MARSEILLE (13) : Palais de Justice

dimanche 5 avril 2020
par  Philippe Landru

Le Palais de Justice de Marseille nous permet d’évoquer la mémoire d’un Compagnon de la Libération qui n’a pas de tombe puisque son corps ne fut jamais retrouvé : André BOYER (1908-1945).

Inscrit au Barreau de Marseille, il y ouvrit en 1931 son premier cabinet comme l’un de ses confrères, Gaston Defferre, devenu son ami depuis le stage du barreau, fait ensemble.

En 1939, il s’engagea pour la durée de la guerre. En juin 1940, aspirant à l’École de cavalerie de Saumur, il fut cité à l’ordre du régiment pour la défense du pont de Gennes sur la Loire avec les Cadets de Saumur. Son courage lui valut la Croix de guerre.

Entré dans la Résistance, chef du réseau Brutus, réseau de renseignement qu’il avait constitué et qu’il dirigea jusqu’à son arrestation en décembre 1943 ; il fut déporté au camp de concentration de Dora, puis à la prison de Nordhausen. Lors du violent bombardement allié qui touche Nordhausen dans la nuit du 3 au 4 avril 1945, il s’évada. Après avoir franchi les murs la prison, il fut tué par l’éclatement d’une bombe.

Le monument aux morts du Palais de Justice sera donc son ultime cénotaphe.


Merci à Gisèle Isetti pour les photos.


Commentaires

Logo de Pincettes
MARSEILLE (13) : Palais de Justice
lundi 13 avril 2020 à 08h14 - par  Pincettes

Sur le parvis du Palais de Justice une plaque commémore fort discrètement le souvenir d’une personnalité inhumée au cimetière de l’Est de Metz : le juge Michel. Une page de l’histoire de la ville qu’on s’est empressé de tourner...

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?