LE VILLARS (71) : cimetière

Visité en mars 2008
mercredi 31 décembre 2008
par  Philippe Landru

Quatre personnalités d’inégale notoriété reposent au sein du petit cimetière de Villars :
-  Le pianiste Alfred CORTOT (1877-1962), considéré comme un des plus grands instrumentistes et pédagogues de la première partie du XXe siècle. Il fonda en 1905, avec Pablo Casals et Jacques Thibaud, un trio de musique de chambre dont la réputation devint rapidement internationale. À côté de ses activités d’interprète, Alfred Cortot mèna une carrière d’enseignant. Il fut nommé professeur au Conservatoire de Paris en 1907, puis fonda en 1919 l’École normale de musique de Paris qui porte désormais son nom. Résolument moderne, Cortot veut que l’Ecole comporte un cursus complet, avec l’étude approfondie d’un instrument, le solfège, l’écriture, l’histoire de la musique, la pratique du répertoire et de la pédagogie, mais également d’autres disciplines liées à l’expression artistique. Il fut durant la Seconde Guerre mondiale Haut-Commissaire aux Beaux-Arts du gouvernement de Vichy, membre du Conseil national (partisan déclaré de la collaboration). En 1942, durant l’Occupation, il fut l’un des pianistes français à être allé, à la demande des autorités allemandes, se produire à Berlin. Ces faits lui vaudront quelques reproches à la Libération, sans que pour autant il ait à subir de réels ennuis. Nombreux sont ses élèves qui firent carrière : Clara Haskil, Dinu Lipatti, Samson François, Vlado Perlemuter, ou bien encore Marguerite Monnot qui, avant de devenir le compositeur attitré d’Édith Piaf, fut une concertiste talentueuse. Alfred Cortot enregistra de nombreux disques, spécialement de Chopin, Schumann et Liszt, dont il était un interprète d’exception.
-  Le statuaire Désiré MATHIVET (1887-1966), qui fut l’élève de Rodin et l’ami de Picasso.
-  La peintre expressioniste Mireille MONTANGERAND (1914-2003).
-  Le pionnier de l’aéronautique Gabriel VOISIN (1880- 1973). Il s’initia dans les ateliers d’un autre célèbre pionnier, l’avocat Ernest Archdeacon. Il s’illustra très tôt dans le domaine de l’aviation. Avec son frère Charles, il créa sa propre entreprise : il construisit l’avion qui permit à Henry Farman de remporter en 1908 le prix Deutsch de la Meurthe-Archdeacon récompensant le premier kilomètre effectué en circuit fermé. Malgré la mort de son frère Charles en 1912 lors d’un accident d’automobile, il poursuivit jusqu’en 1914 la construction d’avions. La fortune vint avec la guerre, au début de laquelle il présente au ministère de la Guerre le premier avion entièrement métallique. Sa fabrication à plus de 8 000 exemplaires et de nombreuses licences de ses brevets permirent son développement. Marqué par les horreurs de la guerre auxquelles il avait involontairement participé, il se détourna de l’aviation après 1918 et se lança dans la construction automobile, domaine dans lequel il connaîtra un égal succès durant les années 20 et 30. En 1936, Gabriel Voisin dut laisser le contrôle de ses usines à ses financiers. Il se retira ensuite sur les bords de sa Saône natale.

Outre ces personnalités, on remarque également la composition contemporaine sur la tombe du jeune Marc Gauci.

Dans le domaine de la littérature, c’est dans ce cimetière qu’Anatole France fait inhumer Jérôme Coignard, le héros de La Rôtisserie de la reine Pedauque.


Commentaires

Logo de HolyvieR
LE VILLARS (71) : cimetière
mercredi 1er mai 2013 à 22h44 - par  HolyvieR

P.S.2 : Pardon, l’accident mortel n’a pas eu lieu à Neuville-sur-Saône mais non loin de Belleville-sur-Saône. J’ai mélangé les deux villes. |-)

Logo de HolyvieR
LE VILLARS (71) : cimetière
mercredi 1er mai 2013 à 22h31 - par  HolyvieR

P.S. : Monsieur Bogros, l’accident qui a couté la vie à Charles Voisin à Neuville-sur-Saône, près de Lyon, n’a nullement eu le 12 septembre 1912... mais le 27 septembre ! :-O
Souce : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2409920/f4.image.r=%22%20charles%20voisin%20%22.langFR

Je viens de corriger l’erreur sur la fiche Wikipédia des deux frères Voisin et sur celle de Elise Deroche (la baronne de Laroche) ! ;-)

Site web : 27 septembre 1912
Logo de HolyvieR
LE VILLARS (71) : cimetière
mercredi 1er mai 2013 à 22h14 - par  HolyvieR

Je viens d’apprendre que Charles Voisin, le frère cadet de Gabriel et lui aussi pionnier de l’aéronautique, mort dans un accident d’automobile*, a été inhumé le 29 septembre 1912 au cimetière de Neuville-sur-Saône (69). Etait présent lors de l’enterrement son ami l’aviateur Roland Garros.
Source : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2897211/f6.image.r=

(* la passagère qui a survécu à l’accident était la baronne Raymonde de Laroche, la première aviatrice brevetée au monde qui, elle, repose au Père Lachaise dans la 92e division).

Site web : Charles Voisin
LE VILLARS (71) : cimetière
mardi 7 août 2012 à 20h32

Bonjour !

Les méfaits d’Internet .... La « webveritas » a encore frappé ! La photo de « Gabriel » VOISIN, sans doute empruntée à l’un ou l’autre des sites étrangers « Wikipédia » qui sont, semble-t-il, à l’origine de cette connerie majeure, est en fait celle de son frère Charles, qui s’est tué en automobile ... le 12 septembre 1912 !

Le plus drôle, c’est que cette photo est coupée en deux, puisqu’elle concerne les deux frères, pareillement moustachus et « casquettés ». Vous êtes tombé sur le mauvais frère, en un mot !

Vous pouvez rectifier le tir, en allant pêcher la bonne tête sur le site des « Amis de Voisin ».
_
Sans rancune ....

René Bougros
Journaliste, historien de l’automobile, et visiteur assidu de Gabriel Voisin au cours des dix dernières années de sa vie.

Logo de babette
LE VILLARS (71) : cimetière
mercredi 30 juin 2010 à 10h26 - par  babette

on doit dire le cimetière du Villars ou de Le Villars

c’est un très beau village !

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?