CHAMALIÈRES (63) : cimetière

visité en août 2019
mercredi 22 avril 2020
par  Philippe Landru

Banlieue bourgeoise de Clermont-Ferrand, il était logique qu’un certain nombre de notabilités auvergnates s’y retrouve. Une route sépare la partie la plus ancienne du cimetière de ses extensions contemporaines.


Curiosités


JPEG - 41 ko
Tombe Chaffraix
Originaires de Pionsat, les Chaffraix firent fortune à la Nouvelle-Orléans. Ils reposent sous une statue et un bas-relief de Corneille Theunissen.

JPEG - 39.1 ko
Un imposant tombeau en équerre est celui de la famille Rouzaud, créateur de la chocolaterie de Royat et créateur de la marque Marquise de Sévigne.


Célébrités : les incontournables...


Aucune.

Peu de chance que Valery Giscard d’Estaing, qui fut maire de la commune, y repose. En revanche, l’animatrice Danièle Gilbert, qui y a inhumé ses parents, pourrait s’y retrouver l’heure venue.


... mais aussi


- L’historienne Mireille CÉBEILLAC-GERVASONI (1942-2017). Directrice de recherche au CNRS, elle fut une spécialiste d’épigraphie latine et d’histoire romaine républicaine et impériale qui publia de nombreuses recherches sur les élites locales dirigeantes de la République et du Haut Empire romain. Elle s’est aussi beaucoup consacrée à l’histoire et à l’épigraphie d’Ostie.

- L’auteur dramatique Charles CHARRAS (1920-2010), qui fut le secrétaire de Charles Dullin de 1946 à 1949. Il devint également professeur et eut pour élèves Jean-Claude Drouot, Jean-Louis Trintignant, Pierre Santini, Romain Bouteille, Pierre Richard ou encore Robin Renucci. En 1953, il rencontra Jacques Fabbri qui le prit dans sa troupe. Cette collaboration dura dix-sept ans. Entre 1995 et 2006, Charras écrivit pour l’un de ses anciens élèves, Robin Renucci, une douzaine de pièces de théâtre destinées aux Rencontres théâtrales annuelles de Haute-Corse.

- L’aviateur Louis CHARTOIRE (1895-1992) : aviateur, il fut à sa mort en 1992 le dernier survivant des 228 as officiels français de la Première Guerre mondiale.

-  Henri DEGLANE (1902-1975) : lutteur et catcheur, il fut champion olympique de lutte gréco-romaine en 1924 à Paris. Après son titre olympique, il devint lutteur professionnel de 1928 à 1949 et fut l’un de ceux qui popularisent en France ce type de spectacles sportifs. En 1931, il devient même champion du monde de lutte professionnelle en s’imposant au Québec. Un challenge international de lutte de premier plan se tenant chaque année à Nice porte son nom, ainsi que plusieurs stades et salles de sport.

- L’écrivain Georges-Nicolas DESDEVIZE du DÉZERT (1854-1942), auteur d’une œuvre multiple et protéiforme faite d’essais philosophiques, de poèmes, de monographies régionales (sur son Cotentin natal), d’ouvrages historiques (L’Espagne de l’Ancien Régime). La funeste pancarte semble indiquer que sa tombe est menacée de disparition.

- Le peintre Louis GARANDET (1930-2017).

- Pierre LOISELET (1898-1968) : poète et journaliste, il fut également producteur et animateur à l’ORTF.

- Le journaliste Jean-Loup MANOUSSI (1947-2004) : rédacteur en chef du quotidien La Montagne.

- La poétesse et romancière Amélie MURAT (1882-1940), qui fut une des plumes auvergnates.

- Le tombeau de l’une des branches de la famille de dompteurs PEZON.

- Paul POCHET (1885-1945), qui fut maire de Clermont-Ferrand de 1935 à 1944.

- Avant les frères Michelin, avant les frères Bergougnan qui s’installèrent aussi sur la commune de Chamalières, Jean-Baptiste TORRILHON (1824-1911) fut le premier à se lancer dans l’aventure de l’industrie caoutchoutière. Combinant deux inventions, le procédé d’imperméabilisation mis au point par l’Écossais Charles Macintosth et le processus de vulcanisation du caoutchouc par l’Etatsunien Charles Goodyear, il sortit en 1889 le premier pneumatique pour vélocipède. L’Auvergnat fut le premier en France à produire des pneumatiques pour bicyclettes. Les champions du monde en 1892 et 1893 roulaient en Torrilhon. Devant faire face à la concurrence, l’entreprise ferma en 1937. Sa chapelle, de style roman auvergnat, est ornée d’un buste en marbre.

- Claude WOLFF (1924-2005), qui succéda à Valéry Giscard d’Estaing, parvenu à la présidence de la République, au poste de maire (1974-2005). Personnage politique central de la région, il fut député du Puy-de-Dôme de 1981 à 1984, puis de 1990 à 1993 ; et député européen de 1984 à 1989.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?