SÈVRES-ANXOMONT (86) : ancien cimetière

visité en juillet 2020
lundi 19 octobre 2020
par  Philippe Landru

L’ancien cimetière se trouve autour de l’église. La croix hosannière du cimetière date du XIV° siècle : elle est entourée de deux tombes romanes sur chevalet datant du XIII° siècle et classées « Monuments historiques » depuis 1928. La plus ancienne porte sur une de ses longues faces obliques l’inscription E ROANNE. S DE SAEVRES ; il s’agit probablement de la tombe d’un ancien seigneur de Sèvres. Ces deux tombes ont été retrouvées enterrées, avec leurs ossements ; elles ont été déplacées en 1913.

La famille notable de la région est une vieille branche de l’aristocratie : les La Porte du Theil. Plusieurs caveaux du cimetière portent ce nom.

Repose ici en particulier le général Paul Marie Joseph de LA PORTE du THEIL (1884-1976). En août 1940, il était membre du tribunal militaire qui condamna le Général de Gaulle à la peine de mort pour trahison et désertion à l’étranger. Après la défaite de 1940, le service militaire fut interdit par les Allemands dans la zone libre placée sous l’autorité du régime de Vichy. Le maréchal Pétain le chargea alors le créer et de diriger les Chantiers de Jeunesse, un service national civil obligatoire de huit mois. Le but de ces Chantiers était de former le caractère des jeunes hommes et de leur « permettre de contribuer à la reconstruction de la France ». 400 000 jeunes y ont participé. Transgressant ses devoirs moraux d’ancien chef scout, il demanda et obtint l’exclusion des jeunes Français juifs des Chantiers, d’abord en Afrique du Nord, puis en métropole l’année suivante. En 1943, un certain nombre de jeunes partirent en Allemagne pour le STO. Il tenta de limiter ces départs, mais fut destitué en janvier 1944. Il fut alors arrêté par les Allemands et déporté au Tyrol ; il fut libéré en 1945. A la fin de la guerre, il fut accusé de collaboration, mais la Haute Cour de Justice délivra un non-lieu. Il fut maire de la commune. Son identité ne figure pas sur la tombe.

Repose également dans ce cimetière le général Eugène ARNAUDEAU (1821-1891). Il fit en Afrique ses premières campagnes, et prit part, en 1870, à la campagne d’Allemagne. En 1877, il fut élu sénateur de la Vienne par les conservateurs de ce département.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?