LE LAVANDOU (83)

Visité en juillet 2013
lundi 16 septembre 2013
par  Philippe Landru

Le cimetière du Lavandou à des allures de cimetière méditerranéen qui confinent régulièrement au kitsch dans la partie contemporaine. C’est là un des écueils de pas mal de cimetières de la Côte-d’Azur : être au patrimoine funéraire ce que les pizzerias sont à l’art italien !

Si aucune grande pointure ne repose dans ses allées, quelques personnalités nous y attendent cependant :

- Le peintre Henri Edmond CROSS (Henri Delacroix : 1856-1910) : formé en particulier par Carolus-Duran, il débuta au salon de 1881 en traduisant son patronyme Delacroix en anglais Cross, pour se distinguer d’Eugène Delacroix. D’abord naturaliste, il se lia d’amitié avec les peintres néo-impressionnistes, dont il partagea les convictions anarchistes. Il n’adopta le divisionnisme qu’en 1891 avec son ami Paul Signac. Il peignit la Provence à partir de 1900. Son œuvre a influencé Henri Matisse et les peintres fauvistes. Il était l’ami de Theo Van Rysselberghe (voir plus loin), qui réalisa le médaillon en bronze qui orne sa tombe. Les deux peintres reposent proches l’un de l’autre.

- Le Compagnon de la Libération Pierre FOURCAUD (1898-1998). Dès juillet 1940, il devint l’un des agents les plus fameux du BCRA, le service de renseignement et d’action de la France libre, de juillet 1940 à 1944. Après avoir tenté de rapprocher les éléments « résistants » de Vichy et la France libre, il connut deux temps forts dans son action centrée sur le Sud de la France : la constitution des premiers réseaux de résistance en 1940 et 1941 dans la Zone non-occupée, dont l’important réseau Brutus puis l’organisation des maquis de Savoie en 1944. Après la Libération, le colonel Fourcaud devint l’un des responsables puis le numéro deux des services secrets français.

- Le poète russe Sacha TCHORNY (ou Tcherny) (Alexandre Mikhaïlovitch Glikberg : 1880-1932), qui connut la misère et la censure politique en Russie (dans le contexte de la révolution de 1905), vécut une vie d’exile permanent avant de s’installer en France. Il passa le reste de sa vie à Bormes-les-Mimosas avec sa femme où il fut considéré comme l’âme de la communauté russe qui s’y est installée. Il y fut rédacteur artistique de la revue d’art de l’émigration russe qui abordait tous les aspects de l’art russe moderne. Il repose dans ce cimetière et une plaque fixée sur le mur du reposoir lui rend hommage.

- Le sculpteur colombien Marco TOBON-MEJIA (1876-1933), dont l’inspiration oscilla entre le néoclassicisme et l’Art Nouveau. Son oeuvre est éclectique, allant de l’illustration aux médailles commémoratives. Une tête de Christ (dont il fut l’auteur ?) orne sa tombe.

- Theo VAN RYSSELBERGHE (1862-1926) : peintre belge, il est connu pour avoir été l’un des principaux représentants du pointillisme (ou néo-impressionnisme) en Belgique. C’est vers 1886-1887 qu’il découvrit l’œuvre de Georges Seurat en compagnie d’Émile Verhaeren. Il fut un des membres fondateurs en 1883 du groupe bruxellois d’avant-garde, Les Vingt. Comme Georges Pierre Seurat et Paul Signac, il réalisa de nombreux paysages marins, mais également des gravures. Son amitié avec Paul Signac porta aussi sur les idées libertaires et anarchistes. Il participa ainsi à l’aventure du journal anarchiste Les Temps nouveaux.

Sa fille Élisabeth (lieu d’inhumation inconnu) eut une fille, Catherine, avec André Gide (dont ce fut l’unique descendance) : cette dernière, décédée en 2013, repose dans ce caveau. Elisabeth épousa par la suite le romancier Pierre Herbart (qui repose au cimetière de Cabris).


