Tombeau communiste du comité central du PCF

samedi 14 décembre 2019
par  Philippe Landru

Le comité central du PCF possède un caveau dans lequel sont inhumés des cadres du parti (dont les identités figurent sur la dalle), mais également de certaines de leurs épouses (qui n’y figurent pas).

On y trouve ainsi :

- François BILLOUX (1903-1978) : Membre du Parti communiste français, il a été député des Bouches-du-Rhône et ministre de la Santé publique, puis ministre de l’Économie nationale, ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme et ministre de la Défense nationale.

- Jean COLPIN (1928-1985) : membre du comité central du PCF.

- Pierre COURTADE (1915-1963) : journaliste et écrivain, il se vit confier la rubrique internationale de L’Humanité qu’il anima jusqu’à son décès.

- Etienne FAJON (1906-1991) : membre du comité central et du bureau politique du Parti communiste français, il fut directeur de l’Humanité de 1958 à 1974 et député de 1936 à 1940, de 1945 à 1958 et de 1962 à 1978. Il fut également le représentant du PCF au Kominform à sa création.

- Léon FEIX (1908-1974) : membre du Comité central du PCF et du Bureau politique, il fut député de Seine-et-Oise de 1962 à 1967 et du Val-d’Oise de 1962 à 1974.Si son identité est bien portée sur ce tombeau, il repose en réalité dans la 85e division de ce même cimetière.

- Benoit FRACHON (1893-1965) : secrétaire de la CGTU en 1933, membre du secrétariat de la Confédération générale du travail (CGT) en 1936, secrétaire général de la CGT de 1945 à 1967, président de celle-ci jusqu’en 1975. Membre du bureau politique du Parti communiste français (PCF), il en fut l’un des principaux dirigeants dans la Résistance.

- Fernand GRENIER (1901-1992) : dirigeant du Parti communiste français, a fut député de Seine-Saint-Denis. Il est rendu célèbre comme résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fut le représentant du PCF et des FTP auprès du général de Gaulle à Londres, auteur de l’amendement du 21 avril 1944 accordant aux femmes le droit de vote et d’éligibilité. Il a été député à l’assemblée consultative provisoire à Alger, puis ministre de l’air (civil et militaire) du gouvernement provisoire formé par de Gaulle à Alger. Le caveau indique également la présence de son épouse Andréa.

- Raymond GUYOT (1928-1985), qui occupa d’importantes fonctions dans l’appareil communiste international et a été membre du Bureau politique du PCF de 1945 à 1972. Il a également été élu député et sénateur.

- Eugène HENAFF (1904-1966) : syndicaliste, résistant et militant communiste, il fut membre du Comité Central du Parti communiste Français (PCF) en 1934 et le demeura jusqu’à sa mort. Il fut également secrétaire général de l’Union des syndicats de la Seine, à la CGT, de 1936 à sa mort.

- Jean KANAPA (1921-1978) : proche de Jean-Paul Sartre (qui fut son professeur, mais qu’il critiqua plus tard violemment), et de Simone de Beauvoir, entré au PCF en 1944, il fut un des fers de lance d’un stalinisme intellectuel ardent et sans concession jusqu’en 1958. Il devint membre du Comité central du parti en 1959, puis en 1966 un proche conseiller de Waldeck Rochet alors que le PCF, débarrassé de la vieille garde thorézienne, entamait une refondation idéologique. Il fut ainsi le principal inspirateur de la nouvelle ligne du parti, un « socialisme aux couleurs de la France », prise de distance avec le modèle soviétique, le développement d’une « démocratie avancée » préalable au passage au socialisme, et qui s’acheva, en 1976, par l’abandon par le PCF de la notion de dictature du prolétariat.

- Paul LAURENT (1925-1990) : membre du Comité central (1956-1990), du Bureau politique (1964-1990) et du Secrétariat (1973-1990) du PCF, il fut député dans le 19e arrondissement de Paris de 1967 à 1968 et de 1973 à 1981. Il fut le père de Pierre Laurent, devenu en 2010 secrétaire national du PCF, succédant à Marie-George Buffet.

- René LE GUEN (1921-1993) : secrétaire général de la CGT et membre du Bureau politique du PCF.

- Alfred MALLERET-JOINVILLE (1911-1960) : chef de région du mouvement Libération, puis chef des MUR pour la région Rhône-Alpes durant la guerre (sous le nom de « Joinville »), il fut l’un des quatre généraux de brigade FFI, avec Jacques Chaban-Delmas, Pierre de Bénouville et Maurice Chevance-Bertin. Militant syndicaliste et communiste, il fut membre du Comité central en 1950. Il fut également chef de cabinet de Maurice Thorez lorsque celui-ci était ministre. Il fut enfin député PCF de la Seine de 1945 à 1958.

- Victor MICHAUT (1909-1974) : Membre du Parti communiste français, il fit partie du Comité central (1932-1964) et du Bureau politique (1947-1954). Nommé membre de l’Assemblée consultative provisoire en juillet 1945 en tant que représentant des prisonniers et déportés, il fut élu député de la Seine-Inférieure à l’Assemblée constituante de 1945 et à celle de 1946. Il siégea ensuite à la Chambre des députés de 1946 à 1951.

- Lucien MIDOL (1883-1979) : dirigeant syndical , membre du Parti communiste français, il fut député de la Seine-et-Oise et maire d’Athis-Mons.

- Gaston MONMOUSSEAU (1883-1960) : dirigeant syndical , membre du Parti communiste français, il fut député de la Seine. Il dirigea La Vie Ouvrière de 1945 à sa mort.

- Pierre VILLON (Roger Salomon Ginsburger : 1901-1980) : architecte et décorateur à Paris, il adhéra au PCF et assura la rédaction et la publication de l’Humanité clandestine, jusqu’en juin 1940 où il fut arrêté. Evadé, Il participa activement, au printemps 1943, à la création du Conseil national de la Résistance. Il siégea comme député communiste aux deux Assemblées nationales constituantes, puis à l’Assemblée nationale dès 1946. Il fut constamment réélu dans l’Allier jusqu’en 1978. Il fut l’époux de Marie-Claude Vaillant-Couturier.


Retour vers le Père Lachaise


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?