RANUCCI Christian (1954-1976)

Cimetière St Véran d’Avignon (84)
samedi 24 juillet 2010
par  Philippe Landru

En juin 1974, à Marseille, on retrouva le corps de la petite Marie-Dolorès Rambla, enlevée peu de temps auparavant : ainsi commençait l’une des affaires judiciaires les plus médiatisées des quarante dernières années.

Arrêté, Christian Ranucci clama son innocence. Malgré des points peu clairs de l’enquête, il fut condamné à mort et exécuté à la prison des Baumettes le 28 juillet 1976. En 1978, Gilles Perrault fit paraître Le pull over rouge, dans lequel son analyse de l’enquête penche pour l’innocence de Ranucci. Depuis, d’autres travaux ont cherché à relativiser la contre-enquête de Perrault. Quoiqu’il en soit, 34 ans après son exécution, force est de constater que la culpabilité de Christian Ranucci n’est pas clairement démontrée.

En ce chaud été 1976, la foule survoltée égale à elle-même, cette « opinion publique » imbécile et haineuse, réclama un coupable. Le procès de Ranucci ne si fit pas dans un climat convenable, d’autres affaires similaires étant venues au même moment fausser les débats (en particulier le meurtre du petit Philippe Bertrand par Patrick Henry). Valery Giscard d’Estaing, pourtant opposé à titre personnel à la peine de mort, fit preuve de lacheté en n’accordant pas la grâce au condamné. Paradoxe : ils furent nombreux, ces procureurs autoproclamés qui exigeaient en 76 les « couilles » du « coupable », à adopter la thèse de Gilles Perrault à peine deux ans plus tard. S’il en fallait une, l’affaire Ranucci démontra les failles de la peine de mort, qui devait disparaître quelques années plus tard. Ainsi, Christian Ranucci fit-il partie des trois derniers exécutés de France.

Sa mère, qui continue son combat pour faire réhabiliter son fils, parvint à récupérer son corps et à le faire inhumer dans le caveau familial : pour ne pas attirer l’attention, son identité fut inscrite... en alphabet cyrillique !! Plus de trente ans après sa mort, aucune médiatisation n’est faite sur sa présence dans le cimetière, comme c’est systématiquement le cas des condamnés à mort.


Commentaires

Logo de cayrol
RANUCCI Christian (1954-1976)
mercredi 6 septembre 2017 à 14h34 - par  cayrol

il est impossible a quelqu’un qui ne connaît pas les lieux de faire un croquis de la champignonnière. il est tellement facile de taper sur la police plutôt que sur les coupables. le livre de Perrault que j’ai lu ne m’a pas du tout convaincu de l’innocence de ranucci, loin de là, je trouve au contraire son argument du pull rouge totalement injustifié et très léger. que sa mère le défende je le comprends, mais c’est un mère. dans tous les cas deux familles ont été détruites et une petite fille a perdu une vie qu’elle avait devant elle.

Logo de Hanitra
RANUCCI Christian (1954-1976)
lundi 25 juillet 2016 à 15h57 - par  Hanitra

Je trouve absolument injuste qu’on lui ai volé sa vie sur la base de sois disant preuves totalement incohérentes et incomplètes. On aurait largement dû explorer la piste du Simca et du pullover. Bref je suis vraiment triste pour ce Ranucci et je suis totalement convaincu de son innocence, au moins aurait-on dû lui accorder le bénéfice du doute... Si il s’avère que ce fut une erreur judiciaire, elle sera irréparable

Logo de Roger
RANUCCI Christian (1954-1976)
vendredi 16 octobre 2015 à 20h08 - par  Roger