Commentaires

Logo de cp
LE LAVANDOU (83)
mercredi 14 août 2019 à 17h48 - par  cp

André Faraggi (1897-1980), personnage sulfureux, reposerait dans ce cimetière (Lot 154). Si on en croit le site FranceGénWeb. Mais le site Findagrave le situe à Pantin ! Peu connu de son vivant, activité opaque oblige, on a beaucoup parlé de la fastueuse demeure qu’il construisit sur la commune, en bord de mer, dans les années trente, et qu’il revendît quarante ans plus tard à la famille de Carla Bruni. « Château Faraggi » ne s’appelle plus désormais que Cap Nègre depuis que Nicolas Sarkozy y séjourne aux beaux jours.
Officier de l’armée de l’air, Faraggi accède aux services d’achat des armements, et se constitue un beau carnet d’adresses, puis se met à son compte. Il côtoie Marcel Dassault et Henry Potez. Devient négociant d’armes. Dans un livre mystérieux consacré au jeune Chirac, livre un peu passé sous silence (Jacques Chirac, les vertes années du président), la famille de ce dernier le voit en pleine débâcle de 40 débarquer en Corrèze pour voir « Abel », le père de Jacques, porté disparu, et Faraggi, avec sa grosse voiture fait mauvaise impression aux dames repliées ! Abel était le bras droit de Potez chez lequel la famille Chirac passera la guerre dans la magnifique propriété.
Je ne sais pourquoi il apparaît post mortem en deux endroits, mais un détail tragique marque cette famille. Sa femme, sa fille et son gendre qui reposent avec lui sont morts le même jour : A Bali, le 22 avril 1974 quand un Boeing de la Pan Am les transportant s’écrasa sur une montagne, le pilote vira trop vite sur le côté...
Cette semaine le compte Instagram de l’animatrice Faustine Bollaert a ému la presse pipeule car elle se montre avec son frère, dont elle ne veut rien dire. Même pas son prénom (Charles...). Goût du secret paradoxal et familial. Ils sont tous les deux les petits enfants d’André Faraggi.

Logo de Gérard Gualandi
LE LAVANDOU (83)
lundi 25 mars 2019 à 08h44 - par  Gérard Gualandi

Peut-on me dire où se trouve la sépulture d’Elysabeth Van Rysselberghe. A Cabris ???ou à Neuilly ??

Je suis membre de l’AAG depuis quasiment sa création. Merci.

Logo de Antoine Bombrun
lundi 25 mars 2019 à 23h55 - par  Antoine Bombrun

Il n’y a aucune raison qu’elle ait été inhumée à Cabris : elle était divorcée de Pierre Herbart…
Décédée à Neuilly, c’est probablement là qu’elle est enterrée ?

Logo de Raphaël Dupouy
Tombe Van Rysselberghe au Lavandou
dimanche 14 janvier 2018 à 14h42 - par  Raphaël Dupouy

Ce sont les filles de Catherine Gide qui ont souhaité que les deux noms soient gravés dans la pierre de la tombe familiale.

Site web : DUPOUY
Logo de Jacques BRUXELLES
LE LAVANDOU (83)
lundi 29 septembre 2014 à 23h41 - par  Jacques BRUXELLES

CATHERINE GIDE.Fille d’André GIDE : Il est très remarquable que CATHERINE GIDE ait fait inscrire selon ses volontés le nom de VAN RYSSELBERGhE GIDE probablement car déclaré à sa naissance en avril 1923 sous le nom de sa mère Elisabeth VAN RYSELBERGHE et reconnu et officilialisée GIDE en 1938.

Brèves

Qui est derrière ce site ?

vendredi 14 février 2014

Pour en savoir un peu plus sur ce site et son auteur :

- Pourquoi s’intéresser aux cimetières ?
- Pourquoi un site sur les cimetières ?
- Qui est derrière ce site ?