VÉTHEUIL (95) : ancien cimetière

Visité en octobre 2009
samedi 27 mars 2021
par  Philippe Landru

Le Vexin est une région charmante qui attira et attire toujours un grand nombre de personnalités qui apprécient un cadre très rural et discret à proximité de Paris.

Le petit village de Vétheuil, à flanc du coteau dominant la Seine, fut la résidence du peintre impressionniste Claude Monet qui y vécut et y travailla de 1878 à 1881. Il y peignit environ 150 tableaux. Son modèle puis épouse, Camille

JPEG - 23.3 ko
La Japonaise

DONCIEUX (1847-1879), morte à l’âge de 32 ans des suites d’un cancer de l’utérus, est inhumée au cimetière du village.

Elle est ainsi présente lorsque Claude Monet participa au mouvement du japonisme, en grand admirateur qu’il était de l’art japonais, grand collectionneur également, comme le montre sa collection d’estampes ukiyo-e conservée à Giverny. C’est elle en effet qui pose pour l’un des tableaux les plus notoires de ce mouvement, La Japonaise.

Elle exerce un tel intérêt pour le peintre que dans plusieurs toiles, dont Les Femmes au jardin, ses représentations féminines sont toutes des variations inspirées par Camille Doncieux.

JPEG - 21.5 ko
Femmes au jardin

Ainsi, après sa mort, si Monet continua à peindre quelques personnages, plus jamais ceux-ci n’apparurent avec la même importance, ou le même intérêt de la part de l’artiste ; ses dernières représentations de personnes semblant être là avant tout pour servir de contrepoint au paysage.

JPEG - 13 ko
Femme à l’ombrelle

Outre son rôle essentiel dans l’œuvre de Monet, Camille Doncieux posa également pour Auguste Renoir et pour Édouard Manet.

JPEG - 15.4 ko
Madame Monet et son fils (1874) par Renoir
JPEG - 11.4 ko
Camille Doncieux lisant Le Figaro, Pierre-Auguste Renoir
JPEG - 12.2 ko
Monet peignant sur son bateau-atelier par Édouard Manet

Au-delà des tableaux où elle figure, on sait bien peu de choses aujourd’hui sur Camille Doncieux. En effet, à la demande de sa seconde épouse, Alice Hoschedé, Claude Monet accepta de détruire toute la correspondance de sa première femme, envoyée ou reçue, les photos où elle figurait, ainsi que tout document qui aurait pu éclairer les relations de la jeune femme avec sa famille d’origine.

JPEG - 11.8 ko
Camille Monet sur son lit de mort (1879)


Commentaires

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?