Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)

samedi 22 juin 2013
par  Philippe Landru

Petit article léger, fondé sur plusieurs décennies de fréquentation des cimetières (et plusieurs années de gestion de mon site), sur les visites que je réalise, et sur ceux qui fréquentent les cimetières (et le site).

Mes petits portraits sont parfois ironiques, mais n’y voyez aucun mépris : je partage toujours plus avec la plupart de ces olibrius qu’avec celui qui ne comprend pas ce qui peut attirer dans les cimetières.

Saurez-vous vous retrouver dans ces grandes catégories d’arpenteurs des cimetières ? Plusieurs réponses possibles, évidemment...


LES GOTHIQUES


Habitués des cimetières, ils n’y sont pourtant pas si nombreux qu’on pourrait le croire. Ils se promènent le plus souvent en petites bandes, font des photos devant des chapelles macccaaaaaabrrrreeessss, boivent un coup derrière une stèle discrète. Ils sont globalement respectueux des lieux, promenant leur vision désabusée du monde. Le décorum des cimetières est évidemment très présent dans leur look et leur univers. Certains jouent davantage la carte du dandysme.

  • Où les trouver ?
    - dans les parages de la 39ème division du Père Lachaise, l’une des plus ruinées.
    - à la kapuzinergrüft de Vienne, se faisant prendre en photo derrière les cranes grimaçants du tombeau de Marie-Thérèse
    - dans les cimetières londoniens, particulièrement à Highgate évidemment...
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - sur la tombe de Bézu
    - au cimetière de Thiais : trop loin, et puis le désespoir, ça va bien quand c’est poétisé.

- phrases types
- sérieusement, vous en avez vu des fantômes ?
- Un corps, ça met combien de temps à se décomposer ?
- C’est dans quel tombeau que l’on donne de l’argent si on vient veiller le mort ?


LES GENEALOGISTES


Eux ne sont là que pour une chose : trouver les tombes de leurs ancêtres (et tous les homonymes). Ils viennent des quatre coins de France, sont plutôt retraités, même si la moyenne d’âge a tendance à baisser. Généralement en couple, l’un est souvent plus motivé que l’autre qui traîne la jambe (c’est souvent madame qui est la plus férue). Ils peuvent être redoutablement équipés (plan précis, balise GPS !). Insensibles à un mausolée artistique, ils pourront ainsi être émus pour la petite stèle illisible à coté, où repose la grand-tante Albertine !

  • Où les trouver ?
    - dans n’importe quel cimetière improbable de village à des heures également improbables.
    - Dans le resto sur la place du village, en train de tracer l’itinéraire pour l’après-midi.
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - dans les grands cimetières urbains : pas à taille humaine, trop difficile de retrouver ses petits.

- phrases types
- Saviez-vous qu’avec du pain rassis, on peut faire des miracles pour déchiffrer les épitaphes ?
- Vous me croirez si vous voulez, mais j’ai découvert pas moins de 17 tombes Michu au cimetière de Saint-Criq-les-Bretelles
- Germaine, viens voir : je crois que j’ai trouvé Taty Fernande...


LES « J’MA GOURÉ »


Eux, ils sont une catégorie à part : sur mon site, ils me demanderont où se trouve le tombeau de leur grand-mère, s’ils peuvent rentrer en voiture, pour quelles raisons je n’ai pas enlevé les feuilles, combien coûte un caveau...
Dans les cimetières, ils ont le chic : cherche Dalida au Père Lachaise, Jim Morrison à Pantin, et Claude François à peu près partout !

