ROSSINIÈRE (Suisse) : chalet Balthus

visité en août 2017
dimanche 8 juillet 2018
par  Philippe Landru

Ce n’est pas dans le cimetière du village, mais dans le jardin de ce qui fut sa propriété que repose BALTHUS (Balthasar Kłossowski : 1908-2001).

Né dans une famille polonaise très liée aux milieux littéraires et artistiques européens, artiste autodidacte, il s’intéressa très tôt au dessin et à la peinture. A 12 ans, il publia ses premiers dessins sous le titre Mitsou le Chat qui raconte l’histoire d’un jeune garçon et de son chat, animal que l’on retrouve dans de nombreux tableaux de Balthus. Il copia ensuite des œuvres du Louvre. Rare et discret, fantasque et mégalomane (le titre de comte Kłossowski de Rola, quelquefois ajouté à son nom, est sans fondement ; origines aristocratiques qu’il s’inventent), il est peu connu du grand public. Lui-même disait : « La meilleure façon de commencer est de dire : Balthus est un peintre dont on ne sait rien. Et maintenant, regardons les peintures. » . Le Roi des chats, titre d’un de ses autoportraits, a en effet toujours souhaité s’entourer d’une aura de mystère, ce qui a sans aucun doute contribué à occulter sa personnalité et son œuvre aux yeux du grand public. Balthus est resté célèbre pour ses tableaux de jeunes filles souvent peintes dans des poses ambiguës exposées aux regards des voyeurs, jouant sur l’idée de l’innocence perdue à l’adolescence. Des œuvres qui ont souvent choqué les visiteurs des musées. La Leçon de guitare (1934) est sans doute son œuvre la plus célèbre qui provoqua d’intenses controverses par son exposition d’une scène sexuellement explicite entre une jeune fille et sa maîtresse de musique.

Il dirigea la Villa Médicis à Rome de 1971 à 1977. Il se retira ensuite en Suisse dans son chalet vaudois de La Rossinière ( imposante habitation du XVIIIe siècle aux nombreuses inscriptions figurant sur la façade). Il laissa derrière lui une œuvre totalement singulière de plus de 350 peintures connues à ce jour, de plus d’un millier de dessins et d’une cinquantaine de carnets de croquis.

A coté de sa tombe se trouve celle de la fille qu’il eut avec sa seconde épouse, Setsuko Ideta, morte en bas-âge.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?