NEMOURS (77) : cimetière

visité en février 2009
samedi 25 octobre 2014
par  Philippe Landru

La végétation est rare, et l’élément minéral domine au cimetière de Nemours. L’aspect est sévère, mais l’avantage est la conservation, dans cette nécropole, d’un grand nombre de tombeaux anciens, parfois illisibles.


Curiosités


- le tombeau du chevalier Sébastien Charroy (1769-1844). Natif de la Meuse, ce membre de l’état-major de la garde impériale, devint nemourien par mariage. L’épitaphe de sa sépulture, qu’il rédigea lui-même avant son décès, est un hymne à la gloire de la nation française et de l’Empire. Au moment de l’inhumation, celle-ci fut soumise à l’autorisation sous-préfectorale, par crainte de la contagion bonapartiste.

- Un monument témoigne de la catastrophe du cuirassier Iéna en 1907 : la tombe du maître mécanicien Germain Aglantier. En mars 1907, alors qu’il était en rade de Toulon pour des réparations, une série d’explosions liée au vieillissement des poudres avait fait une centaine de victimes.

- Quelques rares œuvres d’art.

JPEG - 37.1 ko
Le médaillon en bronze de Léon Daunay.
Il fut maire de Nemours pendant vingt-sept ans. Le médaillon est une oeuvre de Charles Virion.


Célébrités : les incontournables...


Aucune


... mais aussi


- Le graveur Adolphe ARDAIL (1835-1911), qui fut également un grand collectionneur de gravures.

- Le minéralogiste et géologue Pierre BERTHIER (1782-1861), qui découvrit en particulier les propriétés de la bauxite en 1821 dans le village des Baux-de-Provence. Cet ingénieur polytechnicien formé à la recherche au corps des mines mène une belle carrière scientifique, honoré par son entrée à l’académie des sciences en 1825 et sa nomination à l’inspection générale des mines en 1836.

- Le général Claude d’ALLEMAGNE (1754-1813), qui prit part à la guerre d’indépendance américaine. Revenu en France, il participa aux campagnes révolutionnaires (il participa au siège de Toulon en 1793). Général de division en août 1796, il fut nommé par Bonaparte gouverneur de la Lombardie puis participa à la conquête de Rome, dont il devint gouverneur. Nommé au Corps législatif dont il devint vice-président en 1805, il fut remis en activité à la Grande Armée à Berlin en 1809, mais prit sa retraite définitive l’année suivante. A nouveau nommé au Corps Législatif en 1812, il fut créé baron de l’Empire en 1813. Son nom figure sur l’Arc de Triomphe de l’Étoile à Paris.

- Le sculpteur Justin-Chrysostome SANSON (1833-1910), qui fut le principal fondateur du château-musée de Nemours. Il obtint en 1861 le grand prix de Rome, et réalisa des sculptures pour la décoration de nombreux monuments parisiens (Palais des Tuileries, Hôtel de ville de Paris, Palais du Louvre, Opéra Garnier...). Sa tombe est ornée d’un médaillon en bronze par Victor Segoffin.


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?