  • Où les trouver ?
    - partout, mais ni au bon endroit, ni au bon moment
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - PARTOUT ! Ils sont partout !...
  • phrases types
    - Je ne vous félicite pas jeune homme pour l’entretien de la 9ème division !
    - Et Michaël Jackson, vous croyez vraiment qu’il est mort ?
    - (pour les connaisseurs du lieu) : devant la tombe de Villiers de L’Isle Adam /17h45 : le cimetière ferme dans 10mns / « Excusez moi : je cherche la tombe de Jim Morrison ? »

    LA SOTTE EMMERDEUSE


    Qu’on ne me qualifie pas de misogyne : cette catégorie existe également au masculin. Mais, c’est mon avis personnel, les femmes sont toujours plus brillantes que les hommes, dans l’intelligence comme dans la bêtise !
    Cette catégorie repoussoir à pour but de réunir tous (tes) les affreux (ses) que je croise sur les cimetières et sur mon site. Portes-parole du conformisme, elles ne comprennent pas pourquoi on visite les cimetières « ces lieux morbides » mais ne manquent jamais d’y aller à la Toussaint sinon « ça ne se fait pas ». Elles sont au patrimoine funéraire ce que l’ivrogne du comptoir est à la pensée politique, ont des avis sur tout, invariablement dictés par la bêtise et le conformisme.

  • Où les trouver ?
    - en train de nettoyer « leur » tombe à l’eau de javel en jetant un regard peu aimable pour tous ceux qui s’approchent à moins de 20m
    - dans les conservations des cimetières, en train de se plaindre pour la énième fois
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - Lors d’une visite sur le patrimoine funéraire
  • phrases types
    - Moi, les cimetières, je foutrais ça en l’air : vous imaginez la place que ça prend pour rien ?
    - On devrait interdire de photographier les tombes : vous imaginez le manque de respect pour les morts ?
    - Quand même, France Gall, elle a de l’argent : comment elle peut laisser une tombe aussi moche sur Michel Berger ?
    - On dira ce qu’on voudra : faut être bargeot pour passer son temps à visiter les cimetières...

LES « BOBOS-POETES »


Urbain, forcément, et particulièrement nombreux à Paris. Ils sont artistes, designers, tiennent une boutique lounge de jolies merdouilles chères. Au Père Lachaise, ils « se ressourcent », reprennent contact avec les énergies, font un petit somme au pied d’un arbre, croquent une vieille stèle au fusain, écrivent un poème mélancolique... Parmi eux, une catégorie à part : les photographes ! Ils méprisent ceux qui cherchent les célébrités, mais se pâment devant la moindre souche nécrophage, la première grille rouillée, les inscriptions illisibles, les photos défraîchies... Et ça bombarde au numérique, prenant en photo sous un angle artistique ce qui a déjà été pris mille fois en photo sous un angle artistique !

  • Où les trouver ?
    - au Père Lachaise, de préférence dans les divisions où il n’y a personne
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - au cimetière de Pantin
  • phrases types
    - On dira ce qu’on voudra, mais les cimetières, c’est les plus grands parcs des grandes villes.
    - Tu vois Églantine, ici, on respire le passé...
    - regarde cette grille rouillée devant la mousse pourrie de cette chapelle déglinguée : c’est magnifique !

    LES COLLECTIONNEURS DE STARS


    La version « main stream » des taphophiles ! Ils sont plutôt « grand public », seuls ou en couple, et ne cherchent pas les célébrités secondaires (où celles qu’ils considèrent ainsi), mais ils cherchent à prendre le maximum de clichés de « gens connus ». A ce stade, ils sont de la même famille que les paparazzis de stars où les collecteurs d’autographes. Aux Etats-Unis, ce sont les Grave hunter.
    Leurs listes des cimetières se divisent en deux : les connus et les pas connus. Ils peuvent ensuite gonfler leurs amis avec leurs diaporamas (ça, c’est moi devant Dalida à Montmartre, ça c’est avec Mike Brandt à Tel Aviv...). Ils collectionnent les photos, n’en font rien ensuite, mais la simple collection suffit à leur bonheur.

Bref, ils sont les plus nombreux.

