles que le cortège devait suivre.

- Les brigades de gendarmerie circonvoisines avaient été détachées pour se joindre à celle de Valençay. Le détachement spécialement chargé de maintenir l’ordre et la police, était commandé par Mr le capitaine et Mr le lieutenant de la compagnie du Département. Dès les dix heures du matin le détachement s’est rendu à l’église.

- à dix heures et demie, le corps municipal, Mr le juge de Paix et les autres fonctionnaires publics sont sortis de la salle de la mairie, où ils avaient été convoqués et s’étaient réunis. La garde nationale rangée en bataille sur la place, en face de la mairie, ayant ouvert les rangs, le cortège s’est dirigé vers l’Eglise dans l’ordre suivant :

La compagnie des sapeurs pompiers, marchant en tête, à trente pas en avant ; la compagnie des grenadiers, et celle des chasseurs au milieu, et accompagnant les corps constitués ; lesquels, arrivés à l’église, ont pris place dans la chapelle de la Vierge qui leur était réservée.

A onze heures, la famille, et les personnes particulièrement invitées au deuil, conduit par Monsieur le duc de Valençay, petit neveu de feu Monsieur le prince se sont rendues et ont pris place dans la chapelle de Saint Ferdinand.

La partie supérieure de la nef (sous les cloches) ainsi que le chœur de l’église étaient occupés par un clergé nombreux.

Dès que la famille a été placée, a commencé le chant de la messe de requiem, qui a été célébrée par Mr le curé de la paroisse, assisté de diacres et de sous-diacres.

Cette messe a été totalement chantée par des musiciens venus de Paris. Toutes les cérémonies de l’église ont été faites avec beaucoup d’ordre, de pompe et de dignité.

La messe et les prières accoutumées à l’église étant terminées, il a été procédé à la translation du corps à la chapelle des Sœurs.

Le cercueil a été pris par des pompiers et des grenadiers qui l’ont porté hors de l’église, et l’ont placé dans la voiture à ce destinée, conduite par quatre chevaux tous drapés en noir, et guidés chacun par un conducteur.

La marche a été dirigée dans l’ordre suivant : quatre gendarmes à cheval, ayant un brigadier à leur tête, ouvraient la marche ; un peloton de pompiers précédé des tambours a prit rang à environ cinquante pas du char funèbre.

Le clergé sur deux rangs, occupait cet espace.

La famille, précédée des valets de chambre du prince, suivait immédiatement le char, avec les personnes invitées au deuil.

Après la famille, marchaient les autorités, le conseil municipal.

Ensuite les personnes invitées ; après elles, les gardes du prince et les personnes du château.

Le convoi était fermé par la gendarmerie.

La foule qui suivait était immense.

La tête de la colonne étant parvenue à l’entrée de la maison des Sœurs a fait halte. Les portes ont été ouvertes : le cortège est entré dans la cour ; et la troupe s’est formée en bataille dans la rue.

Le cercueil a été pris à la voiture par des pompiers et des grenadiers qui l’ont déposé dans la chapelle. Le clergé y a dit les dernières prières ; la famille et les assistants ont jeté l’eau bénite. Le cercueil a été descendu dans le caveau et placé au lieu destiné pour le recevoir. En ce moment, les diverses compagnies rangées dans la rue, l’ont salué d’une décharge de mousqueterie (en l’air)

Douze cents livres de pain ont été distribuées aux pauvres.

Ainsi s’est terminé cette cérémonie où a régné le plus grand ordre et qui, partout sur le passage, a été accueillie avec les marques de respect.
Le précieux dépôt sera toujours l’objet de la vénération des habitants de Valençay ; comme le souvenir des bienfaits de feu Monsieur le prince le sera de leur reconnaissance.

Guidé par ces deux motifs, le Conseil municipal de Valençay, avant de se séparer, a voulu que mention et détail de cette cérémonie fussent consignés sur les registres de la Mairie et déposés en ses archives, pour en perpétuer la mémoire.

En la salle de la mairie de Valençay, le cinq septembre mil huit cent trente huit ; et M.M. les adjoints et membres du Conseil municipal ont signé, après lecture faite.

Le transfert du tombeau

Les restes de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, prince de Talleyrand qui reposaient depuis son inhumation à Valençay, le 5 septembre 1838 dans la crypte familiale ont été remontés dans la chapelle Notre Dame elle-même ; de l’ombre à la lumière ! L’inauguration du tombeau, s’est déroulée le samedi 22 mai 2010 en présence du Préfet de l’Indre, et du président du Conseil général de l’Indre. De nombreuses personnalités invitées par Claude Doucet, maire de Valençay, participaient à la cérémonie dont en particulier, des membres de la famille, des élus locaux et départementaux et des représentants de l’association des Amis de Talleyrand, réunis autour d’André Beau, leur premier président, enfant du pays.

