JAURÈS Jean (1859-1914)

cimetière des Planques d’Albi puis Panthéon
mercredi 6 août 2008
par  Philippe Landru

Docteur en philosophie, Jean Jaurès fut élu député du Tarn de centre gauche en 1885. La grève des mineurs de Carmaux en 1892 le marqua profondément : il découvrit alors la lutte des classes et acquit la conviction que la révolution était inéluctable. Il fonda dès lors un journal, La petite République, dans lequel il défendit le socialisme républicain. Il prit la défense de Dreyfus, faisant paraître les preuves de son innocence. Farouche partisan de l’unité socialiste, il fut l’un des principaux artisans de la fusion des différentes sensibilités de gauche au sein de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) et du journal L’Humanité qu’il fonda en 1904. Dans le même esprit, il milita pour un dialogue entre les partis et les syndicats. Anticolonialiste, pacifiste, il s’insurgea contre l’entrée en guerre de la France en 1914. C’est la raison pour laquelle il fut assassiné par Raoul Villain, un nationaliste, en plein coeur de Paris.

Figure morale de la Gauche française, son talent d’orateur et la force de ses convictions continuent de frapper les mémoires.

Inhumé au cimetière des Planques à Albi (Tarn), il fut transféré au Panthéon de Paris en 1924.

JPEG - 19.5 ko
Ancienne tombe du cimetière des Planques d’Albi.


Commentaires

JAURÈS Jean (1859-1914)
vendredi 26 juillet 2013 à 17h18

Le hasard a fait que le jour même où Jean Jaurès tombait sous les balles de Raoul Villain, naissait un certain Louis de Funès...

Logo de MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)
vendredi 26 juillet 2013 à 19h45 - par  MARRY Ghislain - EVIGNY (Ardennes)

Quel vilain Rémois !
Et la funèste Grande Guerre est arrivée, décimant le tiers de la jeunesse française !
MAUDITE SOIT LA GUERRE !