BONNE ANNEE 2010

mardi 5 janvier 2010
par  Philippe Landru

Beaucoup d’internautes m’envoient leurs vœux pour 2010. Je les en remercie chaleureusement et en profite, comme chaque année, pour saisir cette date symbolique pour dresser un petit bilan du travail fait et à faire. Un moyen également de vous faire pénétrer un peu dans les coulisses de sa réalisation.
En relisant mes vœux de l’an dernier, j’estimais que 2009 verrait la fin des articles anciens concernant les cimetières français déjà visités. Il n’en fut rien pour plusieurs raisons : la première est que j’ai visité de nombreux cimetières dans l’année qui vient de se terminer, la seconde est que les problèmes techniques nombreux ralentirent le cours des choses... Bref, je ne ferais pas de projections pour l’année à venir : il reste encore beaucoup de pain sur la planche...

Quelques chiffres pour commencer : en mars 2010, ce site fêtera ses cinq ans. Il possède à ce jour 2318 articles, de tailles très variées, et 12 690 photos. En comptant les différentes versions du site, je totalise désormais un peu plus de 1 million d’entrées. Depuis plusieurs mois, j’observe entre 1000 et 1500 entrées par jour. Vous êtes désormais 156 inscrits à la newsletter, à recevoir toutes les semaines les nouveaux articles. Les visiteurs viennent du monde entier. Bref, bien des motifs de satisfaction pour moi.
Ce site a à mon sens un grand atout : son interactivité. Vous êtes très nombreux à déposer des messages, non seulement directement sur le site, mais également sur ma boite perso (une vingtaine de messages par jour en moyenne). A ce sujet, j’ai pris du retard, mais promis, je répondrais à tous. Je remercie ici tous les contributeurs, occasionnels ou habitués, qui font vivre ce qui n’est rien d’autre qu’une interface. A ma très grande surprise, vraiment très peu de mauvais coucheurs : au contraire, la plupart des mails sont très respectueux de mon travail et ne sont pas avares de compliments. Evidemment, cela fait plaisir.

Ce site attire un public très varié, des fans éplorés qui veulent poursuivre un dialogue post mortem aux universitaires pointilleux qui cherchent des informations précises, des municipalités qui sont étonnées de se retrouver à la tête d’un si riche patrimoine funéraire à de nombreuses familles de célébrités qui m’écrivent pour me remercier de rendre hommage aux leurs, pas toujours très médiatisés sur le net. Le site est maintenant très bien référencé sur tous les moteurs de recherche, Google en tête, très souvent ajouté en source dans de nombreuses fiches wikipedia. Il est site référent du catalogue de la Bibliothèque Nationale et est en lien sur un très grand nombre de sites de qualité. En outre, et j’avoue que cela m’amuse beaucoup, je suis de plus en plus cité dans des revues et autres journaux (y compris des revues sportives !), et même dans des ouvrages (le dernier en date, où je retrouve mes phrases, est la dernière biographie parue sur Pauline Viardot !).
Mon site m’a permis de faire avec amusement quelques constats, comme celui de voir qu’il s’est progressivement « institutionnalisé », à tel point que de plus en plus de municipalités l’intègrent dans leurs pages. Beaucoup d’internautes, arrivant directement sur une page consacré à un cimetière précis, me demandent quand je vais enfin refaire faire l’allée 3 très abimée, me remercie d’avoir placé des arrosoirs, me demandent où est inhumé papa, papy, mémé . me demandent comment faire renouveler leur concession… Je leur réponds invariablement que je ne suis pas la page officielle et communale du cimetière concerné !!

Le top15 des articles maintenant : décidemment, vous aimez les « bas boys » : Jim Morisson, qui est resté plusieurs années en tête du classement, a depuis plusieurs mois été détrôné par… Jacques Mesrine ! Les biopics n’y sont évidemment pas pour rien, mais n’expliquent pas tout. L’audience de Mesrine atteste du pouvoir de séduction qu’il suscite encore.

