Les souverains et chefs d’Etat français : introduction

15 siècles d’inhumation
lundi 11 février 2008
par  Philippe Landru

Où sont inhumés ceux qui gouvernèrent la France depuis que celle-ci a une existence ? A Saint-Denis, serait-on tenté de répondre... En réalité, les choses ne sont pas si simples : ce n’est que progressivement que l’habitude de se faire inhumer dans cette basilique s’est faite. Nos premiers souverains, qui gouvernaient une France ayant bien peu de rapport avec le pays actuel, se firent inhumer en des lieux très divers. De plus, les vicissitudes de l’histoire entraînèrent le déplacement de beaucoup d’entre-eux. Et que dire des reines, que nos souverains allaient chercher le plus souvent à l’étranger, et qui furent souvent inhumées loin de leurs époux. Quant aux lieux d’inhumation de nos présidents de la République, que d’aucun s’attendraient à voir tous inhumés à Paris, ils nous convient au contraire à un véritable tour de France...

Le but de cet article est d’établir un bilan, le plus complet possible, de ces 15 siècles d’enterrements « nationaux ». Nous verrons que les anecdotes abondent, et que la diversité des sépultures royales et présidentielles témoigne des contextes dans lesquels ceux-ci évoluèrent.

Pour commencer, quelques précisions importantes pour comprendre ce qui suit :

- La France, dans ses limites actuelles, est relativement récente (en gros : fin du XVIIIe siècle). Certaines parties de notre territoire furent gouvernées par des souverains que nous qualifierions aujourd’hui d’étrangers, ce qui serait anachronique : sans remonter aux Mérovingiens, il faut se souvenir que la Corse n’est française que depuis 1768 (gouvernée auparavant par les Génois), la Savoie depuis 1860 (la dynastie des Savoie qui la gérait obtint par la suite la couronne d’Italie)... c’est-à-dire depuis récemment, comparé à la Guadeloupe ou la Martinique ! L’idée que l’on se fait du territoire ne correspond pas toujours à sa réalité historique. Dans cet article, nous nous limiterons - pour l’instant - aux dynasties françaises.

- Contrairement aux traditions anglaises ou espagnoles, la France, loi salique oblige, ne permet pas aux femmes de monter sur le trône. Par « reine », il faut donc entendre dans notre pays « épouse de roi » et en aucun cas « dépositaire du pouvoir souverain ». Si certaines d’entre-elles exercèrent des rôles importants dans l’histoire (Frédégonde, Catherine de Médicis, Anne d’Autriche...), ce fut en raison de leur personnalité (ou de contextes particuliers, comme les régences) et en aucun cas d’un statut officiel.

- Ces articles ne proposeront pas de biographies des souverains français (que l’on peut trouver en de multiples endroits), mais seront essentiellement consacrés aux inhumations, à leurs pratiques et à leur déroulement, aux différentes époques de l’histoire.

- Pour l’établissement des liens généalogiques unissant les membres des dynasties, on pourra se référer à cette page.

Suivent donc les articles sur :

- les Mérovingiens
- les Carolingiens
- les Capetiens directs
- les Valois
- les Bourbons et les Orléans
- les gouvernements révolutionnaires de 1792 à 1804
- les Bonaparte
- la République de 1870 à nos jours
- les chefs de gouvernement français de 1815 à nos jours


Commentaires