LAMENTABLE !!!!!!!

vendredi 20 février 2015
par  Philippe Landru

Les journalistes sont-ils presque tous devenus stupides ou ont-ils pactisé avec le diable ? Et à qui profite le crime ?

Depuis quelques jours, une vague de vandalisme s’abat sur les cimetières. Effet loupe de l’information en continu, sans réflexion, faite par des gens médiocres dans le pathos, ou les dépêches affluent et se contredisent.

Par principe, mon site s’est toujours refusé à médiatiser ces faits, sachant que cette médiatisation enclenche un phénomène d’entrainement, ce que prouvent les derniers jours. Cependant, certains s’étant obligés de diffuser cette propagande sur la page Facebook de mon site, je me sens obligé de faire ce petit article destiné à remettre les pendules à l’heure. Bientôt trente ans que je fréquente au quotidien les cimetières et leurs personnels, plusieurs milliers de cimetières visités, 50 dépêches concernant ce sujet par jour depuis 10 ans, je crois connaître un peu le sujet.

- Premier rappel d’importance, mais jamais dit : l’importance du vocabulaire (toujours lui). Profaner signifie deux choses en français qui, dans notre cas, sont en complexe opposition : la première est la réalisation d’un acte impie dans un cimetière ; la seconde, par extension, est la dégradation et le manque de respect élémentaire pour une chose précieuse. Assurément, toute atteinte à une sépulture relève de la seconde, mais contrairement à ce que voudraient faire croire certains, pas forcément de la première.

- Saccager des tombes juives ou musulmanes par des messages de haine, des croix gammées ou des références au IIIe Reich est un acte de profanation manifeste, dans la mesure où il s’en prend à l’identité même de la personne (en l’occurrence sa religion). Derrière l’anonymat des écrans, les forums fourmillent en ce moment de messages revendicatifs du type « et les cimetières chrétiens, on n’en parle pas ? Et la christianophobie ? ». Mettons les choses au point :

- En premier lieu, il n’existe pas en France de cimetière « chrétien » : comment les médias peuvent-ils écrire cela ? J’ai même lu à plusieurs reprises « cimetières catholiques » ou « croix catholiques » : où ont été formés ces gens ? Les cimetières sont laïcs en France. Toutes les confessions – et bien entendu les athées et les libres penseurs- peuvent s’y faire inhumer ensemble, dans les mêmes carrés, dans les mêmes divisions… La pratique islamique et l’acculturation des familles issues de l’émigration musulmane (et oui : s’intégrer, c’est aussi vouloir se faire inhumer dans le pays dans lequel on vit) ont vu apparaître dans certains cimetières urbains des parcelles dirigées vers La Mecque, mais la dimension laïque prévaut. Je rappellerai ensuite que la croix est un symbole chrétien, et pas catholique, ceux-ci la partageant avec une foule de gens (les protestants, les orthodoxes, mais aussi les coptes, les maronites…).

- Second point : la proportion. Sur 40 000 cimetières français (environ), il est évident que les cimetières « non juifs » et « non musulmans » l’emportent : il est donc normal que les vandalismes soient infiniment supérieurs que dans les cimetières « confessionnels ».

- 3ème point : la question centrale est la suivante : les nombreuses dégradations dans les cimetières LAÏCS relèvent-ils de christianophobie ? Entendons-nous sur les mots, car c’est fondamental : les profanations sont-elles liées, comme dans le cas des profanations juives ou musulmanes, à des actes délibérément anti-chrétiens ? Qui s’en prennent à l’identité religieuse des défunts. La réponse est NON, car il ne suffit pas de surfer sur les annonces des actes de vandalisme, il faut également suivre les résultats des procès.

- Dans la quasi-totalité des cas, les responsables des profanations dans les cimetières laïcs sont des bandes de gamins, souvent locaux, rarement extérieurs au village. Des adolescents stupides et paumés, qui par émulation, se retrouvent à commettre leurs forfaits. Les vandalismes ne sont d’ailleurs pas de même nature : on renverse les fleurs, les objets déposés sur les tombes. On peut casser quelques croix au passage. Dans certains cas, on rajoute des symboles nazis ou satanistes histoire de donner une contenance idéologique. Rappelons, c’est important, que nombre de tombes ne possèdent pas de croix. Au procès se retrouve une petite poignée d’ados, parfois mineurs, la tête basse et la queue entre les jambes…

- Bien évidemment, je ne cautionne aucunement ces actes qui, au nom de la bêtise, sont d’une barbarie totale et un traumatisme terrible pour les familles. Je suis non seulement pour une condamnation de ces actes, mais même pour une condamnation lourde. Je dis simplement que quiconque ose comparer ces types de vandalismes et les profanations dans les cimetières juifs ou musulmans est d’une mauvaise foi manifeste, dissimulant régulièrement antisémitisme et islamophobie plus ou moins exprimées.