Ce top15 est donc le suivant, à la date d’aujourd’hui :

  • 1) MESRINE Jacques (1936-1979)
  • 2) 2009
  • 3) cimetière de MONTMARTRE
  • 4) 2002
  • 5) 2008
  • 6) PANTIN (93) : cimetière parisien
  • 7) cimetière du MONTPARNASSE
  • 8) MORRISON Jim (James Douglas : 1943-1971)
  • 9) MONTFORT-L’AMAURY (78) : cimetière
  • 10) MARSEILLE (13) : cimetière Saint-Pierre
  • 11) 06. Les Bourbon et Orléans
  • 12) Liste des cimetières et lieux d’inhumation visités
  • 13) On enterre aussi les clowns : histoire du cirque vue par les cimetières
  • 14) LOS ANGELES : Forest Lawn Memorial Park Hollywood Hills
  • 15) BAGNEUX (92) : cimetière parisien

Comme je l’ai évoqué dans un précédent article, l’audience des articles suit évidemment l’actualité télé et cinéma.
J’aimerais maintenant dire quelques mots pour répondre aux différents posts concernant la réalisation des nécrologies, qui ont toujours beaucoup de succès. Toute nécrologie, à partir du moment où elle n’est pas exhaustive, est forcément subjective. Ceci étant dit, où commence la subjectivité ? La question peut donner lieu à des débats à n’en plus finir dans lesquels je ne me plongerai pas. Chaque célébrité mise dans ma nécro a un spectre de notoriété extrêmement variable, allant de quasiment 100 % (M. Jackson par exemple) à peu de gens. C’est évidemment une difficulté à laquelle j’ai fait face dès le début. J’ai décidé de la contourner en suivant quelques principes.
- En premier lieu, j’y indique toutes les célébrités qui ne souffrent aucune hésitation concernant la notoriété (Yves Rocher par exemple, pour citer un exemple récent)
- En un second temps, y figurent toutes les célébrités « symboliques » (dans ce domaine, j’inclus des personnalités qui ne sont pas connues « stricto-censu » mais dont les symboles sont forts : derniers survivants du Titanic, derniers poilus, doyens…). Certaines célébrités, dans ce domaine, ne sont parfois que peu connues : on peut citer les Nobel, et même pas mal d’académiciens français par exemple.
- En un troisième temps, j’indique tous les « célèbres inconnus » (entrent dans cette catégorie, non exclusivement, les comédiens de seconds rôles dont le visage est bien connu, où les individus dont on ne connaît pas les noms mais dont les réalisations, inventions,… sont connues).
- Une fois posées ces bornes, on entre dans le flou : qui est connu, qui ne l’est pas… ??? Premier principe : j’indique dans le trombinoscope tous ceux que je connaissais avant de prendre connaissance de leur décès, partant du principe que si je les connais, d’autres les connaissent aussi. Dans ce domaine, nous sommes tous prisonniers de notre culture. Etant peu féru de sport par exemple, il est évident que je laisserais plus facilement passer un sportif marquant.

Comme le précise Gregory Vatin, il existe bien d’autres nécros plus complètes et exhaustives (qui vont jusqu’à recenser les soldats tués en Afghanistan, les victimes de meurtres, où les condamnés à mort américains…). Mais ma nécro à une caractéristique qu’elle est, à ma connaissance, la seule à avoir (Findagrave excepté, mais Findagrave n’est pas vraiment une nécro. En outre, le site est désormais bourré d’erreurs) : celle de donner les lieux d’inhumation. Aussi, si je trouve une personnalité peu connue mais dont je connais le lieu d’inhumation, je l’indique dans la rubrique « mais aussi ». En revanche, si ce lieu m’est inconnu, je ne l’indique tout simplement pas. Néanmoins, et c’est là que l’interactivité a sa raison d’être, je ne supprime aucun des nombreux messages qui complètent ces nécros : libre à chacun d’ajouter untel ou unetelle que j’ai bien vu passé dans les carnets mortuaires mais que je n’ai pas indiqué, quitte à ensuite la rajouter si je connais le lieu d’inhumation.

