BORY Jean-Louis (1919-1979)

Cimetière de Méréville (91)
mardi 26 juillet 2011
par  Philippe Landru

Enseignant à Henri IV, il reçut en 1945 le prix Goncourt pour son premier roman, Mon village à l’heure allemande. Son entrée à l’émission Le Masque et la Plume, en 1964, lui assura une audience qui contribua à son succès de critique : à partir de novembre 1966, il assura la critique cinématographique du Nouvel Observateur. S’il fut solidement ancré à gauche en politique, ses affinités littéraires allèrent plutôt vers les écrivains de droite. Défenseur d’une culture « alternative », il se montra souvent agressif à l’égard des films de boulevard, de distraction ou à grande distribution qui ne remettent en cause ni les tabous de la morale et de la vie sociale, ni les habitudes de voir et de penser.

Il s’engagea également en faveur de la reconnaissance de l’homosexualité, faisant lui-même son coming-out dès les années 70, s’engageant dans des mouvements tels Arcadie, puis le FHAR.

Dépressif, il mit fin à ses jours avec une arme à feu. Il repose dans le caveau familial du petit village de Méréville où il possédait une propriété.


Merci à Michel Vue pour les photos.


Commentaires