GAMELIN Maurice (1872-1958)

Passy - 2ème division
samedi 23 février 2008
par  Philippe Landru

Général durant la Première Guerre mondiale, il devint chef d’Etat-major de le Défense nationale en 1938. Peu porté sur les problèmes techniques, il ne chercha pas à inover dans le domaine de l’équipement. En 1939, il commanda l’ensemble des forces franco-britanniques, mais l’échec de son plan entraîna son remplacement par Weygand. Interné comme l’un des responsables de la défaite française, il fut traduit en procès à Riom, arrêté puis déporté par les Allemands.

Sa tombe est ornée d’un médaillon en cuivre de P. Lenoir.


Retour vers le cimetière de Passy


Commentaires

Logo de cp
GAMELIN Maurice (1872-1958)
lundi 15 février 2016 à 23h09 - par  cp

Dans l’excellente série télé « The Knick », qui passe sur OCS en en ce moment, on nous fait vivre un hôpital situé à New York, au début du siècle dernier. Un médecin déjanté, border line mais audacieux, expérimente des remèdes nouveaux contre les grands fléaux de l’époque, dont la syphilis. Notamment l’instauration d’une forte fièvre (Maîtrisée à 41°) pour tuer le tréponème de la syphilis. On appellera cela la « malariathérapie » (Pourquoi pas « paludothérapie » ?), on n’a pas encore inventé la pénicilline.
.
Dans « Ces malades qui nous gouvernent », bestseller historique des années 70, les auteurs décrivent ainsi un Gamelin assommé par ce traitement, sur un lit de camp dressé dans son bureau, derrière des paravents, au lieu de préparer la guerre…
.
Les auteurs espèrent que l’ouverture du dossier médical du général, classé secret défense, sera un jour possible, pour valider, ou démentir cette rumeur consistante et quasi avérée, ils ont causé à des médecins du Val de Grâce, là où il fût traité. Mort en 1958, je ne sais s’il fallait attendre 30, 50 ou 100 ans…