ASHFORD (Royaume-Uni) : Bybrook cemetery

visité en juillet 2016
mercredi 13 juillet 2016
par  Philippe Landru

A la sortie du Tunnel sous la Manche, Ashford est bien trop près de Londres pour que l’on s’y attarde vraiment. C’est dans l’un de ses cimetières que repose néanmoins, malgré la brièveté de sa carrière, l’une des philosophes les plus influentes du XXe siècle.

Enseignante en philosophie, communiste anti-stalinienne, Simone WEIL (1909-1943) passa quelques semaines en Allemagne, au cours de l’été 1932, dans le but de comprendre les raisons de la montée en puissance du fascisme. À son retour, avec beaucoup de lucidité, elle exprima dans plusieurs articles ce qui risquait de survenir. Loin du confort, elle travailla comme ouvrière, s’engagea dans la guerre d’Espagne. En 1942, elle emmena ses parents en sécurité aux États-Unis, mais, refusant un statut qu’elle ressentait comme trop confortable en ces temps de tempêtes, elle fit tout pour se rendre en Grande-Bretagne et travailla comme rédactrice dans les services de la France libre.

Simone Weil se rapprocha peu à peu du christianisme, jusqu’à mener des expériences mystiques. Sa vie, comme son œuvre, auront consisté en un effort continu pour rétablir la légitimité de la rigueur intellectuelle dans la vie intérieure et celle de l’inspiration dans les sciences.

Atteinte de tuberculose, elle mourut d’un arrêt cardiaque au sanatorium d’Ashford, d’où sa présence ici, au fond du cimetière, quasiment contre le mur.


Commentaires

Logo de philippe
ASHFORD (Royaume-Uni) : Bybrook cemetery
dimanche 28 mai 2017 à 00h09 - par  philippe

Bonjour et merci pour votre article.
Je suis venu sur votre site car me rends sur la tombe de Simone Weil très bientôt.
J’ai la plus grande admiration pour cette femme incandescente dont la grandeur m’impressionne.
Elle est une source d’inspiration importante pour moi,et il est essentiel de préserver la mémoire de ces personnes qui pensent qu’il existe autre chose au delà de leur propre nombril.
« Les malheureux n’ont pas besoin d’autre chose en ce monde,que d’hommes capables de faire attention à eux »« La plénitude de l’amour du prochain,c’est simplement d’être capable de lui demander : »Quel est ton tourment ?"...La grandeur...

Logo de cp
ASHFORD (Royaume-Uni) : Bybrook cemetery
samedi 16 juillet 2016 à 00h16 - par  cp

On est bien obligé de constater que chez Simone Weil, l’extase mystique confinait à la pathologie mentale. On évoque sa fixette gaulliste en oubliant la joyeuse époque où elle débarque chez Gustave Thibon pour traire les vaches, comme le prescrivait le Maréchal Pétain ; un moment Thibon étant pressenti comme l’idéologue officiel d’une Révolution Nationale en peine de penseur.
.
A Londres, Simone Weil se laisse mourir de faim, désespérée car n’obtenant pas qu’on lui confie une mission et un parachutage en France ! On imagine le colonel Passy qui avait toutes les peines du monde pour obtenir des anglais pareilles vacations pour des gens « utiles » envoyer une folle ne sachant rien faire, inapte pour la vie clandestine et fagotée étrange, commode pour se cacher !

Logo de Annie D.
lundi 10 juillet 2017 à 17h09 - par  Annie D.

Mr cp

Contrairement à certains journalistes, je savais très bien qui était Simone Weil ! Mais, vraiment vous savez tout sur tout. Je vous admire et je dois vous dire que j’apprends beaucoup de vous, tout comme de M. Landru. Merci sincèrement.

Site web : Simone Weil

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?