BRANLY Edouard (1844-1940)

Père Lachaise - 10ème division
mercredi 2 mars 2016
par  Philippe Landru

JPEG - 22.9 ko Chef des travaux du laboratoire d’enseignement de physique de la faculté des sciences de Paris et de l’École pratique des hautes études, il quitta en 1876 la faculté pour devenir professeur à l’Institut catholique de Paris, nouvellement créé. En 1877 il reprit des études de médecine et obtint le doctorat en 1882. À partir de 1896, il pratiqua la médecine en parallèle avec l’enseignement et la recherche à l’Institut catholique.

Grâce à la découverte par Branly du radioconducteur et ses travaux sur le principe de la radioconduction, Guglielmo Marconi effectua en 1899 les liaisons radiotélégraphiques qui marquent la naissance de la télégraphie sans fil. Quelques années plus tard, Édouard Branly découvrit le principe de la télémécanique, qui est le fondement de la télécommande aujourd’hui. Pourtant, il fallut l’ouverture du musée sur le quai qui porte son nom depuis 1941 pour que le grand public se re-familiarise avec ce nom qui, jusqu’alors, ne faisait que sourire les visiteurs du Père Lachaise (Branly a « l’opportunité » d’avoir sa tombe dans le secteur le plus photogénique du cimetière).

Il eut droit à des funérailles nationales célébrées à Notre-Dame avant son inhumation au Père Lachaise.

Dans ce caveau familial repose également :

- L’architecte Paul TOURNON (1881-1964), son gendre, second grand prix de Rome en JPEG - 7.8 ko 1911, qui fut chargé de la reconstruction de la ville de Compiègne après la guerre. Il se rendIT célèbre pour la réalisation d’une douzaine d’édifices religieux en béton armé, en France et au Maroc ; et pour avoir fait appel à une nouvelle génération de maître-verriers. Il cumula les charges et les honneurs : architecte de la Banque de France en 1940, professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts à partir de 1925 ( il en devint directeur en 1942), directeur de l’École nationale supérieure des arts décoratifs, il fut élu membre de l’Académie des beaux-arts. C’est lui qui réalisa le monument, mi-obélisque mi-pyramide sous lequel repose toute la famille.

JPEG - 30.6 ko
L’ensemble de la famille : Edouard est assis. Au dessus, Elisabeth et Paul Tournon. Les deux petites sont Florence et sa sœur Marion, devenue architecte, et toujours vivante.

-  JPEG - 26.9 ko La peintre Elisabeth BRANLY (1889-1972), fille d’Edouard et épouse de Paul Tournon, qui fut à la fois illustratrice de magazines et décoratrice de plusieurs baptistères dans des églises conçues par son mari. Elle fit partie des Ateliers d’art sacré, créés par Georges Desvallières et Maurice Denis. JPEG - 44.1 ko

- La peintre Florence TOURNON-BRANLY (1923-1981), fille du couple, qui réalisa des décorations et des vitraux d’églises. JPEG - 31.9 ko

JPEG - 67.7 ko JPEG - 24.9 ko


Edouard Branly était né à Amiens d’Édouard Joseph Branly, maître d’études au collège royal d’Amiens, et d’Elisa Gillion. Son père fut nommé professeur au collège communal de Saint-Quentin, où s’établit la famille en 1845. C’est là-bas que ses parents moururent et où ils furent inhumés. Leur tombe est toujours visible au cimetière Saint-Jean de Saint-Quentin. JPEG - 45.1 ko JPEG - 40 ko


Retour vers le Père Lachaise


Commentaires