BONNAT Léon (1833-1922)

cimetière Saint-Etienne de Bayonne (64)
dimanche 6 novembre 2011
par  Philippe Landru

Peintre académique et portraitiste français, il fut sans aucun doute le plus illustre dans sa catégorie. Adolescent en Espagne, il découvrit l’oeuvre de Ribera et de Velázquez. Il en garda, outre un sens profond du naturalisme, le goût des ombres et une certaine fougue de la pâte. De retour à Paris en 1854, il devint l’élève de Léon Cogniet à l’Ecole des Beaux-Arts. Sa Résurrection de Lazare lui valut un deuxième prix de Rome en 1857. Délaissant les sujets historiques et religieux suite à un voyage en Italie à la fin des années 1860, puis en Grèce et au Moyen-Orient à la fin des années 1870, il peignit des scènes de genre et se consacra plus particulièrement au portrait. On lui doit ainsi environ 200 portraits : notre connaissance patrimoniale des « visages » des grandes figures des débuts de la République dépend en grande partie de son oeuvre.

JPEG - 4.7 ko
Gambetta
JPEG - 23.6 ko
Jules Ferry
JPEG - 46.5 ko
Lavigerie
JPEG - 43.9 ko
Ernest Renan
JPEG - 3.9 ko
Adolphe Thiers
JPEG - 6.1 ko
Victor Hugo

Il fut aussi l’auteur du martyre de saint Denis au Panthéon de Paris, des plafonds de l’Hôtel de Ville et du Palais de Justice de Paris, ainsi que des peintures pour de nombreuses églises.

Professeur à l’Ecole des Beaux-Arts, membre de l’Académie des Beaux-Arts, la liste de ses élèves donne le tournis : parmi eux, on compte Georges Braque, Gustave Caillebotte, Raoul Dufy, Othon Friesz, Henri de Toulouse-Lautrec... Il fut l’archétype de l’artiste bourgeois installé dans la société.

Il lègua après sa mort sa collection personnelle au musée qui porte à présent son nom à Bayonne. Il repose dans un sévère mausolée familial.


Merci à Elisabeth G. pour les photos.


Commentaires