A la découverte des tombes célèbres du département

Article de loire-net.tv - 29 octobre 2009
mercredi 1er février 2012
par  Philippe Landru

Même si le Loiret a vu vivre des figures illustres, peu y sont enterrées. Aucun lieu ne rivalise avec le cimetière du Père Lachaise ! Les guerres ont ravi jusqu’à la dépouille de certains de ces grands hommes... On peut cependant recenser quelques cimetières ou églises qui abritent la dernière demeure de ceux qui ont compté dans l’Histoire.

Au grand cimetière d’Orléans, la tombe de Jean Zay est à découvrir depuis 1948 à la section H, au n°11, près de René Thinat, ancien maire d’Orléans. Pour tous les lycéens, ce nom évoque celui d’un lycée à Orléans mais il fut surtout celui d’un ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts de 1936 à 1939. Il fut assassiné par des miliciens du gouvernement de Vichy, le 20 juin 1944. « Chaque année, une soixantaine de personnes se rassemblent pour lui rendre hommage, le dimanche le plus proche du jour de sa mort », indique Jean-Christophe Haglund, vice-président du Cercle Jean Zay. Une partie des membres de l’association souhaiterait que les restes soient transférés au Panthéon. Un peu plus loin, au n°11 dans la section G, le poète, peintre et sculpteur, Roger Toulouse, ami de Picasso et Max Jacob, repose depuis 1994. « Il se chargea de l’inhumation du poète Max Jacob dans le cimetière de Saint-Benoît-sur-Loire », précise Abel Moittié, président de l’association des Amis de Roger Toulouse. Parmi les pensionnaires du cimetière orléanais : l’helléniste Anatole Bailly dans une chapelle à l’est, au n°40.

La cathédrale d’Orléans abrite, elle, deux grandes figures : l’évêque Félix Dupanloup, journaliste et homme politique, mort le 11 octobre 1878. Le monument qui contient ses restes est situé dans la chapelle proche de la porte sud de la cathédrale. Son condisciple est Robert-Joseph Pothier, mort en 1772, dont l’oeuvre inspira les rédacteurs du Code civil ainsi que les juristes américains du XVIIIe siècle. « D’abord enterré au Campo Santo, il a été transféré à la cathédrale le 14 novembre 1823 avec la plaque qui se trouvait sur sa première tombe », précise Claude Fournier, professeur d’histoire retraité. Il se trouve dans la chapelle Saint-Yves, côté nord du déambulatoire de la cathédrale.

Dans le cimetière près de Notre-Dame des Consolations repose une femme notoire : Jeanne Champillou, peintre, céramiste et graveur autodidacte, décédée en 1978. Une plaque réalisée par Le Clos de Joÿe, association créée pour promouvoir son travail, permet de reconnaître la tombe. Adrienne Bolland, pionnière de l’aviation, repose au cimetière de Donnery depuis 1975. Plus proche de nous, le céramiste Yoland Cazenove, décédé le 8 juillet, repose au cimetière de Lailly-en-Val. À St- Benoît-sur-Loire, on pourra rendre hommage au poète Max Jacob. Le dimanche le plus proche du 5 mars, les Amis de Max Jacob se réunissent. L’abbaye de Fleury abrite aussi les reliques de St-Benoît, fondateur de l’ordre bénédictin et le tombeau de Philippe Ier dont on peut voir le gisant. Dans un registre royal, la basilique de Cléry-St-André abrite le tombeau de Louis XI et Charlotte de Savoie. À Sully-sur- Loire, le château conserve les restes de Maximilien de Béthune, duc de Sully. Il fut d’abord inhumé à Nogent-le-Rotrou mais ses ossements furent jetés dans une fosse commune sous la Révolution. Ils en ont été extraits en 1883 et réinhumés à Sully dans une réplique en plâtre du tombeau d’origine. Au Bignon-Mirabeau, sous les arbres, se cache la tombe du poète Patrice de la Tour du Pin. Dans un autre genre, le général Jacques Massu, commandant en chef des Forces françaises en Allemagne durant la Seconde guerre mondiale et personnage polémique au sujet de la torture pendant la guerre d’Algérie, est lui enterré à Conflans-sur-Loing. Ne-dit-on pas que les cimetières sont les lieux où l’on trouve les grands


Commentaires

Logo de cp
A la découverte des tombes célèbres du département
lundi 28 octobre 2013 à 10h05 - par  cp

Prenons de l’avance, pour Alain Delon, son tombeau déjà construit se situe à Douchy, dans son fief du Loiret. Michel Drucker explique qu’il a déjà pu le visiter. Le tombeau, pas Delon.

Il vous en prie.

Logo de CAZENOVE
A la découverte des tombes célèbres du département
lundi 29 juillet 2013 à 09h37 - par  CAZENOVE

Mon grand-père, Yoland CAZENOVE est mort le 9 juillet 2009.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?