Coupable.
Oui Ranucci est coupable et ce quoi que l’on en dise. Il a été déclaré tel par un jury populaire et à moins d’un fait nouveau pour ré-ouvrir le dossier il le sera pour toujours.
Mais ce qui me semble plus important c’est la posture du président de la France de l’époque M VGE qui s’était prononcé lors de sa campagne électorale « opposé » à la peine de mort ne soit pas allé au bout de ses convictions en ne graciant pas Ranucci en commuant la peine de mort par la perpétuité qui à l’époque se traduisait par prison à vie.
Ce qui est choquant c’est que si son procès avait eu lieu 1 an avant ou après 1976 il y a tout lieu de croire que le délibéré n’eut pas été le même.
La condamnation de Ranucci est intervenu en plein sentiment d’insécurité et de peur de l’époque après le meurtre du petit Philippe Bertrand par un Patrick Henri débordant de cynisme en venant proclamer à la télévision que pour lui le meurtrier du petit Philippe Bertrand méritait la peine de mort.
Dois-je rappeler cette phrase incomprise des Français car totalement sortie de son contexte prononcé par le journaliste Roger Gicquel au journal de TF1 du 18 Février 1976. « La France à peur ». Je vous conseille de la lire en entier on peut y voir en filigrane la condamnation de M Ranucci.
Avait-on le droit de prendre le risque de ne pas juger de manière totalement impartiale Ranucci seulement pour des faits qui lui étaient reprochés ? La condamnation de Ranucci est intervenu en pleine affaire Patrick Henri. Et c’est peut être parce qu’il n’y avait aucun doute dans l’affaire Patrick Henri que le bénéfice du doute tel que l’avait plaidé Maitre Le Forseney pour éviter la peine de mort n’a sans doute pas profité à Ranucci. Est-il utile de rappeler qu’un de ses avocats Maitre André Fraticelli voulait plaider coupable avec circonstances atténuantes, en contradiction avec Maitre Le Forseney qui plaidait le doute et Paul Lombard qui soutenait la thèse de son innocence, en contradiction avec ses confréres, il n’avait pas plaidé. Il est à noter que maître Le Forcenay n’a jamais parlé de « l’innocence » de Ranucci.
Quant aux méthodes policières de l’époque, sans doutes n’étaient-elles pas celles de maintenant, et si la grande majorité des policiers d’ aujourd’hui est dans les clous il n’en était peut être pas de même à une époque même pas ci-lointaine. Pour ne citer que l’affaire Dils avec les méthodes et les propos plus que douteux du principal enquêteur qui après avoir été innocenté, chose rare à la demande de l’avocat général a comparé son exploit à un match de ballon ?????? Pourtant M Dils n’avait-il pas avoué, n’avait-il pas décrit et transporté les inspecteurs sur les lieux ????????

N’ était-il pas permis à l’époque de penser que si elle n’était pas innocente sur tout une personne pouvait être incarcérée pour quelque chose qu’elle n’avait pas commis ?

Il ne me semble pas imaginable qu’infliger la peine de mort à un être humain ne laisse pas de trace dans la vie d’un autre être humain. Remettre en cause la culpabilité de Ranucci sans faits nouveaux semble inapproprié à la situation actuelle ou trois demandes en révision ont été rejetées.

De mon point de vue, dans un monde dit « civilisé » la peine de mort par décapitation ou autre est une méthode barbare de vouloir appliquer au nom du peuple une sorte de vengeance de manière légale.

Logo de FAYDIT
RANUCCI Christian (1954-1976)
jeudi 5 mars 2015 à 18h47 - par  FAYDIT

Je ne suis pas d’ accord avec vous, quand vous affirmez ; je vous cite " arrêté
Ranucci proclama son innocence " ...
Je vous rectifie... Arrêté Ranucci avoua qu’ il était coupable, je me permets de vous signaler, que ses aveux furent accompagnés d’ un croquis exécuté de sa main, décrivant les lieux de l’ enlèvement. Effectivement et vérifications faites en présence de son auteur, son croquis se révéla exact.
Prendre le livre de Gilles Perrault comme un plaidoyer contre la peine de mort, c’ est incontestable ...
Le prendre comme preuve de l’ innocence de Ranucci, c’ est un pas à ne pas franchir .
Maintenant fallait il le condamner à mort ? N’ étant pas acteur dans cette tragique histoire , ça n’ est pas à moi d’ en juger

Logo de Alex Hennequin
mercredi 1er juillet 2015 à 23h31 - par  Alex Hennequin

Ranucci a avoué ?

Vous avez oublié de préciser les tortures physiques et psychologiques qu’il a subi et qui ne s’arrêtait que lorsqu’il reconnaissait les faits qu’on lui soufflait. C’est lui-même qui l’a dit à son procès.

Moi qui n’ait rien à voir avec cette affaire, j’aurais avoué si je passais entre les mains des gens qui l’ont « interrogé »...

Jean Ranucci et Eugène Spinelli les 2 seuls témoins de l’enlèvement ont vu une Simca 1100 et n’ont pas reconnu Ranucci. Contrairement à ce qui est dit la 304 coupé ne ressemble pas à la Simca 1100.

Et tant d’autres éléments montre que Ranucci n’est pas l’homme qui a enlevé et tué Maria Dolores.

Quoiqu’il en soit , il n’y avait pas assez d’éléments pour le faire guillotiner. Au pire c’était la perpétuité. La justice le sait mais ne veut plus revenir sur cette affaire.