Après les remerciements de M. Claude Doucet adressés en particulier à M. Jean-Gustave Morel, propriétaire de cette chapelle, pour sa mise à la disposition à la commune de Valençay, M. André Beau a prononcé le discours officiel. Ce discours reproduit pour l’essentiel le texte de la délibération spéciale du conseil municipal de l’époque, qui consignait sur le registre officiel, au soir des obsèques du Prince, le déroulement de la cérémonie. Ce document peu connu des non-spécialistes, est particulièrement intéressant car il relate cet événement avec force détails.

Quelques photos sont jointes à l’attention des visiteurs du château qui voudraient se rendre à la petite chapelle sise 6 rue de Talleyrand. Depuis les grilles du château, il leur suffit de suivre le chemin balisé dans le sol des trottoirs avec des gros clous dorés « tombeau de Talleyrand » à l’effigie du prince incrustés régulièrement tout au long du parcours qui conduit à la chapelle.


Pour lire l’article, vous pouvez cliquer ICI


Source textes et photos : www.talleyrand.org/

Merci à Pascal Laurent pour les photos de l’intérieur de la chapelle.


Commentaires

Logo de hugongerard
Descente dans la crypte funéraire de Talleyrand
lundi 16 janvier 2012 à 16h53 - par  hugongerard

Son fils naturel était le futur peintre et chef de l ’ école romantique Eugène Delacroix ( 1798 1863) ,

peintre de : La liberté guidant le peuple , la mort de Sardanapale et des massacres de Scio

entre autres etc , Charles Delacroix étant le père adoptif d ’ Eugène .

Logo de Frédéric Petit
dimanche 5 août 2018 à 15h02 - par  Frédéric Petit

Cette attribution de la paternité réelle de Delacroix à Talleyrand n’est qu’une hypothèse, ancienne, certes, mais qui ne repose sur aucune source sérieuse et qui n’est plus mentionnée par les historiens contemporains que comme une « légende dorée ». Et en tout état de cause, Charles-François Delacroix n’était pas le « père adoptif » (!) d’Eugène…

Descente dans la crypte funéraire de Talleyrand
samedi 26 novembre 2011 à 23h33

La duchesse de Dino est enterrée à Sagan, de même que son fils, Napoléon-Louis, premier duc de Valençay.
Il reste dans la crypte de Valençay, les dépouilles d’Archambault, frère de Talleyrand ; de deux enfants de Napoléon-Louis morts en bas âge ; des parents du dernier duc de Valençay (Boson) ; de ce dernier et de sa troisième épouse ; ainsi que d’une amie de Talleyrand, Marie-Thérèse Tyskiewicz.

Descente dans la crypte funéraire de Talleyrand
lundi 30 mai 2011 à 22h48

Emouvante et justifiée, la « mise à jour » du tombeau de Talleyrand. Par ce geste, la France s’honore.

H. Lallmant

Logo de Antoine
Descente dans la crypte funéraire de Talleyrand
dimanche 29 mai 2011 à 19h15 - par  Antoine

Le transfert du cercueil du prince de TALLEYRAND dans la chapelle est du à l’initiative de Monsieur MOREL, propriétaire des lieux en tant que fils adoptif du dernier duc de VALENCAY. La raison en est que les nombreux touristes visitant le château de Valençay s’étonnaient de ne point voir le tombeau de l’illustre ministre de Napoléon. Mais comme l’accès à la crypte de la chapelle Notre-Dame, propriété privée dans l’enceinte d’une école également privée, était impossible surtout pour raison de sécurité (escalier raide et étroit), la « remontée » de Talleyrand au grand jour a été décidée et a pu être réalisée au prix de tractations juridiques et administratives qui ont durées plusieurs années.
Ainsi Talleyrand a quitté la proximité de sa chère nièce, la duchesse de DINO, restée cachée dans la crypte avec le reste de la famille des ducs de Talleyrand, Valençay et Sagan.

samedi 26 novembre 2011 à 23h27

La duchesse de Dino est bien inhumée à Sagan, et non à Valençay, tout comme Napoléon-Louis, fils de la duchesse et premier duc de Valençay
- Dans la crypte de Valençay se trouve le dernier duc de Valençay (Boson) ;
- Sa troisième épouse (Antoinette Morel), mère du légataire de Boson ;
- Les parents du dernier duc ;
- Deux enfants (morts en bas âge) de Napoléon-Louis de Talleyrand, premier duc de Valençay ;
- Archambault, frère de Talleyrand ;
- Marie-Thérèse Tyskiewicz, une amie de Talleyrand

Logo de Francois Brunet
dimanche 30 octobre 2011 à 19h20 - par  Francois Brunet

La duchesse de Dino n’est-elle pas enterree a Sagan ?

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?