DORIS Pierre (Pierre Tugot : 1919-2009)

Père Lachaise - 67ème division
samedi 23 janvier 2010
par  Philippe Landru

Comédien au physique rond et à l’humour noir, Pierre Doris avait commencé sa carrière à la fin des années 1950. Il écuma les galas et les cabarets dans des one-man-shows où il laissa libre cours à une humour acide, en précurseur de Coluche et Pierre Desproges. « On me surnommait le Frankenstein du rire, le Dracula de la facétie, voire le pape de l’humour noir. C’était bien beau, mais le public m’assimilait à mes blagues. Il me considérait comme un franc salaud, un bourreau d’enfants, un monstre. Et moi je suis un tendre », confiait-il à L’Aurore en 1978.

En 1971, il montra une nouvelle facette de sa palette d’acteur en tournant pour la télévision La Maison des bois, sous la direction de Maurice Pialat. Dans un rôle à contre-emploi, il y interprètait un garde-barrière au grand cœur recueillant un jeune orphelin. Homme de scène avant tout, il joua aussi bien dans des comédies de boulevard, dans des opérettes, que dans des classiques (Ubu Roi, Pygmalion, Le Barbier de Séville…), et en particulier dans des pièces de Molière, qu’il affectionnait particulièrement après l’avoir découvert sur le tard.

Au cinéma, Pierre Doris fut souvent abonné aux personnages d’affreux et aux seconds rôles.

Crématisé au Père Lachaise, celui qui avait déclaré C’est très beau un arbre dans un cimetière : on dirait un cercueil qui pousse repose en plein coeur de la 67ème division, en marge des quartiers aristocratiques du cimetière.


Retour vers le Père Lachaise


Commentaires