Logo de Manouche
RANUCCI Christian (1954-1976)
jeudi 18 décembre 2014 à 14h16 - par  Manouche

Comment peut-on enlever la vie à un jeune garçon, un être humain, lorsqu’il y a le mot (DOUTE) qui flânait tout au long du procès et même 35 ans après sa mort ?Il me semble que cette Affaire fut une charge lourde sur le dos de la justice dont elle voulait s’en débarrasser, peut-être c’est parce que la justice ne voulait pas se donner de la peine pour mener une enquête plus approfondie ....Il ne s’agissait absolument pas d’innocenter et de libérer Ranucci, mais une petite circonstance atténuante aurait donné , peut-être ,l’occasion à la justice et à la police de réunir plus d’éléments compromettants..Pire, lorsque M. Robert Badinter fut désigné comme Ministre de la justice, partisan farouche de l’abolition de la peine de mort, n’a-t-il pas chargé une commission chargée ’élucider cette Affaire, ? Ce juriste expérimenté et inégalé,était-il conscient de l’erreur judiciaire qui avait été commise, vu sa précipitation et son ardeur pour abolir la peine de mort.?

Logo de fib
jeudi 29 octobre 2015 à 22h03 - par  fib

Les flics de Marseille en relation avec des flics américains ont résolvé la french connexion, l’un des plus important trafic de cocaïne de l’époque.
L’affaire Ranucci, une débâcle publique moyenâgeuse.
Un meurtre républicain, commis par la république de l’époque sur un dossier circonstancielle.
Un jeune homme ivre de la veille passe au stop et accidente un couple en R16 blanche.
Le jeune homme prend le délit de fuite pour se réfugier de peur dans une champignonnière et y faire un somme sur la banquette arrière, il finit sa cuite de la veille.
Non loin de la "Le pull-over rouge est la, il tue une fillette dans un bosquet.
Le couple poursuivant le fuyard l’entraperçoit dans les talus, Dites c’est vous le fuyard ? vous devriez retourner sur les lieux de l’accident que vous avez provoquez !!!
dans un bosquet, on ne le voit pas, il répond au couple oui je vais y retourner c’est une histoire de taule brisées !!" il traîne le corps de la fillette morte poignardée, il sait donc que dans le coin il y a un gars avec une voiture 204 Peugeot coupé accidentée
Parallèlement, au même instant, au même endroit : l’assassin au pull-over rouge, assassine la fillette, il est interpellé par le couple qui c’est lancé à la poursuite de Christian, il est dans un bosquet, on ne le voit pas, il répond au couple : "oui je vais retourner sur les lieux c’est une affaire de taule froissées. maintenant il sait qu’il y a eu un accident dans l’coin, il trouve la champignonnière, il trouve la 204 Peugeot, il trouve le Pigeon qui va porter le chapeau à sa place, il loge dans un trou son pull- over, juste derrière son véhicule, sans omettre au passage de laisser un peut de sang de la fillette sur le pantalon de Christian endormi.
La suite on la connais, mais dites moi à ce jour : L’homme en Simca grise 1100 avec des siège rouge, un homme qui aimai le rouge comme son pull-over, cet homme ou est-il aujourd’hui, et combien de victimes as t’il tué par la suite ?????

Logo de Nick
RANUCCI Christian (1954-1976)
mercredi 15 mai 2013 à 20h20 - par  Nick

Petite précision : ce n’est pas la loi qui impose que le nom d’un condamné à mort exécuté ne figure pas sur sa tombe ou alors dans un autre alphabet que le nôtre. Dans le cas présent, c’est la mère de Ranucci qui a pris cette initiative, afin certainement que la tombe de son fils ne soit pas vandalisée par des abrutis.
La preuve en est que dans le cimetière de Charonne (Paris 20ème) repose Robert Brasillach, fusillé à la Libération pour collaboration avec l’ennemi. Sur sa tombe figure bien son nom en français.

RANUCCI Christian (1954-1976)
dimanche 24 février 2013 à 17h23

Christian Ranucci a été exécuté, alors qu’il y avait des doutes sur sa culpabilité et d’autres meurtriers d’enfant (sans l’ombre d’un doute) sont maintenant dehors,vivent librement. Il y en a même un qui est devenu un historien célèbre.

