BOISSY D’ANGLAS François-Antoine (1756-1826)

Père-Lachaise - 28ème division, cœur au cimetière d’Annonay (07)
dimanche 17 février 2008
par  Philippe Landru

BMP - 80.4 ko

Député du Tiers en 1789, puis membre de la Convention, il professa la modération et milita pour la défense des protestants et des Noirs. C’est naturellement qu’après la chute de Robespierre, il prit la tête des modérés. En 1795, il affronta avec calme, en tant que président de la Convention, les émeutiers qui lui présentaient la tête de Féraud sur une pique. Membre des Cinq-cents, il se rallia à Bonaparte qui en fit un comte. Membre de l’Institut, il devint Pair de France sous Louis XVIII.

Son tombeau est discret, son identité étant quasiment effacée sur la dalle qui le recouvre. Il se trouve sensiblement derrière celui de Manuel et Béranger. Le coeur de François Antoine Boissy d’Anglas fut transféré au cimetière d’Annonay en 1906, à l’occasion de son 150 ème anniversaire.


Retour au cimetière du Père-Lachaise


Commentaires

Logo de Sélim Fraysse
BOISSY D’ANGLAS François-Antoine (1756-1826)
jeudi 8 avril 2021 à 17h45 - par  Sélim Fraysse

il est à noter que dans le tombeau, il y a aussi le père et la mère du tribun qui sont inhumés, mais les inscriptions qui signalent leur présence est peu lisible, ou illisible.

Logo de Claude Besset
BOISSY D’ANGLAS François-Antoine (1756-1826)
vendredi 26 février 2021 à 19h56 - par  Claude Besset

Si François-Antoine Boissy d’Anglas fut effectivement transféré à Annonay, en 1905, sa tombe à Paris n’est pas vide, et contiendrait deux membres de sa famille, ou proches, dont je n’ai plus les détails.
Sinon, il était un personnage historique très important pour l’histoire, sous la révolution, l’empire, et la restauration, au Nord-Vivarais en Ardèche, car il contribua à éviter des bains de sang au Vivarais pendant la révolution, alors que ailleurs, souvent, ça se passait très mal. Aidé de parlementaires amis, le Vivarais eut toujours une position très modérée pendant la révolution, et jusqu’à la restauration, après 1815. Aussi, François-Antoine Boissy d’Anglas contribua à ouvrir des loges Maçonniques dans le Vivarais,et à Annonay à partir des années 1770-1780, avec d’autres. C’était souvent très utile, à une époque ou l’analphabétisme était trés élevé, les Francs-Maçons participaient à expliquer les événements à la population, souvent de manière pédagogique, surtout pendant la révolution, ce qui expliquera la modération, et la tranquilitée du pays de Vivarais, ou il n’y aura pas de vagues.