  • Où les trouver ?
    - partout où « ya d’la star »
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - On les trouvera plus facilement sur les bordures qu’à chercher 107 ans à l’intérieur des divisions.
  • phrases types
    - J’ai plus de 4000 photos de tombes célèbres : vous voulez-les voir ?
    - L’année prochaine, avec Mireille, on fait Los Angeles : Marilyn, Mickaël Jackson, Joe Dassin : ça va grave dépoter !
    - Qui c’est qu’est enterré là ? Il est connu ?

LES FANS FETICHISTES


Ils sont tout l’inverse de la catégorie précédente dans la mesure où ils se fichent éperdument de qui repose dans le cimetière à l’exception évidemment de LEUR idole !
Ils viennent souvent, nettoient la tombe, parlent, déposent des objets, touchent... S’ils se retrouvent à plusieurs, ce sont des conversations sans fin sur l’objet aimé.

  • Où les trouver ?
    - sur Jim Morrison, sur Stéphane Sirkis à Bagneux, à Danemois, à Colombey...
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - Dans les cathédrales : on trouve moins de fans d’archevêques que de rock stars, c’est bien étrange...
  • phrases types
    - Cette année, c’est la 23ème fois que je viens
    - la dernière fois, sa tombe était plus fleurie
    - Et vous avez son album de 1973, celle avec la pochette rayée par erreur à l’arrière ?... Ça vaut une fortune

LES VIEUX QUI S’EMMERDENT


Des hommes pour l’essentiel. De tous, ils sont sans doute ceux qui expriment le plus la mélancolie. Tous les jours, ils sont au cimetière. Ils n’ont rien à y faire, mais ils n’ont rien à faire ailleurs non plus. A force d’y être, certains connaissent le cimetière très bien, d’autres pas plus loin que l’environnement de leur banc. Ils forment des amicales informelles qui se renouvellent au gré des décès. Souvent, ils ne visitent pas leurs propres défunts, exilés dans des cimetières moins aristocratiques ou plus provinciaux. Ils se retrouvent l’après-midi, attendent la fermeture, parlent de tout et rien. Certains, plus entreprenants, s’improvisent guide pour quelques touristes pressés et perdus.

  • Où les trouver ?
    - Le Père Lachaise est un nid : autour du rond-point Casimir Perrier, près de Balzac, devant la chapelle du Père Lachaise, tels des Rastignac s’étant trompés de route...
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - Dans les cimetières où personne ne va : c’est justement pour échapper à la solitude qu’ils vont au cimetière !
  • phrases types
    - T’as vu, y’avait du monde à l’enterrement de Moustaki !
    - Tiens : ils ont nettoyé la tombe Michu
    - T’as des nouvelles de Léon, y a longtemps qu’on l’a pas vu ? Ben oui, il est mort...

LES NO-LIFE


Ils font partie de la même catégorie que les précédents à une exception : ils sont beaucoup plus jeunes ! Leur vie est un mystère : on se demande quand ils travaillent, et on en imagine plus d’un en situation précaire. Ils ont souvent leur secteur attitré, et leur obsession, très variable, mais généralement pour un cinquante cinquième couteau qui ne préoccupe personne. Le manque d’attention qu’ils ont de leurs contemporains les pousse sans doute à s’intéresser aux Calimero des cimetières. Mais il est vrai qu’ils sont crampons, et leur discussion est le plus souvent logorrhéique !

  • Où les trouver ?
    - Le Père Lachaise est encore une fois un terrain privilégié, bien plus que dans les autres grands cimetières urbains
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - Près d’Edith Piaf ou de Morrison : trop de monde pour les asociaux.
  • phrases types
    - Si vous avez la moindre information sur Norbert Duglou, député de l’Orne en mai 1886, ça m’intéresse fortement.
    - Vous ne voudriez pas qu’on crée une association pour nettoyer la tombe de Norbert Duglou ?
    - Au fait : je vous ai déjà parlé de l’apport essentiel de Norbert Duglou sur l’évolution du socialisme rural dans le bas-pays Ornais à la fin du XIXe siècle ?