Logo de Harry Perez-Wolfe
dimanche 19 mars 2017 à 00h05 - par  Harry Perez-Wolfe

Je crois que vous faites une petite erreur : le meurtrier devenu un historien célèbre, splécialiste du Moyen-Age, n’a jamais été un tueur d’enfants. Il a sans préméditation tué un homme lors d’un braquage, en s’enfuyant. Il a été condamné à mort et fut grâcié par le président Mitterand. Il passa vingt ans en centrale, pendant lesquels, comme la loi l’autorise, il étudia jusqu’à soutenir une thèse. Libéré, en raison de son passé il n’a pas le droit d’avoir une charge universitaire mais est à l’heure actuelle un de nos plus brillants médiévistes. Quant à sa conscience, il a déclaré qu’il n’y a pas un jour sans qu’il ne pense à sa victime. On peut discuter sa sincérité, mais quant à moi je le crois.

jeudi 16 mars 2017 à 17h45

Autant pour moi, c’est vrai, il n’a pas assassiné d’enfant, j’ai confondu avec un autre tueur. Mais, il a tout de même 3 morts sur la conscience et un blessé grave. je pense que les familles des victimes ont vraiment rien à faire qu’il soit devenu un célèbre historien médiéval, bien au contraire ! C’est le monde à l’envers !

Logo de cp
mardi 11 octobre 2016 à 11h44 - par  cp

Merci d’avoir mis un nom sur l’exemple anonyme mentionné ! Zauriez pu tenter la prétérition, de manière aussi vacharde...

Logo de Harry Perez-Wolfe
lundi 10 octobre 2016 à 23h10 - par  Harry Perez-Wolfe

Je ne puis laisser passer une erreur de taille : vous mentionnez un historien célèbre comme ayant été un assassin d’enfant. C’est faux. Vous faites allusion à Philippe Maurice, qui effectivement avait été condamné à mort pour avoir tué un de ses poursuivants policiers sans intention lors d’un casse qui a mal tourné. Arrivé au pouvoir en 1901, François Mitterand l’a gracié avec les autres condamnés à mort, en cohérence avec ses déclarations sur la peine de mort. Philippe Maurice n’a jamais été un tueur d’enfant ! C’est très grave d’affirmer une chose pareille. Après sa grâce, il a fait 20 ans de réclusion dans divers pénitenciers de France. Il a choisi d’étudier l’histoire du Moyen Age et a même soutenu une thèse brillante dans ce domaine. Il est aujourd’hui un chercheur médiéviste reconnu par ses pairs. Il n’a jamais nié son crime et a exprimé publiquement et dans un livre ses regrets. Il est un exemple de réhabilitation à l’honneur de l’abolition de la peine de mort. Nous avons bien sûr à respecter la mémoire de sa victime et la peine de la famille. Mais si l’on considère ces 20 années à aller de centrale en centrale, Philippe Maurice a payé sa dette et mérite de pouvoir se réinsérer. Il l’a fait. Alors n’allons pas affirmer des contre-vérités propres à salir un homme qui a lutté pour se refaire une nouvelle existence et produire des oeuvres de référence pour les médiévistes du monde entier.

Logo de APL 57
RANUCCI Christian (1954-1976)
samedi 10 novembre 2012 à 23h09 - par  APL 57

Ranucci coupable ou pas !, comment il a su ou était le corps de la petite victime,ou etait le couteau ??,il est vrai que l’affaire Patrick-Henri lui à couté la vie,car sans cette affaire,je pense qu’il aurai été gracié par VGE Président de la République de l’époque,et que sa peine aurait été la prison à perpetuité,mais on peut pas revenir en arriére,et c’est pour cette raison que je suis contre la peine de mort,heureusement que l’affaire Patrick DILS n’à pas eu lieu avant 1981 car ils auraient certainement condanné à mort par haine et les meurtres de 2 jeunes garçons.

RANUCCI Christian (1954-1976)
dimanche 15 juillet 2012 à 12h09

je viens de terminer pour la seconde fois le livre de karin osswald « l’affaire ranucci » et pour la seconde fois, n’ai pas changé de point de vue, christian ranucci était innocent, par rapport aux nombreuses zones d’ombre que comportait son dossier !
il fallait un coupable pour l’opinion publique, ce fut christian ranucci et personne d’autre car malheureusement, en ce lundi de pentecôte 1974, il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment !
T.D.

Logo de MC
lundi 7 janvier 2013 à 19h18 - par  MC

Ranucci était innocent, et Louis XVII s’est évadé du Temple...

Logo de Scally
RANUCCI Christian (1954-1976)
lundi 30 janvier 2012 à 20h44 - par  Scally

Je suis certaine de son innocence, trop de suggestions malsaines qui ont été manipulées par la police . Il fallait à tout prix un coupable et vite ...
Une Avignonnaise qui a beaucoup fait pour comprendre ce qui a été réellement ce drame qui a touché 2 familles victimes.