Dernier point que j’ajouterai : la formation d’historien a également pour but de ne pas être prisonnier de « l’instant » et de « l’émotion », fût-elle forte, que la sur médiatisation implique. J’ajouterais également que 25 ans de fréquentation des cimetières et les nombreuses visites réalisées avec des groupes me permettent de relativiser le bagage culturel de tout-un-chacun, moi compris. Prenons un exemple récent : la mort de B. Murphy, en dehors de toute considération sur la personne qu’elle fut et sur le respect que doit imposer tout décès, est un épiphénomène dans l’histoire du cinéma. J’ai laissé passer de bien plus grosses pointures du cinéma américain que cette starlette. Mais le net, par la surabondance des dépêches qui tombent, se recopient, suivent les obsèques à la minute, amplifient n’importe quel décès faisant du disparu une figure essentielle. La difficulté, évidemment, est que beaucoup des internautes qui fréquentent le site avec régularité sont cultivés, souvent passionnés, et également coupeur de cheveux en quatre pour débusquer la moindre trace de notoriété, mais chacun dans des domaines différents : untel me reprochera l’absence d’un poète qu’il apprécie particulièrement, tel cinéphile ne comprendra pas l’absence d’un second rôle dont il a suivi toute la carrière, unetelle s’offusquera de ne pas trouver mention d’un scientifique sur lequel elle a fait sa thèse… Notez que ce n’est aucunement une critique : j’apprécie bien évidemment ce souci d’exigence qui, je l’espère, me poussent à ne pas tomber dans la facilité (à votre gauche Piaf, à votre droite Desproges ;-). J’apprécie également la diversité de mes visiteurs, de leurs attentes, et prends toujours en compte leur frustration. Je pense que c’est également pour cette raison que le site à des fidèles de plus en plus nombreux.

N’hésitez pas à faire part de vos remarques, de vos suggestions et de vos commentaires. Quand les grands froids seront derrière nous, j’établirai de nouveaux cycles de visites (et pas seulement de cimetières, soyons fous !). En attendant, bonne année à tous et à bientôt sur le site.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • BONNE ANNEE 2010

Brèves

Une nouveauté méthodologique importante sur le site !

lundi 9 octobre 2017

Une nouveauté qui, si elle ne change pas la morphologie du site, va à terme considérablement améliorer la recherche.

Jusqu’alors, les rubriques « départements » dans l’onglet de gauche ne servaient qu’à y ranger les cimetières selon ce critère. Il ne vous aura pas échappé que contrairement à naguère, ceux-ci ne pouvaient pas être indiqués par ordre alphabétique : il fallait donc consulter toute la liste pour trouver le lieu que l’on cherchait.

Désormais (mais cela se fera très progressivement), la rubrique « département » devient la porte d’entrée pour chacun d’entre eux : non seulement j’y intègre les communes par liste alphabétique, mais j’y ajoute « l’Etat des lieux du patrimoine taphophilique » pour chacune. Ainsi, par codes couleurs, vous y trouverez l’intégralité des cimetières : ceux que j’ai visité, ceux dont j’ai fait la fiche grâce aux photos d’internautes, ceux ayant fait l’objet d’articles (presse, Internet...), et ceux enfin qui n’ont pas encore d’articles mais dont j’ai connaissance d’un patrimoine avec, pour les internautes du coin, la possibilité s’ils le désirent de venir compléter le site.

Le premier département à être à jour est le Territoire de Belfort, fiche sur laquelle vous pourrez constater les changements. Progressivement, c’est l’ensemble des départements qui auront cet aspect.

Bonne visite