Père Lachaise : tombeaux remarquables de la 3ème division

mardi 13 avril 2021
par  Philippe Landru

La 3ème division est l’une des plus petites du cimetière. Les touristes s’y aventurent peu, attirés dès l’entrée principale par la perspective de la 4ème division. Les « vedettes » y sont rares, tout comme les œuvres d’art, et ses tombes souvent anciennes lui donnent des airs de petit cimetière rural.


LES PERSONNALITÉS


- LENORMAND Marie-Anne
- ROMAINS Jules


... mais aussi


- Ernest ARCHDEACON (1863-1950) : avocat de renom d’origine irlandaise, il se passionna pour tout ce qui volait. Par son action, son mécénat et les nombreux prix qu’il dota, son nom reste associé à l’essor de l’aviation française avant la Première Guerre mondiale.

- Le conseiller d’Etat Achille François BÉGÉ (1794-1844), qui fut tour à tour préfet des Pyrénées Orientales (1832-1833), de l’Hérault (1833-1835), de Haute-Garonne (1835-1837), de l’Eure (1837-1838) et de l’Hérault (1838-1841).

- BURGOT (+1812) : on ignore à peu prêt tout sur ce soldat de Napoléon tué à la bataille de Smolensk. Le caveau familial, restauré en 1804 par l’ACMN, lui tient lieu de cénotaphe.

-  Henry CARCENAC (1807-1888), qui fut maire du 2ème arrondissement de Paris.

- Rosalie DELAMOLLIÈRE (ou Delamorlière : 1768-1848), qui fut la dernière domestique de la reine Marie-Antoinette à la Conciergerie, avant son exécution en 1793. Elle fut en réalité inhumée dans une fosse commune, au cimetière Montparnasse. Ultérieurement, sur l’arrière de la sépulture Lacroix-Delamolliere en cette division, en hommage à sa mère, sa fille fit graver l’inscription suivante : « A la mémoire de ma mère, Rosalie Delamolliere, dernière personne placée 76 jours auprès de feue la Reine Marie-Antoinette dans sa captivité, pour le besoin de tout son service, dont elle s’acquitta avec douceur et respect. Priez pour elle. »

- Benoit DELORE (1796-1863), qui fut maire du Ve arrondissement de Paris.

- Joseph DORIOL (1769-1829), capitaine de cavalerie et consul général de France à Odessa.

- Danièle HOFFMAN-RISPAL (1951-2020) : militante socialiste, elle devint en 2001 adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris pour les personnes âgées, elle fut députée de Paris de 2002 à 2014. À la suite de l’accord PS-EELV de 2011, le parti socialiste lui demanda de céder la place à Cécile Duflot pour les élections législatives de juin 2012, ce qu’elle contesta. Après avoir envisagé de maintenir sa candidature, elle céda aux pressions de son parti, non sans ressentiment à l’égard de « ceux qui [...] ont donné la circonscription de la femme la mieux élue de France aux écologistes ». Elle accepta d’être la suppléante de Cécile Duflot, ce qui lui permit de retrouver son siège de député, Cécile Duflot étant alors ministre. Elle est pour l’instant l’unique personnalité contemporaine de la division.

- L’homme de lettres Edmé François MIEL (1775-1842). Dans le même tombeau reposent, parmi d’autres, Pierre-Furcy BUREAUX (1747-1816), avocat et maire de Lagny-sur-Marne de 1800 à sa mort et Alcide-Adolphe-Louis LÉGER (1831-1892), notaire et maire de Pointe-à-Pitre de 1871 à 1877.

- Jacques-Joseph MOREAU de TOURS (1804-1884) : ancien élève de Bretonneau et d’Esquirol, ce médecin et psychiatre découvrit les effets du chanvre indien (cannabis) et les étudia dans son traité Du hachisch et de l’aliénation mentale (1845). Pour lui, l’intoxication au hachisch est un moyen unique d’exploration du psychisme humain. Il fut l’un des premiers médecins à avoir pratiqué un travail systématique sur l’activité des drogues dans le système nerveux central et à avoir classé, analysé et enregistré ses observations. Il fut le créateur du Club des Hashischins.

- Le peintre et graveur Jean-Victor SCHNETZ (1787-1870), formé par Jacques-Louis David puis Jean-Baptiste Regnault, Antoine-Jean Gros et François Gérard. Ami de Théodore Géricault, il partagea sa vie entre la France et l’Italie qu’il avait découverte dans sa jeunesse et dont il était tombé amoureux. Il mena une brillante carrière : élu en 1837 à l’Académie des beaux-arts, il fut appelé, en 1841, à succéder à Ingres comme directeur de l’Académie de France à Rome. Il fut l’un des quatre peintres appelés pour célébrer les grandes révolutions parisiennes sur les murs de l’ancienne Salle du Trône de l’Hôtel de ville de Paris. Il sut conquérir la gloire en pleine bataille entre néo-classiques et romantiques en inventant une voie moyenne consistant à traiter de manière classique des sujets pittoresques tirés de la vie quotidienne des paysans et brigands, sans pour autant dédaigner la peinture d’histoire. Dans le même caveau repose Louis-Martin LEBEUF (1792-1854), qui fut nommé en 1835 régent de la Banque de France tout en occupant dans l’industrie une place importante comme directeur des faïenceries de Creil et de Montereau. Député (1837-1842 puis 1849-1851), puis sénateur (1852 à sa mort) de Seine-et-Marne, il siégea à droite avec la majorité antirépublicaine.

- Raymond VANIER (1895-1965) : aviateur, il fut un pionnier des lignes aériennes Latécoère (future Aéropostale). Affecté en Amérique du Sud en 1927, il y fut l’adjoint de Didier Daurat tout en continuant régulièrement à piloter. Tous deux figurent sur un timbre généralement connu des philatélistes. Sa tombe est la seule de la division à être ornée d’un médaillon en bronze (anonyme).

- Antoine Victor VOITRIN (1788-1841) : Officier de la Grande Armée pendant la campagne de Russie de 1812.


Anecdotes et curiosités


- Soyons précis : l’écrivain Jules Mary (1851-1922), auteur de Roger-la-Honte, repose bien dans la 3ème division... mais du cimetière Montmartre ! Je le dis car l’erreur est fréquente - et recopiée - sur le net.

- La chapelle Mayer contient un plan détaillé du tombeau et des différents résidents. Il possède également deux séries de vitraux.


Œuvres


Très peu d’œuvres d’art dans cette division, et généralement dans un état pitoyable.
- Un buste dans la chapelle Boulanger.
- Deux bustes faméliques dans la chapelle Morel.
- Du buste en plâtre de la chapelle Aubry et Jacquemaire, déjà décapité en 2009, il ne reste plus que des débris.
- La belle chapelle Loisel est ornée d’une statue de saint.
- Le seul vitrail un peu élaboré - mais abîmé - de la division se trouve dans la chapelle Selot.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?