Logo de and
RANUCCI Christian (1954-1976)
samedi 16 juillet 2011 à 21h58 - par  and

Très peu de place au doute malgre quelques litiges dans l’enquete sur des dates de proces verbal sans grande importance sur le fond de l’affaire, une seule certitude on aurait pu et du lui eviter la guillotine.

Son avocat Maitre Le Forseney n’a jamais déclare qu’il etait innoçant mais dit peut etre innoçant et que l’on n’aurait pas du le decapiter.

Il était a Marseille, il a un accident, la ou il s’arrete a l’endroit précis on trouve le corps de la fillette, il avoue et decrit le crime, il indique l’endroit ou se trouve l’arme etc....

A lire L’autopsie d’une imposture de Gerad Bouladou qui apres quelques proces gagné contre balance celui de Perrault et son histoire sans lien direct prouvé avec l’affaire, le fameux pull over rouge.

Logo de Tanisse
lundi 7 janvier 2013 à 17h08 - par  Tanisse

Gilles Perrault a été condamné à la suite de son ouvrage de 2006 pour avoir diffamé des policiers de la brigade criminelle de Marseille
La cour, qui a aggravé le jugement du tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence du 14 janvier 2008, a également accordé 10.000 euros de dommages et intérêts à chacun des quatre policiers qui poursuivaient l’écrivain et 3.000 euros aux parties civiles pour frais de procédure, ainsi que la publication de l’arrêt dans deux quotidiens, La Provence et Le Monde.
L’écrivain était poursuivi par les quatre policiers pour plusieurs passages de son ouvrage « L’ombre de Christian Ranucci » paru en 2006 aux éditions Fayard où il accusait les policiers de « légèreté et partialité » dans leurs investigations sur le meurtre de Marie-Dolores Rambla qui ont abouti à l’exécution de Christian Ranucci, le 28 juillet 1976, à la prison des Baumettes.
(Figaro.fr du 26/01/2009)

Logo de sylvain
mercredi 29 août 2012 à 22h52 - par  sylvain

jai été juriste a la cour dassise de lyon en 2010 oui je suis sur rannuci a porté le fardeaux pour un autre criminel mais il ne sera jamais rheabilité sais impossible il faut se souvenir de lesqure

Site web : lhomme est cruel
mardi 17 avril 2012 à 20h57

Gerard Bouladou a gagné quelques procès ? Le livre de Gilles Perrault n’a lui été attaqué par personne et alors qu’il n’avait travesti aucun nom des différents protagonistes.

Dans une affaire criminelle, alors que l’accusé risque la peine de mort, il n’y a pas de procès « verbal » sans grande importance.

RANUCCI Christian (1954-1976)
mercredi 30 mars 2011 à 14h13

c’est totalement injsute ce qu’il lui est arrivé , toutes les preuves requise prouve que sa ne peut pas etre christian ranucci le meutrier ,cet homme est mort pour un autre , la justice a mal jugé un homme , il avait 22 ans et toutes la vie devant lui ,on l’a accusé d’un crime qu’il n’a pas commis ,il faut réhabilité christian ranuci meme si il est trop tard c’était sa derniére volonté

Logo de PF84
RANUCCI Christian (1954-1976)
jeudi 24 mars 2011 à 22h47 - par  PF84

Ça vaut le coup d’aller sur ce site.

Logo de PF84
RANUCCI Christian (1954-1976)
jeudi 17 mars 2011 à 07h29 - par  PF84

L’envoi à l’échafaud d’un jeune homme de 22 ans, jugé dans un procès expéditif au climat d’une vengeance sociale.Condamné à mort plus pour apaiser l’opinion publique que par les preuves d’un très léger dossier pour une si lourde sentence irréversible.Le tout couronné par le refus de grâce d’un président de la république dépassé par la pression médiatique.
VGE plus attendri par la lettre de la maman de la petite victime(qu’elle repose en paix) que par certaines incohérences du dossier relevées dans l’enquête policière.
Je me demande si ce refus de grâce ne lui à pas couté (partiellement) à sa non réélection ?

Logo de hugongerard
RANUCCI Christian (1954-1976)
vendredi 21 janvier 2011 à 16h15 - par  hugongerard

Qu ’ est-ce qu ’ on en sait si Ranucci était coupable ou pas , on n ’ en sait rien aprés tout

çà avait la même chose pour Guillaume Seznec , on l ’ avait cru coupable et si ça se trouve

il était innoçent , même chose aussi pour Gaston Dominici .