Le cimetière du Père Lachaise "rajeunit

Article du Point.fr - 31 octobre 2008
dimanche 15 février 2009
par  Philippe Landru

Véritable musée en plein air recevant plus de 2 millions de visiteurs par an, le cimetière parisien du Père-Lachaise « rajeunit », selon des sociétés de pompes funèbres, qui constatent une importante rénovation des monuments funéraires datant des XIX et XXe siècles.

Le Père-Lachaise « rajeunit », grâce d’abord à « la restauration classique de monuments funéraires de personnalités connues, payée par des héritiers, des souscriptions publiques, ou des admirateurs comme actuellement pour la tombe du musicien Pleyel », explique le président de la société Rebillon patrimoine, spécialisée dans le restauration de vieilles tombes, Philippe Caillarec.

« Et puis il y a la restauration de sépultures anciennes pour d’autres occupants, on rénove le monument, souvent une chapelle en pierre abandonnée et vouée à la destruction, et on change le nom du destinataire », ajoute-t-il soulignant qu’il s’agit là d’un phénomène récent, remontant à l’année 2000.

Avant 2000, la tradition voulait qu’une tombe délaissée soit détruite pour laisser place à un carré de terre vierge. « Quand on nous demandait de détruire des petites merveilles d’architecture classique, des chapelles sculptées, on avait le sentiment d’être des talibans en train de détruire à coups de canons les bouddhas », confie M. Caillarec.

Depuis 2000, la rénovation de sépultures ancienne pour de nouveaux occupants prend de l’ampleur, avec une vingtaine de cas en 2006. « Et nous aurions beaucoup plus de volontaires si les gens connaissaient cette possibilité », ajoute Serge Vinent-Garro, consultant en articles funéraires.

Le créateur de mode Jean-Paul Gaultier a choisi cette formule : une ancienne chapelle en pierre blonde a été rénovée et porte désormais le nom de famille Gaultier dans la 25e division.

La restauration d’anciennes sépultures permet de déduire, sous certaines conditions, tout ou partie du montant des travaux des revenus imposables.

Du côté des services du service des bâtiments de France, on souligne que la restauration d’anciennes sépultures ne dispense pas de l’application des normes modernes, avec des caveaux plus grands, afin d’accueillir des cercueils plus longs qui suivent l’augmentation de la taille moyenne des Français. « On utilise couramment des cercueils de 2,10 m alors qu’en 1880, rares étaient les cercueils de plus de 1,80 m », observe M. Caillarec.

D’autre part, une nouvelle technique utilisant une bactérie pour renforcer la solidité de la pierre des monuments du cimetière commence a être utilisée au Père Lachaise.

Seule ombre au tableau pour les pompes funèbres, malgré de nombreuses demandes, les sépultures ne peuvent pas bénéficier de la TVA à 5,5% réservée aux maisons d’habitation, même si certains estiment qu’un tombeau est leur dernière demeure.


Commentaires

Logo de Jérémie
Le cimetière du Père Lachaise "rajeunit
mardi 12 décembre 2017 à 17h20 - par  Jérémie

J’ai récemment eu a poser un monument au Père Lachaise et il est vrai que les monuments de France font en sorte de remettre une certaine tradition dans les formes et les matériaux utilisés et n’acceptent par exemple plus les granits polis ou les soubassement avec jardinière, trop modernes.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?