L’ÉRUDIT DÉCONNECTÉ


Lui, il est à la fois le plus enthousiasmant, le plus émouvant, et le plus chiant aussi. Sa passion est archi pointue : les cantatrices créoles, les champions de boxe européens entre 1902 et 1917, les stars du muet, les peintres de fleurs !... Passion progressivement envahissante qui les déconnecte du réel. Parmi eux, une catégorie domine le Père Lachaise : les amateurs du Premier Empire, qui s’émeuvent pour le moindre cubitus contemporain de Napoléon, et qui collectent la moindre information sur les carrières quasiment toutes identiques des grognards de l’Empire. L’érudit déconnecté à l’avantage, dans sa « niche écologique d’étude », de faire avancer la recherche. En revanche, il se trouve rapidement démuni face à un public qui, c’est étrange, ne partage pas forcément son goût pour les haltérophiles espagnols du règne de Carlos IV !!!

  • Où les trouver ?
    - Dans chaque cimetière où repose l’un(e) de ceux (celles) qui alimentent son obsession.
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - sur la tombe de Dalida : elle n’était pas députée du Vaucluse entre 1870 et juin 1890 !
  • phrases types
    - Comment pouvez-vous écrire sur votre site que Germaine Michu est morte en 1902 alors que les meilleurs spécialistes (sic) certifient son décès le 13 juin 1901 à 14h12 !
    - J’ai un scoop absolu qui va vous laisser sur le cul : j’ai retrouvé la tombe... (effet d’attente...)... de Norbert Duglou, qui fut, comme vous le savez évidemment, l’un des 283 députés à avoir voté la loi d’exil pour la famille d’Orléans.
    - Je ne m’intéresse pas aux chanteurs français après 1906 : ça devient trop commercial...

    LE MYSTIQUE GONFLANT


    Abreuvé à 1/3 par du Kardec et du Papus pas toujours assimilés, 1/3 par des « cochonneries Danbrownesques macrobiotiques » et 1/3 par des ouvrages de psycho-socio-esotérico-médiumniques, ils ont une grille unique de lecture des cimetières : tout n’est que symbole ; Franc-maçons, rose-croix, illuminati et médiums côtoient la tombe de Dracula au Père Lachaise, les orbes omniprésents, la présence assourdissante du monde invisible. La moindre de leurs explications est une compilation de vocabulaire faussement scientifique qui trahît une ignorance et une crédulité parfois pleines de bonne foi, mais souvent aussi orientées par quelques charlatans qui se veulent avoir pignon sur rue mais qui ne trompent personne.
    Ils ne sont absolument pas dangereux, et s’ils vous alpaguent, le seul risque de mort est celui d’ennui.

  • Où les trouver ?
    - Pour les amateurs : chez Papus, Kardec, Delanne, le zouave Jacob, Bonne-Maman, Sédir, Peladan, et bien évidemment Kardec
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - sur la tombe de Voltaire
  • phrases types
    - C’est incroyable comme l’air est chargé ici... Vous ressentez leur présence ?
    - Là, vous avez vu... Cette branche... Vous ne remarquez rien ?
    - Vous savez monsieur : je leur parle... Et ils me répondent... Ils sont toujours de bon conseil vous savez...

LES MÉMÈRES A CHAT


Invariablement, réglées comme des partitions, elles viennent au cimetière avec leurs cabas. Elles se fichent du patrimoine funéraire comme d’une guigne : elles ne viennent pas pour ça. Toujours les mêmes gestes, les mêmes habitudes, elles se rendent dans quelques divisions excentrées et peu visitées. Dans des chapelles abandonnées, elles récupèrent leurs stocks de friskies, y ajoutent les bonnes rations de mou du jour. Tous les greffiers du quartier les connaissent, et bien que totalement sauvages pour le quidam quelconque, rappliquent à l’appel de la tambouille. Tous ont un nom : Grisette, Boubouille, Finaud... Lorsqu’elles repartent, et que deux heures après une autre mémère à chat revient faire la même chose, les chats reviennent aussi : Grisette devient Myrtille, Boubouille devient Romuald... Les chats sont peu susceptibles sur leur identité ! L’été, les émanations des reliefs de repas rendent certains coins de cimetière irrespirables.