- Depuis des années, l’extrême droite recense les actes de profanations dans les cimetières (des instituts de veille !!). Ne faisant pas dans la nuance (ce n’est pas le fort de cette idéologie), elle transforme immédiatement tous ces actes en « actes christianophobes », ce qui a de nombreux avantages :

  • en parlant de « cimetière chrétien », elle fait l’amalgame entre « Français » et « chrétiens », en supprimant au passage tout concept de laïcité. Il est vrai que dans la sphère intégriste, on n’a toujours pas digéré la Révolution française et la séparation de l’église et de l’Etat. Chez les plus intégristes, ils deviennent « cimetières catholiques » (on zappe ainsi les protestants) !!
  • Dès lors qu’on admet le concept de « cimetière chrétien », on peut ainsi crier à la victimisation : ni président de la République ni Premier ministre pour une « profanation lambda » dans un « cimetière laïc ». Dès lors, rien de mieux pour instiller le sentiment de « deux poids, deux mesures », et de pousser les uns et les autres au retranchement identitaire.
  • dernier point, et non des moindres : par cette victimisation, amplifier tous les fantasmes. Ceux qui crient à une islamisation de la France, à la mainmise des juifs ; ceux qui défendent « le grand remplacement », tous les réactionnaires qui pourfendent « le relâchement des mœurs » et le « c’était mieux avant : sous De Gaulle, sous Pétain, sous Napoléon, sous Louis XIV, sous Vercingétorix… » ; théories fumeuses alimentées au passage par une haine de la Gauche qui, soyons honnête, est particulièrement médiocre dans ses réponses.

Pour finir, quelques remarques : la première est que les « profanations » ne sont pas récentes (faut-il revenir aux Egyptiens, et aux profanations des pyramides, le corps des pharaons pas encore froids ?). La seconde est que dans toutes les sociétés, à toutes les époques, ce sont les minorités qui sont attaquées, car ceux que l’on croit être majoritaires (les chrétiens ici) n’ont pas à se défendre. La troisième est que ce vandalisme révèle les errances idéologiques d’une société malade dans laquelle nous essayons de nous dépêtrer. Qu’un acte contre une tombe révulse est normal, et pas seulement parce que cela s’attaque à un tabou : il y a derrière ces actes une minimisation de ce que l’Humanité a de plus précieux qui fait horreur. L’époque est déjà difficile, et je refuse, dans ce domaine que je connais bien, de laisser dire des énormités qui alimentent un peu plus les haines et ces errances.


Commentaires

Logo de Marie - Odile
LAMENTABLE !!!!!!!
samedi 21 février 2015 à 09h18 - par  Marie - Odile

Merci Philippe pour cet article fort bien argumenté et qui en effet remet les pendules à l’heure. Ce serait bien que les media le lisent et s’en servent avant de diffuser n’importe quoi.

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Une nouveauté méthodologique importante sur le site !

lundi 9 octobre 2017

Une nouveauté qui, si elle ne change pas la morphologie du site, va à terme considérablement améliorer la recherche.

Jusqu’alors, les rubriques « départements » dans l’onglet de gauche ne servaient qu’à y ranger les cimetières selon ce critère. Il ne vous aura pas échappé que contrairement à naguère, ceux-ci ne pouvaient pas être indiqués par ordre alphabétique : il fallait donc consulter toute la liste pour trouver le lieu que l’on cherchait.

Désormais (mais cela se fera très progressivement), la rubrique « département » devient la porte d’entrée pour chacun d’entre eux : non seulement j’y intègre les communes par liste alphabétique, mais j’y ajoute « l’Etat des lieux du patrimoine taphophilique » pour chacune. Ainsi, par codes couleurs, vous y trouverez l’intégralité des cimetières : ceux que j’ai visité, ceux dont j’ai fait la fiche grâce aux photos d’internautes, ceux ayant fait l’objet d’articles (presse, Internet...), et ceux enfin qui n’ont pas encore d’articles mais dont j’ai connaissance d’un patrimoine avec, pour les internautes du coin, la possibilité s’ils le désirent de venir compléter le site.

Le premier département à être à jour est le Territoire de Belfort, fiche sur laquelle vous pourrez constater les changements. Progressivement, c’est l’ensemble des départements qui auront cet aspect.

Bonne visite