Certaines sont atrabilaires, mais la plupart du temps on sent surtout une grande solitude. On aimerait les maquer avec les « vieux qui s’emmerdent », mais pas certain qu’ils partagent les mêmes vues sur la vie ! Elles sont une espèce en voie de disparition dans la mesure où les chats sont de moins en moins nombreux dans les cimetières.

  • Où les trouver ?
    - Partout où il n’y a pas de touristes : les divisions 70 du Père Lachaise, les divisions 10 et 11 de Montmartre...
    - Quand les cimetières ont fermé leurs portes, c’est elles qui nourrissent les pigeons sur les places publiques.
  • Où il est plus difficile d’en voir ?
    - sur la tombe de Chopin !
  • phrases types
    - Vous savez monsieur, plus je connais les hommes, et plus....
    - Chipie, tu en as déjà eu : faut en laisser à Grisette...
    - S’il n’y avait que moi, je crèverais bien... pfuit... Mais ils comptent sur moi, eux...

Commentaires

Logo de nicolas
Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)
dimanche 30 octobre 2016 à 20h08 - par  nicolas

MOOOOORTEL !!!!

Logo de JPB77
Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)
vendredi 15 janvier 2016 à 19h05 - par  JPB77

Excellent !

Pour ma part, je me situe entre le généalogiste et l’érudit déconnecté. Ma période à moi n’est pas l’Empire mais la Révolution, hélas nettement moins riche en sépultures . Si vous me croisez, ne me branchez JAMAIS sur Robespierre ou assimilé, sous peine de devoir trouver un prétexte pour vous enfuir ! ;-)

Merci à vous, Philippe, pour tout votre travail !

Logo de Musard
Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)
samedi 13 décembre 2014 à 17h14 - par  Musard

Très bien vu, on s’y croirait ! Je me serait assez reconnu dans le bobo si je n’avais une passion pour Norbert Duglou.

Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)
mardi 4 février 2014 à 22h23

:-)une sympathique rubrique !

Logo de Emeline
Petit précis de zoologie taphophile, où comment connaître la faune des cimetières (et de ce site)
samedi 29 juin 2013 à 14h49 - par  Emeline

C’est très drôle bravo ! d’autant que je me suis, un peu reconnue dans deux de vos portraits !

Brèves

Une nouveauté méthodologique importante sur le site !

lundi 9 octobre 2017

Une nouveauté qui, si elle ne change pas la morphologie du site, va à terme considérablement améliorer la recherche.

Jusqu’alors, les rubriques « départements » dans l’onglet de gauche ne servaient qu’à y ranger les cimetières selon ce critère. Il ne vous aura pas échappé que contrairement à naguère, ceux-ci ne pouvaient pas être indiqués par ordre alphabétique : il fallait donc consulter toute la liste pour trouver le lieu que l’on cherchait.

Désormais (mais cela se fera très progressivement), la rubrique « département » devient la porte d’entrée pour chacun d’entre eux : non seulement j’y intègre les communes par liste alphabétique, mais j’y ajoute « l’Etat des lieux du patrimoine taphophilique » pour chacune. Ainsi, par codes couleurs, vous y trouverez l’intégralité des cimetières : ceux que j’ai visité, ceux dont j’ai fait la fiche grâce aux photos d’internautes, ceux ayant fait l’objet d’articles (presse, Internet...), et ceux enfin qui n’ont pas encore d’articles mais dont j’ai connaissance d’un patrimoine avec, pour les internautes du coin, la possibilité s’ils le désirent de venir compléter le site.

Le premier département à être à jour est le Territoire de Belfort, fiche sur laquelle vous pourrez constater les changements. Progressivement, c’est l’ensemble des départements qui auront cet aspect.

Bonne visite